Jeudi 17 juin 2021

Environnement

Inondations dans Mutimbuzi : le gouvernement entrevoit un déménagement

18/05/2021 Commentaires fermés sur Inondations dans Mutimbuzi : le gouvernement entrevoit un déménagement
Inondations dans  Mutimbuzi : le gouvernement entrevoit un déménagement
Le ministre Gervais Ndirakobuca (à droite) : « Quand le gouvernement décidera de vous placer dans autre lieu, c'est à dire qu'il aura vu que c'est la solution durable »

En déplacement à Gatumba et à Rukaramu de la commune de Mutimbuzi, des zones prises en tenaille par la montée des eaux du lac Tanganyika et de nouvelles crues de la rivière Rusizi, le ministre de l’Intérieur n’exclut pas le déménagement des populations de ces zones en proie à des inondations.

Le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Gervais Ndirakobuca s’est rendu ce lundi 17 mai 2021 à Gatumba et à Rukaramu en commune de Mutimbuzi pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts survenus suites aux crues de la Rusizi et rassurer les habitants.

« Nous venons de voir votre calvaire. Nous sommes de tout cœur solidaires avec vous », a-t-il déclaré devant les sinistrés du site de Rukaramu en détresse.
En compagnie des ministres en charge de l’Environnement, des Travaux publiques et d’autres autorités dont le gouverneur de la province de Bujumbura, il a tenu à souligner qu’ils vont donner le rapport à l’autorité hiérarchique pour envisager une solution .

Pour le ministre Ndirakobuca, les sinistrés qui sont dans les tentes peuvent aussi proposer une solution. « Nous sommes tous des victimes, nous devons trouver une solution ».

Le ministre Ndirakobuca a surtout demandé aux sinistrés d’être prêts à accueillir favorablement les mesures qui seront prises par le gouvernement. « Dans quelques jours nous apporterons une solution. Préparez-vous dans vos cœurs », a-t-il averti dans son message à ces sinistrés.

Un déménagement serait envisagé

Il a rappelé que selon les experts ces zones inondées ont connu des catastrophes similaires dans les années antérieures. Et de préciser : « Quand le gouvernement décidera de vous placer dans un autre lieu, c’est-à-dire qu’il aura vu que c’est la solution durable ».

Néanmoins, il a demandé aux habitants qui avaient loués des maisons dans ces zones inondées de ne pas chercher à être une charge pour le gouvernement. « Ceux-là doivent aller louer d’autres maisons ailleurs.» Selon lui, la solution doit être apportée aux personnes qui en ont besoin et non ceux qui veulent profiter injustement du gouvernement.
Il a appelé différents partenaires et bienfaiteurs à utiliser leurs moyens afin de faciliter l’appui du gouvernement. Il a été demandé aux administratifs de faire une indentification des personnes qui ont véritablement besoin de l’assistance sans accorder des faveurs injustes.

Les victimes interrogées au site de Kinyinya de la zone Rukaramu sont sous le choc. Ils disent qu’il revient au gouvernement de trouver une solution qui leur convient.

Néanmoins pour certains, les inondations dans ces lieux sont habituelles, pas questions d’être installé ailleurs pour longtemps. « Nous espérons que dans deux mois le lac Tanganyika aura reculé », commentera un sinistré du site.
Pour d’autres, le problème réside uniquement sur la destruction des digues sur le lac Tanganyika et la rivière Rusizi. « Une fois ces digues réhabilitées, le problème sera résolu et on pourra retourner chez nous », lâche un jeune homme rencontré à Kinyinya en zone Rukaramu.

En tout cas toutes les victimes sont d’accord sur le besoin urgent d’être assistés en nourriture, en couvertures, en tentes…mais apparemment le déménagement définitif n’est pas digestible pour la plupart des habitants de Gatumba et Rukaramu interrogés.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 114 users online