Mardi 27 septembre 2022

Politique

EAC/Visite d’Antony Blinken : Les Etats-Unis soutiennent les efforts régionaux pour résoudre la crise en RDC

12/08/2022 Commentaires fermés sur EAC/Visite d’Antony Blinken : Les Etats-Unis soutiennent les efforts régionaux pour résoudre la crise en RDC
EAC/Visite d’Antony Blinken : Les Etats-Unis soutiennent les efforts régionaux pour résoudre la crise en RDC
Antony Blinken visite le Rwanda et la RDC dans le but de calmer les tensions entre les deux pays voisins

Lors de sa visite de deux jours au Rwanda, le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a déclaré, ce 11 août, que son pays soutient les mécanismes régionaux pour trouver une solution durable à la crise à l’est de la République démocratique du Congo, y compris le processus de Nairobi et les pourparlers entre le Rwanda et la RDC sous la médiation de l’Angola.

Il indique avoir parlé avec le président congolais Félix Tshisekedi sur l’existence du groupe rebelle FDLR en RDC et la nécessité de le désarmer.
« Les FDLR ont mené des attaques contre le Rwanda et soutenu des idéologies haineuses et nous avons vu des rapports de coopération entre les forces congolaises avec les FDLR. J’ai soulevé cette question avec le président (Tshisekedi) en faisant pression pour que ce soutien cesse. Ces groupes doivent mettre fin à la violence et se démobiliser », explique Blinken.

Selon lui, les Etats-Unis continueront de soutenir les efforts de médiation menés par les Africains : « Les dirigeants de la région, en particulier ceux du Kenya et de l’Angola, travaillent pour réduire les tensions dans l’est de la RDC et résoudre le problème des groupes armés. Nous sommes profondément reconnaissants de ces efforts ».

Le secrétaire d’Etat américain souligne que lors de ses entretiens avec les deux présidents (Kagame et Tshisekedi), ils se sont convenus de reprendre les pourparlers et ont réaffirmé le soutien américain aux efforts de médiation menés par la région.

Le ministre rwandais des Affaires Etrangères réitère le soutien du Rwanda aux efforts régionaux, y compris les initiatives de Nairobi et de Luanda.
« Nous sommes d’accord sur la nécessité d’éradiquer tous les groupes armés irréguliers, y compris les FDLR. Nous avons noté la résurgence du discours de haine, de l’incitation publique et de l’idéologie génocidaire en RDC », explique-t-il.

Réagissant à plusieurs accusations portées contre le Rwanda, y compris le soutien au M23, le ministre Vincent Biruta a déclaré que l’accent devrait être mis sur l’origine des problèmes en RDC : « Le Rwanda n’est pas la cause des instabilités de longue durée dans l’est de la RDC où il y a plus de 130 groupes armés. La présence des FDLR et leur étroite collaboration avec l’armée de la RDCongo a toujours été la cause la plus importante d’insécurité, ce qui permet aux FDLR de mener des opérations terroristes sur le territoire rwandais. Le Rwanda se réservera toujours le droit de préserver son territoire et de protéger son peuple ».

RDC : Les préoccupations de la société civile exprimées à Antony Blinken

Des organisations de la société civile (Maisons de presse et ONGs) de la République Démocratique du Congo (RDC) saluent la visite du secrétaire d’Etat américain Antony Blinken en République démocratique du Congo pour une visite officielle du 09 au 10 août 2022.

Selon le journal La Prospérité, la société civile demande au gouvernement américain de se désolidariser avec le Rwanda, d’imposer un embargo sur l’achat d’armes contre le régime de Kigali et d’autres pays voisins qui entretiennent les groupes armés en RDC ainsi que la suspension des aides ou subventions financières américaines et de toute coopération avec le Rwanda et les pays déstabilisateurs de la RDC. Et d’exhorter l’implication américaine auprès de l’ONU pour le retrait des casques bleus rwandais de toutes les missions onusiennes de maintien de la paix.

Les organisations de la société civile congolaise se disent attendre du gouvernement américain le soutien tendant à obtenir la levée totale et sans condition de l’embargo sur l’achat des armes lourdes, qui frappe la RDC.
Ces organisations demandent au gouvernement américain de sanctionner tous les responsables rwandais, autorités civiles et militaires, pour violation des frontières congolaises, tueries, viols, vols et pillages des ressources naturelles.

Kenya : Les résultats des présidentielles attendus

Les Kényans attendent les résultats de l’élection présidentielle du pays après un scrutin largement pacifique, le faible taux de participation dans certaines régions suggérant une frustration croissante envers l’élite politique, écrit The East African.
Bien que les favoris présidentiels William Ruto et Raila Odinga aient tous juré de maintenir le calme après le scrutin de ce 9 août, le souvenir des violences liées aux élections passées reste pour de nombreux Kényans qui exhortent les partis politiques à accepter les résultats.

Avec la pression croissante, la Commission électorale indépendante (IEBC) doit déclarer les résultats d’ici le 16 août.

« Nous appelons les Kényans à la patience alors que nous faisons cet exercice avec rigueur. Nous nous efforçons également de terminer cet exercice dès que possible », a indiqué Wafula Chebukati, président de l’IEBC, lors d’un briefing ce 10 août.
Les Kényans ont, ce 9 août, voté pour élire un nouveau président ainsi que des sénateurs, des gouverneurs, des députés et quelques 1 500 responsables des districts.

Selon le quotidien kényan The Star, plus de 14 millions de Kényans se sont rendus aux urnes ce 9 août pour élire les nouveaux dirigeants. Les résultats sont tous officiels tels que déclarés dans les centres de vote par les responsables et saisis sur les formulaires 34 A.

Les observateurs de l’EAC satisfaits du déroulement des élections

 

Jakaya Kikwete appelle les Kényans à maintenir la paix et la stabilité après les élections du 9 août

La mission d’observation de la Communauté Est-Africaine (EAC) aux élections générales au Kenya félicite la Commission électorale pour la réussite des élections de ce 9 août, confie Daily Nation.

Dans un point de presse ce 11 août, le chef de la mission, Jakaya Kikwete (ancien président tanzanien), a noté que la police n’a pas interféré avec l’exercice de vote : « La mission félicite la commission électorale (IEBC) pour l’utilisation réussie de la technologie dans l’inscription des électeurs, l’identification des électeurs et la transmission des résultats ». Et de souligner que la police a bien assuré la sécurité des électeurs pendant l’exercice électorale dans les bureaux de vote.

Le chef de la mission fait savoir que la mission s’est rendue compte que les principales alliances dans la course présidentielles ont déployé un petit nombre de mandataires dans les bureaux de vote par rapport aux candidats indépendants.

Selon Mwananchi, le chef de la mission de l’EAC, Jakaya Kikwete, soutient que l’élection s’est déroulée dans la paix, la stabilité et plus de transparence grâce aux préparatifs effectués par l’Etat en collaboration avec la Commission électorale : « Nous vous exhortons à maintenir la paix et la stabilité après l’annonce des résultats ».

Ouganda : Des femmes parlementaires appellent à la protection des femmes travaillant à l’étranger

Les femmes dirigeantes ont tiré la sonnette d’alarme sur les abus continus des filles travaillant à l’étranger et ont demandé au gouvernement de réglementer les entreprises de main-d’œuvre, écrit Daily Monitor.
« Nous voulons améliorer les conditions de travail des Ougandais à l’étranger, car il n’est pas facile de les empêcher de partir, mais nous voulons des conditions de travail favorables pour qu’ils puissent gagner un revenu et prospérer », fait savoir Safiya Nalule, présidente de la commission pour l’égalité des chances (EOC).

Elle appelle à une réunion des parties prenantes avec le ministère du Genre et les entreprises d’exportation afin de créer des lignes directrices pour garantir des conditions de travail favorables : « Nous devons commencer par renforcer le contrôle et la supervision des activités des agences de recrutement par des inspections régulières et sur place ».

Pour elle, le ministère devrait disposer de toutes les ressources nécessaires pour mettre en œuvre les lois régissant le recrutement des travailleurs migrants : « Les agences de recrutement de main-d’œuvre devraient être tenues de soumettre des mesures garantissant la protection des droits des Ougandais ».

La présidente de la commission parlementaire sur le genre, Flavia Kabahenda Rwabuhoro, indique que cette commission s’est engagée à créer des réglementations strictes pour protéger les Ougandais travaillant à l’étranger : « Nous avons beaucoup de soucis sur plusieurs dossiers que nous recevons. C’est pourquoi nous avons commencé à engager des parties prenantes pour nous aider avec des informations sur la meilleure façon d’assainir le système ».

Selon Daily Monitor, la commission parlementaire sur le genre a reçu des plaintes pour mauvais traitements infligés à des Ougandais à l’étranger.

Tanzanie : La justice ordonne à l’autorité portuaire de payer 15 milliards de shillings à deux entreprises

La Haute Cour tanzanienne (Division commerciale) a ordonné à l’Autorité portuaire tanzanienne (TPA) de payer un total de 15,1 milliards de shillings à deux entreprises de construction pour rupture de contrats relatifs à la construction de dépôts de conteneurs dans les ports de Dar es Salaam et de Tanga, révèle The Citizen.

La Cour a conclu, en faveur de JV Tangerm Construction Company Limited et Technocombine Construction Limited, que TPA a violé les contrats à plusieurs égards, notamment le retard dans les paiements.

Le juge Mustapha Kambona Ismail a déclaré que les retards de TPA dans la soumission des approbations et les paiements ont causé des pertes à ces deux entreprises : « Les plaignants ont souffert d’une période prolongée d’incertitude de plus d’une décennie, au cours de laquelle une partie de son temps et de ses ressources a été consacrée à la poursuite de l’affaire dans la justice ».

Selon le juge, les plaignants ont dû consacrer une plus grande partie de ses efforts à l’affaire. Pour lui, cela signifie qu’il était difficile de s’engager dans d’autres engagements contractuels.

Au cœur d’une poursuite judiciaire par deux sociétés contre TPA en 2015 se trouvait l’allégation selon laquelle l’autorité portuaire avait renoncé à son engagement dans les contrats de conception et de construction de stockages de conteneurs dans les ports de Dar es Salaam et de Tanga.

Le juge a aussi accordé aux plaignants des dommages-intérêts généraux de 5 milliards de shillings : « Le témoignage de la perpétration d’actes de violation et la conduite négligente de TPA sont des éléments suffisants sur base desquels l’octroi de dommages-intérêts peut être accordé ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 451 users online