Samedi 10 décembre 2022

Politique

Gabriel Rufyiri : « Il faut continuer sur la même lancée »

28/06/2022 4
Gabriel Rufyiri : « Il faut continuer sur la même lancée »
Gabriel Rufyiri : « Tous les cadres de l’Etat veulent être des commerçants alors que leur mandat est de servir le peuple. »

Réagissant sur la colère du président de la République, vendredi, en province Rumonge, Gabriel Rufyiri, président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome) trouve qu’il a raison de ne pas être tendre avec les corrompus.

« Il faut qu’il continue sur la même lancée », souligne-t-il. Pour réussir, il demande au président de la République d’appliquer le décret-loi sur les incompatibilités. « Tous les cadres de l’Etat veulent être des commerçants alors que leur mandat est de servir le peuple. Il est extrêmement important d’aller vers l’éradication de ce phénomène de fraude. »

Ici, M. Rufyiri, cite les tricheries ou fraude qui se remarquent dans la vente du ciment, des boissons Brarudi, du sucre, etc. Pour lui, il y a moyen d’avoir des devises en suffisance au Burundi. Et cela passerait, par le renforcement de la coopération au développement, l’incitation de la diaspora à venir investir au Burundi, l’amélioration du climat des affaires, la promotion du tourisme, l’exploitation minière, la promotion des cultures industrielles comme le café, le thé, le coton, etc.

Pour rappel, ce vendredi 24 juin, lors d’une séance de moralisation, à Rumonge, le président Evariste Ndayishimiye s’est insurgé contre les cas de vol du carburant, du sucre, etc. Et certaines autorités comme le gouverneur de Rumonge Consolateur Nitunga, l’administrateur communal ont été appelées à s’expliquer séance tenante.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Maragarita

    Et le barrage de Mpanda?😭🤗

  2. Serges Hakizimana

    This is what we have been waiting for long time. We need him to go futher and futher until to punishment. Rumonge is a very wealthy region. Govenor should face a very deep investigation.
    Thank you my dear president.

  3. His Excellency the President of our nation is doing a great job. Some of its authorities act outside the law. for the president it is not a good way to denounce them, but he should apply the law and judge them. Mr. Rufyiri said encouraging the diaspora to come and invest in Burundi is good, but these people who work at the airport, the way they behave spoils the image of the country. they are there to beg for the dollars, now when you arrive at the airport they search the bags when they see valuables like tv, phones etc. they confiscate the bags and you won’t see them again unless you have a high authority to come and speak on your behalf. the airport is the main entrance to the country, why did the airport authorities let these practices happen? they tarnish the image of the country. which member of the diaspora will come to invest in the country where his bags are stolen for no reason. will speak Burundian positively in the diaspora as long as they are not used to seeing these absurd practices where they live. The authorities should investigate these complaints and prohibit them.

  4. Mugabonihera

    « …il demande au président de la République d’appliquer le décret-loi… ».
    M. Rufyiri, vous serait-il possible d’inventorier les lois qui ne sont pas appliquées ? Cette réalité attirerait l’attention de ses excellences ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 1 090 users online