Mercredi 12 mai 2021

Culture

Au coin du feu avec Léon Masengo

24/04/2021 0
Au coin du feu avec Léon Masengo

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Léon Masengo.

Votre qualité principale ?

L’honnêteté

Votre défaut principal ?

Je me fâche vite quand les gens ne respectent pas le temps. Vous comprenez que je dois faire beaucoup d’efforts pour comprendre nos sociétés africaines qui pensent que le temps est une denrée intarissable. ‘’Nous allons rattraper le temps perdu’’ ; Je déteste cette phrase. Le temps perdu est passé, il ne reviendra jamais. C’est un des éléments qui justifie la pauvreté dans nos pays africains. J’adore les Anglais quand ils disent : ‘’Time is Money’’ (le temps c’est de l’argent).

Nous y reviendrons souvent dans nos programmes radio.

La qualité que vous aimez chez les autres ?

Être juste

Le défaut que vous ne supportez pas chez les autres ?

L’égoïsme

La femme que vous admirez le plus ?

La femme responsable.

L’homme que vous admirez le plus ?

L’homme visionnaire.

Votre plus beau souvenir ?

L’Investiture de Feu président Melchior Ndadaye.

Votre plus triste souvenir ?

L’assassinat du Président Melchior Ndadaye et les massacres qui ont suivi. Que Dieu nous épargne la répétition de ce qui nous est arrivé ce jour du 21 octobre 1993.

Quel serait votre plus grand malheur ?

La répétition des massacres interethniques au Burundi et ailleurs.

Le plus haut fait de l’histoire burundaise ?

La signature de l’Accord de Paix d’Arusha.

La plus belle date de l’histoire burundaise ?

Le 01 juillet 1962, le jour de l’indépendance.

La plus terrible ?

21 octobre 1993 ; l’assassinat du Président Ndadaye.

Le métier que vous auriez aimé exercer dans une autre vie ?

Être au service des vulnérables : oeuvre caritative.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans le journalisme ?

Je crois en l’importance de l’information, en la force de celui qui détient l’information et accepte de la partager pour l’intérêt général. Dans la société, tout est communication et dans nos sociétés de l’oralité, tout ce qui est dit à la radio est parole d’Evangile. Voilà pourquoi j’en profite pour demander à tous les confrères et consœurs de mettre au centre de tout ce que nous faisons l’intérêt de tous ; prioritairement les plus vulnérables.

Quel est le personnage qui vous inspire dans ce métier ?

Le journaliste français Christophe Boisbouvier. Il nous a visités un jour à la rédaction Bonesha et nous avons beaucoup appris de lui.

La Radio Bonesha venait de passer près de six ans sans émettre. Quel souvenir gardez-vous de cette période ?

Une période dure, un combat de David contre Goliath, de grande patience. Des journalistes se sont transformés en de petits commerçants ambulants, en de vendeuses de cacahuètes, d’autres encore sont restés cloîtrés dans les maisons dont ils arrivaient à payer les loyers très difficilement. Merci à l’actuel président qui a compris. Nous attendons encore de lui un appui matériel et financier pour faire face aux différents problèmes auxquels nous nous heurtons. Ce problème lié à la fermeture de la station avait terni l’image du pays inutilement.

Vous faites du journalisme depuis une quinzaine d’années. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué de tout ce temps-là ?

C’est un métier noble, épanouissant qui rémunère l’estime et le respect. Pour l’argent, il ne faut pas trop y compter. C’est un métier qui peut permettre de déjeuner avec un président et dîner ou partager une natte le soir avec un citoyen lambda. Les risques du métier sont aussi nombreux allant de la prison jusqu’à la mort ; mais allez-y les gars, c’est un bon métier.

Que faire pour rendre la presse burundaise plus indépendante ?

Développer beaucoup le professionnalisme à travers des formations. Développer des médias plus autonomes financièrement pour améliorer les conditions des journalistes et leurs productions. C’est très dangereux quand les radios utilisent des journalistes sans salaires.

Quelles mesures phares prendriez-vous si vous étiez ministre de l’Information ?

Dépolitiser les médias
Créer un Centre de perfectionnement pour journalistes
Mettre en place une loi sur la presse en évitant le flou entretenu dans certaines dispositions
Exiger un traitement équitable des citoyens dans tous les médias
Rendre les médias plus forts professionnellement, techniquement et financièrement.

Quelles décisions mettriez-vous en avant si vous étiez président du CNC ?

-Réclamer plus d’indépendance du Conseil
-Eviter les sanctions allant jusqu’à la fermeture des médias ou à l’emprisonnement des journalistes.
-Dialogue régulier avec les responsables des médias.
-Multiplier les sessions de formation
-Dépénaliser les délits de presse.

Votre passe-temps préféré ?

La natation.

Votre lieu préféré au Burundi ?

Nyanza-Lac au bord de lac Tanganyika mais en général tout le littoral du lac me plaît.

Le pays où vous aimeriez vivre ?

Le Burundi. Nous avons un beau pays. Nous avons l’obligation de le rendre plus vivable que nous l’avons trouvé.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

Singapour.

Votre rêve de bonheur ?

Que tous les Burundais aient accès à une alimentation et un habitat décents.

Votre plat préféré ?

Ooh mon Dieu…. J’aime tous les bons plats sans beaucoup de préférences. Je ne suis pas un fin gourmet.

Votre chanson préférée ?

‘NKUNDA ABANTU’ de Bernard et Alfred
Les trois mots qui résument la Bible : Bonjour- Merci- Pardon, j’essaie de les vivre.

Quelle radio écoutez-vous ?

RFI

Avez-vous une devise personnelle ?

Mon premier principe, c’est que la grande richesse, ce sont les Hommes.
La deuxième richesse, c’est l’honnêteté
La troisième richesse, c’est l’humilité.

Croyez-vous à la bonté humaine ?

Beaucoup…. Malheureusement, la chaleur humaine tend à diminuer. Aujourd’hui tout est intérêt.

Aimons-nous les uns, les autres, comme Dieu nous a aimés.

Pensez-vous à la mort ?

Oui régulièrement puisqu’à chaque seconde, nous nous approchons de notre fin ultime.

Si vous comparaissez devant Dieu, que lui direz-vous ?

Merci de nous avoir créés ainsi tous les délices qu’il y a dans ce monde et merci pour votre miséricorde face à ceux qui trempent dans l’exploitation d’autrui.

Merci pour le paradis que tu nous offres.

Propos recueillis par Alphonse Yikeze

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Bio-express

Léon Masengo est journaliste/directeur à la radio BONESHA FM. Il a beaucoup lutté pacifiquement et dans le respect de la loi pour obtenir la réouverture de cette première radio associative indépendante au Burundi.
Il a un diplôme universitaire en Pédagogie, un peu de Psychologie clinique et sociologie. Chef de Projet pour la deuxième année consécutive à la Maison de la Presse dans le cadre du partenariat avec la GIZ, M. Masengo exécute actuellement un projet sur la réintégration des rapatriés. Fan des théories de Gouvernance de Montesquieu et Alexis de Tocqueville, le directeur de Bonesha aime parler de la démocratie et s’attèle à faire ce qui peut la faire avancer. Ce journaliste expérimenté aime échanger avec les autres dans une ambiance détendue. Léon Masengo adore les voyages. Il est marié et père de deux garçons et une fille.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 853 users online