Mercredi 12 mai 2021

Société

Covid-19/ Amendes : la loi à géométrie variable

29/04/2021 1
Covid-19/ Amendes : la loi à géométrie variable
Sur toutes les artères de Bujumbura, le contrôle du port du masque est devenu une routine.

Depuis peu, les agents de la police routière sont devenus sévères avec les personnes qui ne portent pas de masque. Mais d’aucuns déplorent des amendes jugées exorbitantes.

« D’abord le masque madame/monsieur… » La désormais habituelle formule des rabatteurs à l’endroit des passagers entrant dans un bus. Avec la flambée de nouveaux cas positifs, dorénavant, dans les transports, toute  personne qui ne porte pas de masque est passible d’une amende de 5 mille BIF. Tandis que le chauffeur du bus, du taxi, taxi-moto, tricycle (tuk-tuk) doit payer 50 mille BIF. « Une mesure prise dans l’optique de limiter les contaminations internes », laisse entendre Désiré Nduwimana, porte-parole de la Police Nationale.

Certains passagers de bus, en plus de l’exorbité de l’amende, déplorent le fait que les sanctions ne soient pas personnelles. Allusion faite au nombre de fois où ils se voient intimer de sortir du bus une fois que l’un d’entre eux ne porte pas de masque. « Mais aussi faudrait-il que la somme soit revue à la baisse. Compte tenu de notre pouvoir d’achat, avoir cinq mille ou 50.000 BIF, ce n’est pas donné à tout le monde », clament en chœur passagers et chauffeurs. Le porte-parole de la police nationale est catégorique : « Tant que les contrevenants n’ont pas encore compris qu’en ne portant pas de masque, ils mettent en danger la vie d’autrui. Les sanctions resteront ainsi. » Et de mettre en garde : « Aux gens qui ne portent pas convenablement leurs masques, préférant les porter au niveau de leurs manteaux, nous n’allons plus le tolérer. »

La légalité mise en cause

L’effet “rappel à l’ordre”, à certains endroits, commence à produire l’effet escompté, mais un bémol persiste : l’uniformité de l’amende. Par endroits, à l’intérieur du pays, si une personne est arrêtée sans porter un masque, elle doit s’acquitter d’une somme soit de 2000 ou de 3000 BIF. Et là, ce sont les percepteurs des taxes communales qui entrent en jeu et non les agents de la police routière. De quoi interroger la population.

M. Nduwimana s’est contenté de rappeler la loi : « L’amende a été instituée par la loi. Et tant qu’elle n’est pas encore tombée en désuétude, les gens doivent s’y soumettre. »

Pour rappel, cette amende est prévue par l’article 272 de la loi N°1/07 du 12 mars 2020, portant révision de la loi N°1/012 du 30 mars 2018 du livre en rapport avec les prestations de soins de santé au Burundi. Cette dernière stipule que toute personne qui omet volontairement de se faire vacciner, dépister ou toute mesure publique visant à se prémunir contre une maladie est passible d’une amende de 50 mille BIF.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mambo

    Bravo la Police burundaise! Soyons sérieux avec le covid 19

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 2 097 users online