Mardi 18 juin 2024

Santé

Région Sud/Rumonge : Des inondations qui font craindre des maladies et épidémies

06/05/2024 Commentaires fermés sur Région Sud/Rumonge : Des inondations qui font craindre des maladies et épidémies
Région Sud/Rumonge : Des inondations qui font craindre des maladies et épidémies
Le choléra peut refaire surface à Rumonge

A la suite des inondations enregistrées à Rumonge, des moustiques pullulent dans des flaques d’eau ; de la matière fécale en provenance des latrines détruites flotte sur l’eau ; des problèmes d’hygiène et d’assainissement se posent avec acuité. Les victimes des inondations vivent dans des conditions vraiment difficiles. L’urgence est la pulvérisation des zones inondées pour se prévenir contre les maladies dites des mains sales.

Les victimes des inondations en province de Rumonge demandent à être accompagnées dans ces moments difficiles où elles sont sans abris, sans médicaments, sans couvertures, sans nourriture, sans matériel scolaire pour leurs enfants et sans articles ménagers.

Les pêcheurs ainsi que les résidents des collines et quartiers se trouvant sur le littoral du lac Tanganyika craignent des maladies liées au manque d’hygiène et à la présence de beaucoup de moustiques qui causent le paludisme.

Ils indiquent en effet que le risque d’attraper le choléra, le paludisme et d’autres maladies est grand. Raison pour laquelle, ils demandent qu’il y ait une pulvérisation dans et autour des zones inondées.

Bien encadrer les victimes

B.F, une veuve déplacée à la suite de la montée des eaux du lac Tanganyika qui résidait dans le quartier Kanyenkoko de la ville de Rumonge indique qu’elle n’a aucune information sur la lutte contre les maladies et les épidémies ainsi que sur l’alerte précoce.

Elle craint aujourd’hui que l’épidémie de choléra puisse refaire surface dans la ville de Rumonge avec l’insuffisance d’hygiène consécutive aux inondations.

Elle ne sait pas non plus quelle attitude il faut prendre afin de faire face aux moustiques qui sont dans et autour des flaques d’eau qui sont des foyers de de leur multiplication par excellence.

Elle demande aussi que des moustiquaires imprégnées d’insecticides soient distribuées aux déplacés environnementaux de Rumonge.

Elle demande également qu’ils soient soutenus et encadrés à travers des sensibilisations afin de faire face à plusieurs difficultés auxquelles ils sont confrontés. Et de lancer un appel à l’administration communale, à la Croix rouge et au District sanitaire de Rumonge de les accompagner et de les soutenir.

L’urgence est la prévention contre les épidémies et les maladies liées aux mauvaises conditions de vie ; la construction des abris pour les déplacés ; le matériel ménager ; le matériel scolaire pour leurs enfants qui sont à l’école ; la nourriture et les médicaments.

M.S est un déplacé à la suite de l’éboulement intervenu sur la colline Gabaniro en commune Muhuta. Il est aujourd’hui hébergé au Centre d’enseignement des métiers de Gitaza. Il indique qu’il est informé sur ce qu’on appelle « Alerte précoce ».

C’est pourquoi il regrette que la population de la colline Gabaniro n’ait pas pu quitter cette colline avant que le pire n’arrive. Et pour cause, des informations faisant état de grandes fissures sur cette colline circulaient déjà. Il fallait que les décideurs prennent la décision de déplacer la population de cette colline non après coup.

Il demande que la population soit informée pour qu’elle soit la première lanceuse d’alerte.
Ce déplacé indique qu’environ 2 500 personnes de cette colline sont aujourd’hui déplacées et hébergées dans un centre d’enseignement des métiers de Gitaza où elles vivent dans une grande promiscuité avec peu de latrines et de robinets d’eau.

Il demande que des abris de fortune soient construits sur un nouveau site pour mettre fin à la question de promiscuité en attendant la construction des abris dignes pour ces déplacés.

Appel à la solidarité

Léonard Niyonsaba, gouverneur de la province de Rumonge, appelle à la solidarité et au soutien envers les personnes affectées par les inondations, les glissements de terrain et les vents violents.

Il demande aux personnes vivant sur le littoral du lac Tanganyika à quitter ce milieu pour se mettre à l’abri de la montée des eaux.

Augustin Minani, administrateur de la commune Rumonge a annoncé que les déplacés de sa commune seront installés sur le site de Midodo sur la colline de Muhuzu en zone Minago.

La province de Rumonge fait face aux changements climatiques depuis 2016. Ils se caractérisent notamment par des inondations, des glissements de terrain, des vents violents surtout au niveau du lac Tanganyika et des crues des rivières endommageant des étendues de champs.

Cette entité administrative compte aujourd’hui deux villages qui ont accueilli les déplacés des changements climatiques et d’autres villages vont prochainement être construits.

Le changement climatique est un grand défi pour le développement de cette province. D’où certaines personnes demandent que la plateforme provinciale de gestion des risques et catastrophes soit multidimensionnelle. Il faut aussi qu’elle soit renforcée en capacités et qu’elle soit dotée de moyens suffisants afin de faire face aux changements climatiques.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 226 users online