Mardi 27 juillet 2021

Sécurité

Sécurité : un serveur de 24 ans tué à Kinanira II par un officier de l’armée

01/04/2021 8
Sécurité : un serveur de 24 ans tué à Kinanira II par un officier de l’armée
Un des serveurs du bar ’’Ku Mucamo’’ rescapé

Un jeune serveur de 24 ans a été assassiné par balle dans la nuit de ce 31 mars dans le bar ’’Ku Mucamo’’ situé dans le quartier Kinanira II de la zone urbaine de Musaga. Le crime a été commis par un lieutenant-colonel nommé Blaise Ndayegamiye.

Selon un des serveurs de ce bar, ce meurtre a été commis aux environs d’une heure et demie du matin où cet officier est venu frapper par force à la porte des serveurs de ce cabaret en leur demandant de la bière.
« Il faisait tard et on avait déjà fermé et nous étions déjà au lit. Et c’est par après qu’on a entendu colonel Blaise revenir avec son arme et il a commencé à tirer sur nous », témoigne-t-il.

La victime indique que son collègue du nom de Lionel âgé de 24 ans est mort sur le champ. « Moi j’ai réussi à me cacher dans les toilettes, et un autre collègue n’a eu la vie sauve qu’en se cachant dans dans le frigo », ajoute-t-il.
Ces serveurs du bar ’’Ku Mucamo’’ étaient ce matin très fâchés, et en voulaient à cet officier de l’armée burundaise: « Il faut que la justice soit faite pour notre collègue ».

Éric Uwitonze, chef de quartier Kinanira II déplore le forfait commis  dans son quartier. Il a révélé que lorsque le Lt Colonel Blaise Ndayegamiye prend un verre de trop, il est  hors de lui. « Même sa femme est déjà venue porter plainte contre lui ».

D’après le chef de quartier, pour le moment  l’auteur du crime est entendu par  l’auditorat militaire. « Nous comptons organiser une réunion pour réconforter la population et les sensibiliser à respecter les heures de fermeture des bars

Le corps de ce jeune serveur originaire de la province Muramvya repose à la morgue de l’hôpital militaire de Kamenge.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Le pacifiste

    Je crois qu’il y a un risque réel pour la famille d’un tel individu. Sa femme et ses enfants courent un réel danger et il faut les protéger à tout prix. Je m’attends à ce que les associations de prévention des violences basées sur le genre ainsi que toute personne de bonne volonté se mobilisent pour éviter qu’un tel individu ne commette l’irréparable.

  2. Zaïre James

    C’est trop triste!Mes condoléances à la famille du jeune assassiné.

  3. Marie Claire Karangwa

    Que l’ame de ce jeune tué repose en paix eternelle et que Dieu tout puissant fortifie sa famille en ces tristes moments. Esperons que la justice sera faite.

  4. Gacece

    Les militaires ou les policiers, peu importe leur grade, ne devraient pas avoir le droit de porter une arme quand ils ne sont pas en service. Il en va de la sécurité de la population, parce que personne n’est à l’abri de la perte du contrôle sur ses émotions, sobre ou pas.

    • Nkunzuwami

      Un meurtre, Commis par une femme, un homme, un civil ou un militaire quel que soit son grade, reste un meurtre. La flagrance doit s’appliquer? le colonel doit être aux arrêts et c’est tout.

    • Gacece

      @Nkunzumwami
      Je ne connais pas les circonstances et les conditions en place au moment de cette tragédie. Et je ne suis ni témoin ni juge. On ne condamne pas sans jugement : cela s’appelle la présomption d’innocence!

      Moi je dis que si ce colonel n’avait pas eu d’arme sur lui, cette tragédie n’aurait peut-être pas eu lieu. Laissons la justice faire son travail.

      • Jean de dieu

        Basha ivyo uvuze nivyo , mubihugu biteye imbere . Inkoho abasoda naba policier bazisiga kukazi imbere yuko bataha ibo . Dailleur ils doivent Signer l’inventaire avant de recuperer l’arme . Iwacu nuko amatego umengo ntakibaho ,

  5. Pablo

    L’octroie des grades militaires au Burundi devrait prende en compte de la moralité des gens !!Qu’il soit puni sévèrement ce… (censuré, les insultes ne sont pas permises)

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 602 users online