Mardi 21 septembre 2021

Société

Démolition des constructions anarchiques : les ingénieurs font leur expertise, mais…

20/07/2021 1
Démolition des constructions anarchiques : les ingénieurs font leur expertise, mais…
Des ingénieurs du ministère chargé du développement communautaire en plein travail à Cibitoke

Des équipes d’ingénieurs ont été déployées ce lundi 19 juillet par le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique pour une vérification technique de la mise en œuvre de la mesure de démolition des constructions anarchiques à Buterere et Cibitoke. Une activité qui visiblement ne rassure pas.

Toujours des confusions. Dès le début de la démolition des maisons anarchiques tel que recommandé par l’administration, les habitants de la zone Cibitoke ne savent plus quoi faire : « On nous dit de grignoter tantôt 3 mètres tantôt 6 mètres ou 5. On ne sait pas quoi faire. Qu’ils nous disent combien de mètres, on doit démolir », lâche une habitante de la zone Cibitoke, désemparée.

Des ingénieurs dépêchés par le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique ont effectué une première descente dans les zones Buterere et Cibitoke en mairie de Bujumbura, pour faire une vérification technique de la mise en œuvre de la mesure de démolition des maisons construites sans respect des normes de l’urbanisme.

Mais les habitants disent qu’ils ne sont pas rassurés de la descente de ces ingénieurs. Selon ces habitants, ils ne sont pas en mesure de leur indiquer jusqu’où ils doivent démolir. « On ne sait pas si ce sont les poteaux, les bornes ou les câbles d’électricité qui servent d’indicateur. Quand on leur pose des questions, ils ne disent rien ».

Malheur à la maison ou à la clôture, ou toute autre construction marquée d’une croix rouge, elle est à démolir. Pour certains, après avoir présenté les documents de leurs parcelles, les ingénieurs ont confirmé qu’ils sont en ordre.

Une femme qui garde une parcelle dont le propriétaire se trouve hors du pays, voulait savoir le nombre de mètres à démolir à partir de l’axe principal. Ces ingénieurs ont pris des mesures depuis la voie principale jusqu’à cette maison. Mais comme elle insistait, l’un des ingénieurs, pas très sûr, lui a dit de démolir d’autres trois mètres.

Un administratif à la base, lui non plus a confié qu’il n’est pas rassuré par ces ingénieurs : « Nous ignorons ce qu’ils vont faire, mais ce que nous réclamons est de savoir jusqu’à quel nombre de mètres nous allons démolir. Je reçois beaucoup de plaintes des citoyens posant des questions auxquelles moi-même, je n’ai pas de réponse ».

Les ingénieurs ont pris des notes en cas de plaintes et ont consigné leurs observations dans des registres. Ils disent qu’ils vont faire un rapport à soumettre à la hiérarchie.

Rappelons que le dernier délai de cette mesure de démolition de maisons construites sans respect des normes de l’urbanisme prendra fin dans deux semaines.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mugisha

    “Rappelons que le dernier délai de cette mesure de démolition de maisons construites sans respect des normes de l’urbanisme prendra fin dans deux semaines”.
    Serait-il possible pour notre aimable Iwacu de se procurer le document de ces normes d’urbanisme et les porter à la connaissance des lecteurs ?
    Que chaque commune se dote d’un plan local d’urbanisme porté à la connaissance des citoyens afin que ces problèmes ne se reproduisent plus dans 4, 5, 6 ans.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 598 users online