Mercredi 12 mai 2021

Société

CNPK : les syndicalistes fâchés contre la direction

14/02/2018 1

La section du Syndicat national du personnel soignant (Synapa) au Centre neuropsychiatrique de Kamenge (CNPK) menace de grever d’ici 8 jours.

Au CNPK, une grève couve

Dans un communiqué sorti ce mardi 13 février, Adolphe Niyongere, président de cette antenne, dénonce le leadership de ce centre pour dérangés mentaux. Il leur refuse de tenir des réunions : «Avec un ordre du jour précis, nous avons tenté à deux reprises, en vain». La direction leur renvoie toujours à l’Assemblée générale.

Ce syndicaliste dénonce la confiscation de leur prime basée sur le financement des performances par la direction. Cela depuis le mois d’octobre 2016. Et aussitôt de s’étonner : «Ce n’est même pas le centre qui nous la donne».

C’est le ministère de la Santé qui l’octroie sur base de l’évaluation des experts externes, en provenance des autres hôpitaux. Il parle d’un encouragement pour qu’ils prestent bien.

M. Niyongere parle également du dysfonctionnement du cadre permanent de dialogue au sein de ce centre. Il assure que les membres ne se sont pas même réunis depuis la création de cet organe en mars de l’année passée. Avant de confier qu’il n’a pas de bureau.
Contacté au téléphone, Frère Hyppolite Manirakiza, directeur de ce centre, promet de s’exprimer plus tard.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Gacece

    N’est-ce pas le même centre qui, il n’y a pas si longtemps, avait des difficultés financières?

    Et le syndicat veut que ses membres perçoivent des primes? Incroyable!

    Veulent-ils perdre leurs emplois ou des primes? Qu’est-ce qu’ils diraient si le CNPK mettait la clef dans la porte pour manque de liquidités pour payer « des primes »?

    Quelques fois!…

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 965 users online