Jeudi 11 août 2022

Société

Démolition des constructions anarchiques : « Qui ne veut pas démolir ? »

12/11/2021 3
Démolition des constructions anarchiques : « Qui ne veut pas démolir ? »
Gervais Ndirakobuca : « Cette décision concerne tout le monde »

Ce mercredi 10 novembre lors d’une réunion avec les administratifs en mairie de Bujumbura, le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a tapé du poing sur la table. Il a haussé le ton sur des personnes qui n’ont pas encore démoli leurs maisons marquées par le signe rouge.

« Même le président de la République, le Premier ministre, le vice-président et moi-même avons démoli les constructions érigées au bord des axes principaux sans les normes de l’urbanisme. Quelle force avez-vous ? », a lâché Gervais Ndirakobuca, ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique.

Le ministre répondait aux questions des administrateurs et des chefs de zone après la présentation de leurs réalisations et les difficultés rencontrées dans le projet de démolition des constructions anarchiques au bord des axes principaux.

Les administratifs à la base n’ont pas mâché leurs mots. Ils ont évoqué certains obstacles dans la démolition de ces constructions anarchiques, notamment certaines autorités administratives qui ne leur facilitent pas la tâche : « Il y a un commissaire qui nous a insultées lorsqu’on faisait notre travail », ont-ils donné comme exemple.

Le ministre Ndirakobuca a demandé aux administrateurs et les administratifs à la base d’exécuter ce projet du gouvernement dans les plus brefs délais et user de leur autorité pour que ce projet arrive à terme.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Faustin

    Mbona ari ukubomora hama commission ikaza gusuzuma, ikanashima yuko vyakozwe neza. Inyuma yaho naho hakaza abandi, ngo bomora kandi. Hazobomorwa gushika ryari canke incuro zingahe?

  2. Mike

    Reta MBOMOZI

  3. arsène

    « Même le président de la République, le Premier ministre, le vice-président et moi-même avons démoli les constructions érigées au bord des axes principaux sans les normes de l’urbanisme. »

    Ça vous arrive aussi M. le Président et cher ministre de violer la loi? J’ai souvent pensé que seule l’exigence de la déclaration des biens pouvait être violée (et assumée)! J’avais tort.

    Comme quoi la violation des lois n’empêche pas d’accéder aux plus prestigieux des postes. J’ai l’impression que les « normes » finalement violées par des citoyen/nes de toutes les classes sociales ont été mises en place avec une vision idéaliste qui ne correspond pas à la société burundaise. Notre nos chers ministres et président n’ont pas prêché par l’exemple que je sache. Ils auraient dû convoquer la RTNB et les journalistes des différents média lors desdites démolitions et permettre que les images soient diffusées. Comment peut-on croire qu’ils ont réellement démoli leur construction.

    Nos dirigeants étant si grassement payés par le contribuables et la plupart d’entre eux possédant plusieurs villas – ce qui n’est un secret pour personne – on peut très bien se dire que la démolition les concernant ne fait pas trop mal à leur porte-monnaie.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 292 users online