Société

Bubanza : le viol, un mal qui menace les fillettes

17/08/2018 Felix Haburiyakira Commentaires fermés sur Bubanza : le viol, un mal qui menace les fillettes
Bubanza : le viol, un mal qui menace les fillettes
Antoine Icihagazeko : « Son apport reste insuffisant dans la répression des VBG. »

Les cas de viol dans la province Bubanza prennent une allure préoccupante. Les victimes et leurs familles vivent dans la tourmente. Le RBP+ tire la sonnette d’alarme.

Plus de 18 cas de viol ont été documentés en l’espace de trois mois (mai, juin, juillet). 8 cas recensés par les leaders communautaires sur la seule colline de Giko et 10 cas répertoriés par le Réseau burundais des personnes vivant avec le VIH/SIDA (RBP+), antenne de Bubanza.

Cette recrudescence des cas de viol inquiète plus d’un. «Je ne vois pas comment exprimer ma douleur après que ma fillette de huit ans ait été violée par un sexagénaire », raconte N.B. en sanglots. Cette habitante de la colline Giko, commune et province Bubanza, est angoissée par des cas de viol qui sont légion sur cette colline.

Edoste Cishahayo, rencontré au bureau du RBP+, ne cache pas sa colère : « Ma fillette de 10 ans a été violée en pleine journée par un jeune de 18 ans. Je suis venu demander le secours de ce défenseur des droits humains. » Le phénomène, poursuit-il, prend une ampleur inquiétante dans notre localité.

Antoine Icihagazeko, chef d’antenne de RBP+ à Bubanza, fait savoir que le viol est commis sur des mineures de moins de 15 ans. Les auteurs sont essentiellement des jeunes et des sexagénaires, un phénomène inhabituel. Selon lui, cette recrudescence s’explique par plusieurs facteurs. D’abord les arrangements à l’amiable qui se font entre les familles des auteurs et les familles des victimes, et ce avec la complicité des administratifs à la base. Or la loi sur les VBG pénalise les arrangements à l’amiable.

Ensuite, poursuit cet activiste des droits humains, il y a l’impunité des auteurs. Plus les auteurs ne sont pas punis, plus ils récidivent, plus les victimes et leurs familles se découragent et vivent dans l’angoisse. Du reste, les victimes ont peur d’être stigmatisées par l’entourage. Il y a aussi des menaces de représailles qui pèsent sur les familles des victimes empêchant ces dernières de porter plainte.

En outre, la plupart des familles ignorent les procédures judiciaires, la préparation et la rédaction des plaintes. Et d’ajouter que le coût élevé des procédures judiciaires empêche ces familles de saisir les juridictions. « Il faut la gratuité des procédures judiciaires et des soins médicaux.»

L’administration promet de s’impliquer

Interrogé sur l’efficacité de la loi sur les VBG, M. Icihagazeko n’y va pas par quatre chemins : «Son apport reste insuffisant dans la répression des VBG. » Et aussitôt d’ajouter : « Il faut que les victimes obtiennent réparation et soient rétablies dans leur dignité. »

François Kazoviyo, administrateur de la commune Bubanza, reconnaît la recrudescence des cas de viol. Il promet de responsabiliser la communauté et des administratifs à la base pour qu’ils s’impliquent davantage dans la lutte contre les VBG. Il invite la communauté à dénoncer ces comportements qui dégradent les mœurs burundaises.

Il envisage de mener des campagnes tous azimuts pour sensibiliser les victimes et leurs familles pour qu’elles brisent le silence.

Cet administrateur interpelle la police et les juridictions de traiter avec célérité les cas qui leur sont soumis.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, la guerre est enfin déclarée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19, la guerre est enfin déclarée

« Volte-face, Revirement total, changement de cap … » Des réactions ont fusé de partout après la déclaration du président Evariste Ndayishimiye sur la lutte contre le coronavirus lors de la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement. « (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 563 users online