Mardi 31 janvier 2023

Société

CNIDH,  une « tentative de viol » réglée à « l’amiable »

09/12/2022 6
CNIDH,  une « tentative de viol » réglée à « l’amiable »

Par Fabrice Manirakiza

Dans une note au vitriol, le Président de la CNIDH dénonce certains membres de la commission et évoque même une « tentative de viol » d’une employée par « un commissaire. » Une note qui sort comme par hasard à la veille du remplacement des membres de la CNIDH.

« Comment ! Vous êtes au courant  ? », tous les membres  de la CNIDH tombent des nues quand on évoque cette note que le Président de la commission a adressé « aux plus hautes autorités du pays » et qu’Iwacu a pu consulter.

A la CNIDH, la réaction est presque la même chez toutes les sources contactées par Iwacu : stupeur, gêne, puis silence. L’embarras est total.

Le point N°6 de cette note laisse en effet le lecteur pantois. M. Nimurabe évoque une « tentative de viol de C.M, une nettoyeuse à la CNIDH par « un commissaire ». Pourtant, le  traitement réservé à cet acte grave est étonnant : le Président écrit que l’affaire  a été réglée à « l’amiable » !

Contacté par Iwacu, Sixte Vigny Nimurabe, Président de la CNIDH n’est pas très loquace. Il dit que «  Personne ne reconnait cette tentative entre les deux ».
Une tentative que lui-même il rapporte pourtant dans sa note aux hautes autorités ! D’après plusieurs sources à la CNIDH, les faits se seraient déroulés lors d’un atelier de la CNIDH à Cibitoke.

A la question de savoir comment une « nettoyeuse » se retrouve à Cibitoke pour un atelier de la commission, l’explication donnée est que « l’employée participe parfois aux descentes en province de la commission où elle aide pour « la logistique ».
Cette tentative de viol d’une employée de la CNIDH a-t-elle été classée  sans suite ? Difficile de savoir, car d’un côté,  dans sa note le Président de la CNIDH  a évoqué un règlement à l’amiable. A Iwacu,  il a indiqué qu’il faut  « des enquêtes impartiales sinon on va fausser ces dernières. »
Encore plus étrange, la question ethnique semble s’être invitée dans le traitement de cette grave affaire. D’après toujours le Président, l’affaire  de « la nettoyeuse de la CNIDH  a été réglé , mais aussi ethniquement, car C.M est Tutsi, sous la protection de la vice-Présidente qui coordonne les réunions et les stratégies des Tutsi pour chercher leur couverture », écrit Nimurabe.  
Difficile de comprendre le lien entre l’ethnie de la nettoyeuse, la tentative de viol et la protection de la Vice-Présidente de la commission…

Une lutte pour le positionnement

Alors que le mandat des membres de la commission tire à sa fin,  la CNIDH  est gangrenée par une lutte de positionnement. Et tous les coups semblent permis.

Dans cette note, un des commissaires du CNIDH est accusé de tout faire pour que le Président actuel de la commission ne soit pas « reconduit. » Il se vanterait d’être «  en contact direct avec le Président de l’assemblée Nationale et qu’il lui donne des rapports régulièrement. Il a ajouté aussi qu’il s’est bien positionné chez le Vice- Président du Parti CNDD-FDD et qu’il le soutiendra dans toutes les situations. Le même commissaire, d’après la note,  veut tout faire pour « chasser les cadres qui sont gênants dans la commission à savoir, la Secrétaire générale et deux chargés d’études. »

Sixte Vigny Nimurabe tire à boulets rouges sur certains  collègues et la description qu’il fait de deux d’entre eux est stupéfiante.

Il est notamment question « d’absentéisme »,  de « lobbying inquiétant auprès des certaines ambassades », de commissaires qui tiennent des « propos incendiaires » et même d’ivresse d’un commissaire qui risque d’endommager des véhicules, car «  il conduit en état d’ivresse », etc.  

La note ne laisse aucun doute : Sixte Vigny Nimurabe veut être « en pole position » car l’appel à la candidature pour le remplacement des 5 cinq commissaires en fin de mandat est déjà lancé. Le timing de cette note n’est pas fortuite…

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Alexis SIBOMANA

    Pourriez-vous montrer aux lecteurs cette lettre rédigé par le Président de la CNIDH??

  2. Gacece

    Ne cherchez pas le coupable, cherchez les faits… dans leurs différents contextes. Une tentative de viol pourrait ne plus être un crime si la victime décide de tout laisser tomber. Même une mesure disciplinaire pourrait s’avérer une bourde si la victime change son fusil d’épaule et dit qu’il ne s’est rien passé. Sans témoin(s) ni preuve(s) irréfutable(s), c’est la parole de l’un(e) contre l’autre. Et dans ce dernier cas, c’est le « plus fort »* qui l’emporte.

    * « plus fort » : dans ce cas-ci designe celui qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un… qui a le pouvoir d’influence sur l’aboutissement final du conflit.

    Je connais quelqu’un… et c’est moi-même! N’essayez pas de ne pas essayer.

    • Alexis SIBOMANA

      Pas de sanction disciplinaire ou mise en garde pour le présumé coupable de tentetive de viol???

    • Gacece

      @Alexis SIBOMANA
      Mettez-vous dans les bottes du patron de ce « présumé innocent » violeur. Si son patron le sanctionne alors qu’il a négocié « une sortie à l’amiable » avec la victime, cette dernière dira qu’il n’y a rien eu. Et comme il n’y a pas de témoin (personne ne l’a attrapé en fragrant déli), c’est le patron qui se retrouvera accusé d’injustice. Il ne faut pas non plus oublié qu’il se pourrait d’une histoire inventée, montée de toute pièce pour nuire au commissaire en question.
      Il n’y a pas de fumée sans feu… mais cet adage n’a aucune valeur si on pense aux effets spéciaux… avec du carbonne congélé. Ce qui veut dire qu’une manipulation bien pensée et bien exécuté peut avoir l’air d’une vérité. C’est pourquoi j’appelle, dans mon commentaire ci-dessus, à « chercher les faits ».

  3. Justine Nkurunziza

    Écœurant ce réglement à l amiable !! J aimerai voir leur tete ou réaction si un jour ce leur fille subissait un viol !

    • ndirabika

      Cette commission ressemble étrangement à une organisation … (mot censuré) dont le Vigny se comporte comme chef de la pègre

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 880 users online