Samedi 02 juillet 2022

Société

Concubinage : cet éternel mal qui disloque les familles

16/02/2022 5
Concubinage : cet éternel mal qui disloque les familles
Des femmes victimes de concubinage dans la commune Mpanda.

L’une des violences basées sur le genre, le concubinage est loin d’être éradiqué, malgré des campagnes de sensibilisation. Dans la plaine de l’Imbo, notamment à Bubanza, l’une des localités où ce phénomène est fréquent, victimes et auteurs témoignent.

Fief de la riziculture, surtout dans la commune Gihanga, Bubanza regorge de champs de riz qui s’étendent à perte de vue. Derrière cet ‘’or blanc’’ se cache la peine des mères de famille qui ont pourtant travaillé d’arrache-pied pour une bonne production. Quand vient la période des récoltes, les hommes s’accaparent de toute la production et gardent le monopole de la gestion des récoltes. Et quand l’argent coule à flot, ils cèdent à la tentation de s’offrir un « 2e bureau ».
C’est l’histoire de Jacqueline Nduwimana, 40 ans, habitante de la commune Mpanda. Elle a été délaissée par son mari, lui laissant quatre enfants.

Riziculteurs, ils menaient une vie de couple parfaite jusqu’à ce qu’un beau jour, Jacqueline rentre de l’église et trouve la maison vide. Son mari a pris plus de 20 sacs de riz qu’ils venaient de récolter et est allé vivre avec une autre femme, dans la commune Gihanga. Son épouse ne l’a plus revu jusqu’ici. « Il change de femme comme il veut. Aujourd’hui, il arrive à une 4e».

La seule terre à cultiver que Jacqueline possédait, qu’elle s’est procurée avec ses propres moyens, a été attribuée à cette concubine par le parquet de Gihanga, assure-t-elle « Je n’ai plus jamais revu mon mari. Je suis dans la rue avec les enfants. Alors que nous sommes unis par le lien du mariage», confie, non sans peine, cette maman.

Emmanuelle Nicitegetse, 35 ans, est une autre victime du concubinage de la même commune Mpanda. Auparavant, elle, son époux et leurs deux enfants formaient une petite famille heureuse. Ils habitent dans la commune Musigati, province Bubanza. « Au début de notre mariage en 2002, tout va bien. Mon mari me traite comme une reine. Je ne manque de rien. Il me cherche même une nounou pour m’aider à garder les enfants. » Ce qui est rare, fait-elle remarquer, dans les ménages ruraux.

La famille élève cinq vaches. Un jour, le mari convainc la femme à vendre toutes ces vaches pour acheter une maison. Emmanuelle est séduite par le projet. « Une fois les vaches vendues, je n’ai plus revu mon mari. Il a pris tout l’argent et est parti dans la commune Mpanda pour entretenir une autre femme».

Depuis lors, la vie est très dure pour Emmanuelle. Elle ne peut plus nourrir ses deux enfants. Jusqu’à ce qu’elle rejoigne une association d’épargne et de crédit des femmes victimes de concubinage. Aujourd’hui, ses conditions de vie se sont améliorées. Elle s’est lancée dans un petit commerce de légumes : « Je me débrouille pour avoir chaque jour ne fût-ce que 1.000 BIF pour nourrir mes enfants. »

A défaut du devoir conjugal, le « 2e bureau » à tout prix !

Donatien Gaparata, 28 ans, de la commune Gihanga est un homme qui a deux ménages. Vendeur de poules, il s’est marié à la première femme à l’âge de 16 ans. A un certain moment, il n’était pas satisfait comme il le voulait : « La première chose qui pousse un homme à épouser une femme, vous le savez, c’est le devoir conjugal. »

Lorsque le couple est à son 4e enfant, la femme commence à poser des limites sur leurs relations sexuelles. « Si un homme ne peut plus assouvir son désir auprès de sa femme, il est tenté d’aller chercher ailleurs. C’est ce qui s’est passé dans mon couple. » Il affirme de surcroît que sa femme, âgée de 32 ans, ne prenait plus soin de lui.
C’est en 2020, 6 ans après son mariage, qu’il décide de vivre avec une autre femme âgée de 22 ans. Ils ont eu deux enfants, en plus des quatre que Donatien a eus avec la première femme.

Ce papa de six enfants est convaincu qu’avoir une 2e femme n’est pas un crime, « si l’on a une bonne raison de le faire ». Il reconnaît, toutefois, que cela crée des problèmes à partir du moment où l’on a des enfants avec chaque femme. « Je sais que c’est contraire à la loi, mais nous le faisons en connaissance de cause, nous n’avons pas le choix».
Donatien confie que ce n’est pas facile de gérer deux familles. Mais pour lui, la priorité est la femme qui a plusieurs enfants.

Les associations féminines dépassées

Antoinette Ndayitegeyamashi est présidente de l’association des femmes victimes du concubinage de la commune Mpanda qui réunit 20 femmes délaissées par leurs maris. Cette coopérative d’épargne et de crédit est en train d’améliorer leurs vies. « Certaines d’entre elles pratiquent désormais l’élevage».

Pour cette défenseure des droits des femmes, le concubinage est un phénomène très difficile à éradiquer. Représentante du forum des femmes sur sa colline Gahwezi, commune Mpanda, elle indique que les associations féminines, en collaboration avec les autorités locales, ont pris l’initiative de faire du porte à porte pour chasser les concubines. Mais cette tâche reste compliquée car beaucoup d’hommes qui ont des concubines viennent d’autres provinces ou communes pour venir vivre avec une autre femme de cette localité. « Si ce sont des gens que nous ne connaissons pas, nous ne pouvons pas savoir s’il a une autre femme ou pas dans la localité d’où il est originaire».

Mme Ndayitegeyamashi parle de plus de 50 cas de concubinage sur sa colline Gahwezi qui compte autour de 1.000 ménages. Elle fait savoir que la plupart des auteurs sont des hommes venus d’autres provinces comme Karusi, Kayanza, Mwaro et Muramvya.

Des autorités complices

La défenseure des droits des femmes de la commune Mpanda parle d’un phénomène difficile à éradiquer.

Cette représentante du forum des femmes affirme que la répression de cette violence basée sur le genre laisse encore à désirer : « Certaines autorités corrompues feignent d’emprisonner les auteurs. Mais quelques jours après, ils sont libérés. » Et d’enchaîner : « Nous faisons l’effort de dénoncer les auteurs du concubinage, volontairement, sans être payés, au risque d’être menacées. Cela nous décourage.»

La représentante des médiateurs de la paix dans la province Bubanza, Analysa Ndamuhawenimana, affirme aussi que la question du concubinage reste négligée par les autorités : « Si elle était sérieusement réprimée, elle n’existerait plus dans les communautés. »

Elle assure que le grand problème est que certaines autorités locales entretiennent des concubines « Il est difficile d’éradiquer cette violence car ceux qui étaient censés y mettre fin sont aussi concernés. »

Le concubinage est défini par la loi de 2016 portant prévention, protection des victimes et répression des VBG comme « le fait qu’un homme marié légalement vit avec une ou plusieurs comme épouses en dehors ou au sein du foyer conjugal». Cette infraction est punie par le code pénal dans son article 554 : « Le conjoint convaincu d’avoir entretenu un(e) concubin(e) est puni d’une amende de 50 à 100 mille BIF. Elle est portée au double lorsque le concubinage est pratiqué dans la maison conjugale. La poursuite ne peut avoir lieu que sur plainte de l’époux offensé. »

Une peine très légère, pour le premier substitut du procureur de Bubanza, Alexis Rukundo. D’après lui, la peine souvent appliquée dans le cas du concubinage par les juridictions est celle de « relation extraconjugale », punie d’une servitude pénale de 1 mois à un an et d’une amende de 100 à 200 mille BIF. Elle est portée au quadruple lorsque la relation a lieu dans la maison conjugale.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Gacece

    « Je sais que c’est contraire à la loi, mais nous le faisons en connaissance de cause, nous n’avons pas le choix».
    Donc… Si je comprends bien, il choisit sciemment de violer la loi!… Juste comme ça!

    S’il n’en tenait qu’à moi : Puisqu’il dit que « nous n’avons pas le choix », je lui imposerait le choix de l’enfermer dans une cellule, sans droit de visite d’aucune femme, pendant les 7 années qu’il a eues avec ses 2 femmes.

    Ce n’est pas le concubinage qui me dérange le plus, mais plutôt le « choix de ne pas avoir le choix ». Il faut lui montrer ce que cela veut dire : « ne pas avoir le choix » 🙂

    L’adultère existe depuis toujours, et le plus souvent, les concubins le cachent à leurs épouses ou époux. Pourrait-on parler de « cons-cubins » dans ce cas-ci? C’est le non-prêtre en moi qui parle!

    • arsène

      Dans une société où s’observe l’anomie (au sens qu’en donne Durkheim), ça n’étonne pas que les gens trouvent qu’ils n’ont pas d’autre choix que de violer la loi.
      Je me réfère à l’article d’Iwacu du 12 novembre 2021 (en rapport avec ce que l’on a appelé les « constructions anarchiques ») dans lequel sont reportés les propos du ministre de l’intérieur qui disait:
      « Même le président de la République, le Premier ministre, le vice-président et moi-même avons démoli les constructions érigées au bord des axes principaux sans les normes de l’urbanisme. »
      Ce n’est certes pas le même sujet, mais on voit que dans d’autres domaines aussi, enfreindre la loi n’est pas le propre des habitants des campagnes ou même des seuls simples citoyens.

      https://www.iwacu-burundi.org/demolition-des-constructions-anarchiques-qui-ne-veut-pas-demolir/#comments

    • Gacece

      @Arsène
      Il y a ceux qui violent la loi parce qu’ils ignorent qu’ils sont en train de la violer, incluant ceux pour qui la loi n’existait pas encore lorsqu’ils ont posé les gestes illégaux. Mais… Nul n’est censé ignorer la loi : on ne peut pas invoquer « Je ne savais pas » pour justifier le fait qu’on a violé la loi.

      Et… Nul n’est au-dessus de la loi… C’est cela que vous attendiez, n’est-ce pas?

      Il y a ceux qui violent la loi parce qu’ils n’ont pas le choix :
      – les victimes de chantage (par exemple, si quelqu’un t’oblige à commettre un crime parce qu’il menace de te tuer ou de tuer un membre de ta famille) ;
      – le voleur qui vole de quoi manger pour lui-même ou pour sa famille pour pas qu’ils meurent de faim ;
      – la personne qui tue son ennemi pour ne pas y passer elle-même (les militaires sur le champ de bataille, les policiers faisant face à des tireurs, les duelistes dans un combat à mort, etc.) ;

      Il y a enfin ceux qui choisissent de violer la loi en connaissance de cause et qui disent qu’ils n’avaient pas ou qu’ils n’ont pas le choix, tout en sachant que c’est faux.

      Ceux que vous citez en exemple ne sont peut-être pas eux-mêmes qui ont construit : ils pourraient avoir acheté ces propriétés ou c’est peut-être le maître d’oeuvre qui a commis l’erreur (sciemment ou non). Ceux qui ont corrigé ont corrigé, mais ceux qui refusent de corriger ne sont pas moins coupables parce qu’ils n’ont pas plus le choix.

      Dans quelle catégorie placeriez-vous notre « polygame » ci-dessus? Et dans laquelle placeriez-vous ceux que vous donnez en exemple?

      À vous de voir, mais ne vous perdez pas dans la justificiation de quelqu’un qui commet un crime parce que quelqu’un d’autre l’a commis, peu importe ses fonctions dans la société.

      Le criminel est un criminel parce qu’il a commis un crime, pas parce qu’il a vu quelqu’un d’autre commettre le même crime. Chacun est responsable de ses actes.

  2. Yan

    Je trouve que via la loi de la « relation extraconjugale » l’Etat s’est assigné une mission assez compliquée. Il y aurait d’autres priorités que de poursuivre des gens qui ont juste un besoin naturel inassouvi.

    • Stan Siyomana

      @Yan
      Mu kiganiro nyakubahwa umukuru w’igihugu Evariste Ndayishimiye yagiraniye n’abamenyeshamakuru ku wa 29 z’ukwezi kwa 12 mu mwaka uheze, yavuze ati:
      « Iki kibazo lero c’irwirirana ry’abantu ngomba nsabe abarundi bose, umwe wese akigire rwiwe…
      Kumva ngo n’ukubera ngo abavyeyi bibaruka kubuntu mugaca muguma mwibaruka intahekana ehee…
      None wewe uzobavyara abenegihugu bandi bace bakurihira? None ayo mahera azova he?…
      Hariho n’abatanguye gusaba ko haba ingingo zifatwa ku muntu avyaye abana benshi… »
      https://www.youtube.com/watch?v=cRmMZOZ1qNw&t=459s

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’indépendance du Burundi. A luta continua

Le 1er juillet 2022, le Burundi célèbre ses 60 ans d’indépendance. Des préparatifs vont bon train à Bujumbura comme dans le reste du pays pour commémorer cet événement heureux qui, malheureusement, a tendance de se réduire à un simple moment (…)

Online Users

Total 1 343 users online