Mardi 13 avril 2021

Société

Collecte des taxes : des commerçants réticents se font tirer les oreilles

01/04/2021 0
Collecte des taxes : des commerçants réticents se font tirer les oreilles
Le ministre Ndirakobuca dans un stand de la galerie "Le Parisien"

Le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a effectué une descente dans des galeries commerciales au centre-ville de Bujumbura. Certains commerçants ne s’acquittent pas de leurs taxes et impôts. Il les a mis en garde avant de constater d’autres irrégularités.

«Payez les taxes ! Sinon nous allons mettre des cadenas sur vos stands et la réouverture ne sera pas rapide », a sommé le ministre Gervais Ndirakobuca. Ce mercredi 31 mars 2021, au cours de sa descente dans les galeries ’’Village Market’’, ’’Le Parisien’’ et ’’Idéal’’ au centre-ville de Bujumbura.

C’est après avoir constaté que ces commerçants ont refusé de payer les taxes aux percepteurs de la mairie de Bujumbura. Quand ces derniers ont eu vent de cette visite, ils se sont éclipsés laissant leurs stands fermés.
A la galerie ’’Village Market’’, le constat est que le passage pour le camion anti-incendie est obstrué par des étals. Le ministre Ndirakobuca accompagné par sa délégation dont le maire de la ville de Bujumbura et des percepteurs d’impôts a invité le chargé de la sécurité dans cette galerie pour une visite guidée afin de se rendre compte du respect des consignes de sécurité.

« Montre-nous où pourrait passer le camion des pompiers ? Avez-vous des notions de sécurité ? Est-ce que vous avez fait une formation en matière de sécurité ?»

Toute une salve de questions du ministre Ndirakobuca au chargé de sécurité dans cette galerie. Et timidement, ce dernier a fait savoir qu’il a reçu quelques formations au sein des Imbonerakure.

« Il ne faut plus dire cela », a répondu le ministre Ndirakobuca en lui demandant de ne plus le prendre comme prétexte. Et toute la délégation s’est esclaffée. Des éclats de rire fusaient de partout.

Les courtiers, ’’abafyetayi’’ dans le collimateur

Quand toute cette délégation conduite par le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a fait un tour à la galerie ’’Idéal’’ communément appelé “Bata”, il s’en est pris aux courtiers. Ils se font appeler ’’commissionnaires’’.

« Vous êtes responsables de la montée des prix, vous récoltez sans semer. Il faut laisser les clients négocier directement avec les commerçants. Allez curer les caniveaux dans vos quartiers. Je ne veux plus vous voir ici», a-t-il ordonné.
Le ministre Gervais Ndirakobuca a également visité le marché de Jabe. Il affirme qu’il y a aujourd’hui de l’ordre. Selon lui, des caniveaux ont été endommagés. « La mairie de Bujumbura va se charger de la réhabilitation », a-t-il promis.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 086 users online