EN

Société

Covid-19/ aéroport international Melchior Ndadaye : des ajustements avant sa réouverture effective

28/10/2020 Elvis Mugisha Commentaires fermés sur Covid-19/ aéroport international Melchior Ndadaye : des ajustements avant sa réouverture effective
Covid-19/ aéroport international Melchior Ndadaye : des ajustements avant sa réouverture effective
Sa réouverture de l’aéroport Melchior Ndadaye devra attendre.

Une semaine. C’est la durée que se sont donnée les professionnels du secteur aéroportuaire pour être dans les normes. Et ainsi amener le gouvernement à le rouvrir totalement.

« La balle est dans notre camp. A nous de respecter les engagements pris pour être enfin prêts », a martelé Emmanuel Habimana, directeur général de l’Autorité de l’Aviation Civile de Burundi (AACB). Un appel qui semble avoir trouvé de l’écho. C’était mardi 20 octobre, lors de la réunion qui a rassemblé tous les intervenants du secteur aéroportuaire.

De l’AACB aux hôteliers en passant par la Sobugea, aucun des participants présents ne s’est plaint de cette durée de “grâce”. « Une bonne nouvelle, qui ne peut que davantage réjouir le gouvernement », a glissé un cadre du gouvernement.

En effet, lors de l’évaluation de la campagne de dépistage massif contre la covid-19, le Chef de l’Etat a signifié que la réouverture dépendra des efforts de tout un chacun.

Parmi les préalables à cette réouverture, M. Habimana ne cache pas que le retard dans l’installation des zones d’isolement à l’aéroport Melchior Ndadaye ralentit les travaux. Une pique à l’endroit du ministère de la Santé publique tardant à joindre la parole à l’acte. « Il nous a demandé les plans. Nous lui avons tout donné. Mais, jusqu’à maintenant, il n’y a pas de feedbacks. Si la balle est dans le camp de ses partenaires financiers, il doit les secouer. Le temps presse ».

Pour le moment, une préoccupation loin d’être partagée par la Sobugea. Mis de côté, un appareil de désinfection de bagages des passagers encore en attente, H.N, agent, fait savoir que les préparatifs sont presque déjà terminés. « Avant, les équipements de protection individuelle n’étaient pas suffisants pour les portefaix. La question a été déjà résolue».

Du côté des hôteliers, ils déplorent le retard observé dans l’obtention des résultats des tests des passagers. « Au plus vite, une question qui doit trouver une réponse y afférente. Parce que, des fois, ils doivent les attendre plus de 2 jours. Cela les perturbe dans l’emploi du temps de leur séjour », fait remarquer une hôtelière.

Des garde-fous

Toutes les compagnies aériennes ayant déjà pris des mesures accompagnatrices, à l’instar de la distanciation à bord des avions ou de l’installation du système d’aération, chassant toutes les deux minutes l’air des passagers…Aux hôteliers, il leur est demandé une vigilance accrue. « Compte tenu des patients asymptomatiques, le port du masque doit être une obligation au risque d’être des foyers de contaminations », a demandé K.D., cadre au ministère de la Santé.

Pour pallier d’éventuelles contaminations, la limitation des personnes présentes sur le tarmac est un impératif. « Inutile que des passagers en partance ou entrant sur le sol burundais soient accompagnés ou attendus par une flopée de gens. Une personne suffit », indique M. Habimana. Et là aussi, précise-t-il, elle devra se munir d’un badge.

Une manière, selon lui, de contrôler les mouvements des gens à travers les caméras thermiques mais aussi de permettre la distanciation sociale à l’intérieur de l’aéroport.
Hervé Mugisha
Légende :

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Revivre l’« amitié entre les peuples »

La Rédaction Commentaires fermés sur Revivre l’« amitié entre les peuples »

En moins d’une année, trois étudiants burundais sont morts dans des circonstances non encore élucidées en Russie. Le décès des deux derniers, Jolivet Makoroka et Egide Nkengurutse, sera annoncé en moins d’un mois, soit le 25 octobre 2020 et le (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 333 users online