Lundi 19 avril 2021

Elections 2020

« Etre président de la République, une conviction d’appliquer un programme de salut public »

27/05/2020 Commentaires fermés sur « Etre président de la République, une conviction d’appliquer un programme de salut public »
« Etre président de la République, une conviction d’appliquer  un programme de salut public »
Francis Rohero affirme ne pas pouvoir infirmer ou confirmer qu’il y ait eu de fraudes électorales.

«Nous constatons avec amertume que le peuple burundais n’a pas voté pour un programme mais pour des groupes supposés être des forces capables de renverser d’autres.» s’indigne Francis Rohero, candidat malheureux à  la présidentielle du 20 mai.

Dans un communiqué de ce mercredi 27 mai, M. Rohero n’a pas manqué de souligner les irrégularités ayant caractérisé le triple scrutin. Entre autres, sa mise à l’écart dans la nomination des membres des bureaux de vote, les listes électorales non rendu public, l’emprisonnement de ses représentants, l’accès  au  bureau de vote refusé à ses mandataires et les intimidations ayant conduit à leur démission.

Néanmoins, Francis Rohero affirme ne pas pouvoir infirmer ou confirmer qu’il y ait eu de fraudes électorales. La raison est qu’il n’a pas pu observer  le déroulement des  élections dans tous les bureaux de vote. Faute de moyens, seuls mille mandataires ont été opérationnels le jour du scrutin. De  ce fait, le candidat indépendant prend acte des résultats  proclamés le 25 mai par la Ceni.

M. Rohero a, quand même, fait un clin d’œil aux nouveaux élus. Pour lui, Etre président de la République,  député  ou conseiller  communal devrait impliquer une conviction d’appliquer un programme de salut public. D’autant plus qu’ils héritent, selon lui, d’un pays où le niveau de satisfaction de la population est extrêmement faible. «Nos félicitations à eux  ne relèvent   pas  de la place  qu’ils vont occuper, mais d’une amélioration considérable de la satisfaction du peuple burundais  en éducation, en santé, dans la justice, la sécurité, l’emploi, le rassemblement du peuple», a-t-il indiqué.

Pour le reste, il a promis de continuer à œuvrer pour le bien-être des Burundais en tant qu’acteur politique.

 

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 059 users online