Dimanche 20 juin 2021

Société

Covid-19 : Réouverture du poste-frontière de Gatumba, les 30USD du test pour les Congolais décriés

02/06/2021 1
Covid-19 : Réouverture du poste-frontière de Gatumba, les 30USD du test pour les Congolais décriés
La réouverture de la frontière entre le Burundi et la RDC pose problème

Le montant de 30 dollars américains demandés aux étrangers en l’occurrence les Congolais, pour le test covid exigé afin de pouvoir entrer au Burundi, a suscité la grogne et des mécontentements. Ils parlent d’un montant exorbitant, ce sont pour la plupart des commerçants transfrontaliers.

« Où est passé le bon voisinage entre les Burundais et les Congolais ? », s’interroge une maman congolaise, vendeuse de fruits. « Où allons-nous trouver ces 30 dollars à chaque entrée au Burundi ? C’est insensé».

D’après ces mamans d’Uvira, leur capital ne dépasse même pas ce montant exigé pour le test. « Nous franchissons la frontière chaque jour pour aller chercher des tomates, des avocats ou autres produits. Ce montant est très élevé. On ne peut pas s’en sortir », s’indignent-elles.

« En quoi servira cette réouverture alors qu’on ne peut pas traverser la frontière. Pour nous approvisionner, il nous faut aller chercher les marchandises et pouvoir retourner chez nous. Cela signifie que le Burundi n’a pas ouvert ses frontières », se lamente une autre commerçante.
Elles appellent le gouvernement burundais à revoir à la baisse ce montant. « Qu’il y ait le bon voisinage, les Burundais et les Congolais sont des frères et de surcroît des voisins. Quel bon voisinage alors qu’il n’y a pas de visite, d’échanges ? »

Ce 1 juin, des Congolais étaient massés à la frontière. Ils ne pouvaient pas franchir la frontière. « C’est comme si la frontière est toujours fermée. J’ai un capital de 60.000 BIF. Où vais-je trouver 30 dollars chaque jour ? », se demande une autre ressortissante congolaise exerçant du commerce transfrontalier.

Quant aux chauffeurs qui font le transport sur la ligne Bujumbura-Uvira, ils ne savent plus à quel saint se vouer. « C’est-à-dire que nous allons devoir payer 900 dollars par mois. Avant la fermeture de la frontière, on empruntait ce trajet tous les jours. A chaque entrée au Burundi, nous allons payer 30 dollars, c’est largement au-dessus de nos moyens. Nous savons que le Burundi a besoin de devises mais c’est exagéré », se lamentent un chauffeur congolais.

D’après les habitants d’Uvira, ils paient 5 dollars pour le test Covid-19 et pour une durée de 14 jours. « Même du côté du Rwanda, c’est le même tarif ».

Réponse du berger à la bergère, en une sorte de représailles : le coût du test Covid-19 était passé de 5 dollars à 10 dollars aux environs de midi, côté congolais au poste-frontière de Kavimvira pour les ressortissants Burundais.

Selon le ministre en charge de la Santé publique, Thaddée Ndikumana, les Burundais doivent payer 15.000 BIF pour le test Covid-19. A midi ce matin du 1 juin, 85 personnes avaient été déjà dépistés. « Le coût n’est pas aussi exorbitant que cela. Les cas positifs sont soumis au traitement comme nous le faisons pour les citoyens burundais. Ce coût intègre aussi les médicaments pour les cas positifs. La réduction ou l’augmentation du coût ne dépend pas de moi seul ».

Selon lui, cette décision découle d’une recommandation du Comité national de lutte contre cette pandémie et une ordonnance de 3 ministres. « La durée du certificat est de 24 heures compte tenu des contacts qui peuvent se faire au cours de cette journée. C’est toujours bien de pouvoir réévaluer l’état de santé d’une personne. Avec le comité, nous allons évaluer ce coût de dépistage. L’essentiel est la réouverture de la frontière».

Pour certains Congolais rencontrés, cette pilule a du mal à passer. « Les Burundais ont préféré les dollars à l’amitié ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Ruhwa

    Cette decision de faire payer 30$ a chaque commerçant qui passe cette frontière a été prise par des gens qui y ignorent les réalités de la vie quotidienne.
    C’est comme si on devait payer chaque jour pour traverser le pont de ntahangwa pour aller gagner sa vie(travail dans un bureau en ville). Tu vas depenser 750$/mois (30*25jours). Qui a un salaire pour couvrir ces dépenses?
    On devrait encourager le commerce transfrontalier et se rattraper sur les taxes en vigueur.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 260 users online