Mardi 21 septembre 2021

Sécurité

Bururi/Rumonge: inquiétudes autour des corps sans vie

30/01/2020 Commentaires fermés sur Bururi/Rumonge: inquiétudes autour des corps sans vie
Bururi/Rumonge: inquiétudes autour des corps sans vie
Policiers et pêcheurs s’embarquent dans une pirogue pour récupérer un corps sans vie flottant sur le lac.

Trois corps sans vie ont été découverts dans les provinces de Rumonge et Bururi en moins de cinq jours. La population est inquiète de ces découvertes et demande que la lumière soit faite sur les circonstances de la mort de ces personnes.

Deux corps sans vie ont été découverts en commune Rumonge et un autre corps a été découvert en commune Bururi,  selon des sources administratives. Elles indiquent que samedi 18 janvier, un corps  sans vie d’un homme a été trouvé dans la rivière Murembwe à la hauteur de la colline de Mutambara en commune de Rumonge. Alors qu’il était en décomposition, ce corps  n’a pas été identifié. Il portait une grande blessure au niveau de la tête mais personne n’a pu identifier cette personne. Après le constat de la police ce corps a été inhumé au bord de la rivière Murembwe.

La population de cette colline est sous le choc et  demande aux services chargés de faire des enquêtes à identifier cette personne et les circonstances de sa mort.

Ce mercredi 22 janvier, un corps d’un pêcheur a été découvert dans le lac Tanganyika. C’est celui de Stanislas Ntikarahera, quadragénaire, d’après  Sadi Mukanya, vice-président de la fédération des pêcheurs du Burundi.

Il a indiqué que ce pêcheur est tombé dans les eaux du lac Tanganyika au cours de la nuit de lundi et on n’avait plus de ses  nouvelles de lui. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore élucidées,  selon la même source.

Un officier de la police judiciaire est monté dans une pirogue ce mercredi matin pour faire le constat dans le lac. Il a indiqué que la dépouille mortelle va être transportée à la morgue de l’hôpital et sa famille va passer à son inhumation. La police indique que les enquêtes vont se poursuivre pour identifier les circonstances de sa mort.

Des découvertes inquiétantes 

Sa famille demande à la police de faire des enquêtes plus fouillées pour déterminer les circonstances de sa mort car,  selon elle, des pêcheurs perdent souvent la vie sans que les circonstances de leur mort soient éclaircies.

Ce mardi 21 janvier,  le corps de Protais Maroha, sexagénaire, a été  découvert dans un champ de patates douces, enveloppé dans une moustiquaire sur la colline de Nyarugera en zone de Munini en commune Bururi, selon les sources administratives. Quatre personnes ont été arrêtées par la police  pour des raisons d’enquêtes.

La victime serait accusée par ses voisins d’être un grand féticheur et des personnes non encore identifiées  l’auraient tué et enterré  dans un champ.

Les autorités administratives dans cette localité demandent à la population de ne pas se faire justice mais de saisir les juridictions.

Ces découvertes de corps sans vie inquiètent la population qui demande que toute la lumière soit faite sur ces corps sans vie afin d’identifier les circonstances de leur mort ainsi que les auteurs.

Les organisations de défense des de l’homme demandent à la population  d’alerter et informer la police judiciaire qui est chargée des enquêtes et non de passer à l’inhumation du corps sans vie sans qu’il y ait constat de la police.

Des enquêtes plus fouillées devraient être menées sur la mort des pêcheurs dans le lac Tanganyika car selon elles ce sont des cas souvent récurrents sans pour autant connaître  les raisons et les circonstances de leur mort.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 24 145 users online