Vendredi 06 août 2021

Politique

Elections 2020 : Face à l’intolérance politique, le CNL se dit exaspéré

24/04/2020 Commentaires fermés sur Elections 2020 : Face à l’intolérance politique, le CNL se dit exaspéré
Elections 2020 : Face à l’intolérance politique, le CNL se dit exaspéré
Térence Manirambona : « Nous demandons au gouvernement de libérer nos militants qui croupissent en prison pour des mobiles politiques »

A l’issue d’une conférence de presse de ce jeudi, 23 avril, le parti CNL a dénoncé la recrudescence de l’intolérance politique et le harcèlement de ses militants. Un constat amer fait à la veille du début de la compagne électorale prévue pour 27 avril 2020.

« Le parti CNL est plus inquiété par un phénomène nouveau de chasse à l’homme et de traque visant essentiellement ses candidats aux élections à différents niveaux ainsi que les mandataires aux différents bureaux de vote. Visiblement les responsables de ces actes ignobles sont certains responsables du parti au pouvoir et certains administratifs, responsables des services de renseignements et de la police », a indiqué Térence Manirambona, porte-parole du CNL.

Il a également dénoncé ce qu’il qualifie de ’’réunions d’incitations à la haine et à la violence’’ envers leurs militants qui seraient organisées. Il a déploré ’’des procès à la va-vite contre leurs militants arrêtés arbitrairement’’. D’après lui, des mesures administratives non-fondées restreignent les activités de CNL.

Ce cadre du conseil national pour la liberté a demandé au gouvernement de libérer les militants qui croupissent en prison pour des mobiles politiques.

Pour Térence Manirambona, il faut sanctionner les commanditaires des exactions ignobles tant décriées, perpétrées contre leurs partisans et faire respecter la loi pour déverrouiller l’espace politique. Il a aussi suggéré à leurs militants de ne pas céder à la panique et à la provocation.

Iwacu a tenté de joindre les autorités du ministère de l’Intérieur pour répondre aux appréhensions du parti CNL sans succès. Iwacu a cherché à joindre Tharcisse Niyongabo, porte-parole du ministère, en vain.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 075 users online