Mardi 18 juin 2024

Environnement

Lac Tanganyika : le niveau de l’eau aurait-il baissé ?   

11/06/2024 1
Lac Tanganyika : le niveau de l’eau aurait-il baissé ?   
Zone Kinindo, le niveau des eaux du lac Tanganyika diminue

Le niveau des eaux du lac Tanganyika a baissé, passant de 777,32 m enregistré au mois de mai à 777,25 m aujourd’hui. Un spécialiste, le Professeur Bernard Sindayihebura, confirme la décrue.

De graves catastrophes causées par la montée des eaux du lac Tanganyika se sont manifestées durant ces derniers mois. Cependant, actuellement, le niveau des eaux du lac baisse petit à petit. Par exemple, tout en bas du bureau de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), dans la zone Kinindo de la commune urbaine de Muha, ce phénomène est visible à l’œil nu.

Selon un habitant interrogé sur place, le niveau d’eau baisse de jour en jour. « On n’espère pas revoir cet endroit sec comme avant, mais, à vrai dire, le niveau des eaux a diminué. Avant, quand on passait dans ces eaux, le niveau d’eau arrivait jusqu’aux genoux. Aujourd’hui, c’est en bas des genoux », a-t-il précisé.

Bernard Sindayihebura, professeur à l’université du Burundi et spécialiste en environnement et aménagement du territoire, précise : « Le niveau d’eau a atteint son maximum le 25 mai avec une côte de 777,32 m. Le 5 juin, il se trouvait à 777,25 m, le niveau a donc baissé ».

Monsieur Sindayihebura n’a pas manqué de donner les causes principales de la montée de ces eaux, il cite d’abord le réchauffement climatique.

Pour la seule année 2023, le réchauffement attribuable à l’activité humaine a atteint 1,31 degrés Celsius, le réchauffement total a touché 1,43 degrés Celsius. Selon le rapport mensuel sur le climat mondial de l’Institut Européen Copernicus, mai 2024 a été le mois le plus chaud jamais enregistré dans le monde.

Il s’ajoute comme cause le phénomène El Nino qui a débuté depuis mi-juin 2023 qui est à l’origine de très fortes averses.

Tandis que les facteurs à l’origine de la montée des eaux du lac, viennent en premier lieu, les actions humaines telles que la déforestation, la mise en culture sur une grande partie des bassins versants des quatre pays riverains, l’urbanisation, l’érosion causée par l’activité humaine, l’accumulation des dépôts au fond du lac, etc.

En deuxième lieu, viennent les pressions démographiques dans les régions riveraines du lac. Les villes riveraines du lac Tanganyika, comme la ville de Bujumbura (500 000 habitants), Kigoma en Tanzanie (215 000 habitants) et les villes de Kalemie et Uvira en RDC (200 000 habitants chacune), connaissent une population dense entraînant plusieurs défis liés à la montée des eaux.

Ensuite, la mauvaise gestion des déchets dans tous les bassins versants du lac Tanganyika contribue également à ce problème. Enfin, le rétrécissement du lit de la rivière Lukuga en raison de l’accumulation de sables, de sédiments et d’alluvions est considéré comme un facteur aggravant.

La rivière Lukuga, principal exutoire du lac Tanganyika, joue un rôle crucial dans la régulation du niveau d’eau du lac. Lorsque son lit se rétrécit, cela empêche l’eau du lac de s’évacuer correctement, exacerbant ainsi les fluctuations du niveau du lac.

 

 

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nkunzimana Marc

    Je suis très heureux en tant que journaliste et ancien haut responsable de la RTNB d, être votre fervent et régulier lecteur
    Continuez vers l’avant SVP
    Que Dieu garde votre Léandre et Antoine fils Kaburahe tous de chez moi .

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 269 users online