Jeudi 25 avril 2024

Santé

Burundi/Covid-19 : Suspension des visites dans les prisons, l’association Ntabariza, à moitié rassurée

04/04/2020 Commentaires fermés sur Burundi/Covid-19 : Suspension des visites dans les prisons, l’association Ntabariza, à moitié rassurée
Burundi/Covid-19 : Suspension des visites dans les prisons, l’association Ntabariza, à moitié rassurée
Pour Jean-Marie Nshimirimana : « Oui pour cette mesure de suspension des visites mais il faut penser aux prisonniers nécessitant un suivi particulier »

L’association Solidarité avec les prisonniers et leurs familles/Ntabariza, se dit inquiète par la mesure de suspension des visites dans toutes les prisons. D’après son représentant légal, il faudrait d’autres mesures accompagnant cette décision.

« Comme défenseur des droits des prisonniers, l’association Ntabariza a bien accueilli la décision de suspendre les visites dans les prisons et surtout aujourd’hui avec l’annonce de l’existence déjà de cas confirmés du Coronavirus », indique Jean-Marie Nshimirimana, représentant légal de l’association Ntabariza, ce vendredi 3 avril. D’après lui, la mesure aurait été prise dans le but d’éviter la propagation de cette pandémie, dans les prisons.

Cependant, le représentant de l’association Ntabariza confie que les inquiétudes ne manquent pas. Il se demande si les directeurs des prisons seront capables d’appliquer cette mesure. « Est ce que les responsables des prisons seront-ils en mesure de prendre en charge les détenus qui ont des maladies qui demandent un régime alimentaire particulier ? ».

Pour M. Nshimirimana, si la direction générale des Affaires pénitentiaires, a suspendu les visites, dans le but de protéger les prisonniers du Covid-19, elle doit penser aussi à les libérer, vu leur effectif pléthorique. « S’il advient qu’un prisonnier soit infecté du Coronavirus, c’est la prison, toute entière, qui sera infectée ».

Le représentant de l’association Ntabariza demande au gouvernement de prendre des mesures qui faciliteront ces prisonniers malades à continuer leurs régimes. Et de plaider pour les proches de ces détenus, pour qu’ils soient autorisés au moins de leur apporter la nourriture dont ils ont besoin.

À ces prisonniers qui ont des pathologies nécessitant un régime alimentaire particulier, M. Nshimirimana leur exhorte d’aller se faire enregistrer auprès des structures sanitaires se trouvant dans leurs prisons respectives. Selon lui, s’il advenait que la santé d’un de ces prisonniers se détériore, la responsabilité tombera sur le gouvernement.

Signalons que la mesure de suspension des visites, dans toutes les prisons, a été prise ce 01 avril par le directeur général des Affaires pénitentiaires, M. Gervais Hajayandi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 248 users online