Lundi 12 avril 2021

Économie

Kanyosha : les vendeurs du petit marché de Gisyo démantelé, se lamentent

24/03/2021 Fabrice Bimenyimana 0
Kanyosha : les vendeurs du petit marché de Gisyo démantelé, se lamentent
Le nouveau marché de Kanyosha

La plupart des commerçants qui avaient leurs étals au petit marché de Gisyo, priés de plier bagage pour s’établir au marché de Kanyosha réhabilité, se disent désemparés une semaine après leur délocalisation. Ils estiment que le prix des stands est exorbitant.

270.000 francs burundais est la somme à payer pour avoir un stand de quelques mètres dans le marché de Kanyosha. Certains commerçants disent qu’ils n’ont pas le pouvoir de se payer une place dans ce marché recommandé par les autorités.

« Je vends des pommes de terres et des bananes. Et si je fais des affaires, je peux gagner 3.000 francs burundais. Où est-ce que je vais trouver cet argent demandé ? », se demande une commerçante interrogée.

Les commerçants qui ont eu les moyens d’acquérir des stands dans ce marché rénové, estiment que les places sont petites et à un prix très élevé: « A Gisyo j’avais une grande place à un prix très bas. Mais ici la place est trop petite et coûte chère, vous pouvez le constater vous-même que je ne peux pas mettre tous mes produits sur le stand. C’est exigu », explique un vendeur de produits cosmétiques.

Selon Gad Minani, représentant des commerçants du marché de Kanyosha, il faut que les commerçants qui n’ont pas de moyens, laissent la place aux autres. « Il y a des associations et certaines personnes qui ont acheté des stands dans ce marché qu’elles proposent en location. Alors pour avoir une place, il faut payer et louer. Pour ceux qui viennent de Gisyo, s’ils n’ont pas d’argent qu’ils laissent ces places à ceux qui ont de moyens ».

Le commissaire du marché de Kanyosha n’a pas voulu s’exprimer. « Je ne peux rien vous dire, il faut écouter la radio nationale. Je ne m’exprime pas sur les médias non reconnus ».

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 390 users online