Vendredi 15 octobre 2021

Société

Burundi/Médias : le reporter Aimé-Richard Niyonkuru ’’tabassé en synergie par des policiers et des militaires’’

24/09/2021 4
Burundi/Médias : le reporter Aimé-Richard Niyonkuru ’’tabassé en synergie par des policiers et des militaires’’
Aimé-Richard Niyonkuru : « Ce qui m’est arrivé contraste avec la volonté du Chef de l'Etat d'assainir les relations avec les médias ».

Arrêté dans la matinée ce vendredi 24 septembre, en plein reportage à Kamenge au nord de la ville de Bujumbura sur une attaque à la grenade perpétrée chez un officier de l’armée dans la nuit de ce jeudi et qui a fait deux morts, le reporter de Bonesha FM, Aimé Richard Niyonkuru a été molesté.

« Des policiers et des militaires m’ont passé à tabac, des coups de crosses, des gifles, des coups de poings, de pied, de bâton, ils m’ont trainé dans la boue alors que je brandissais ma carte de presse et mon enregistreur », raconte ce reporter. « J’ai été tabassé en synergie par ces hommes en uniformes en face de la résidence de cet officier ».

Et ce n’est pas tout comme calvaire : « Ils m’ont tiré par les cheveux, ça fait mal, j’ai mon oreille droite qui bourdonne et mon dos qui me fait également mal et comme si cela ne suffisait pas, ils m’ont jeté sans façon comme un vulgaire bandit dans leur pickup au milieu des bancs se trouvant à l’arrière de leur camionnette et ils continuaient à me donner des coups de pieds ou de crosses, je ne sais pas, c’était pénible ».

Pendant que les coups continuaient à pleuvoir à s’abattre sur lui, relate ce reporter de Bonesha FM, ils vociféraient des injures l’accusant d’être parmi ceux qui ont perpétré cette attaque à la grenade et que j’étais allé là-bas pour constater les dégâts et faire un rapport dans les radios comme Humura et Inzamba, alors que je n’étais sur les lieux afin de recueillir les faits et faire mon un reportage pour Bonesha FM.

« Ce calvaire a duré plus d’un quart d’heure, je n’ai eu de répit qu’au bout d’une demie heure quand quelques hauts gradés sont intervenus pour donner l’ordre de me laisser avant d’être embarqué pour le Commissariat municipal de la police », a-t-il confié se tordant de douleur.

Au commissariat, indique-t-il, on me reprochait d’avoir posé des questions aux gens, fait des interviews, osé franchir le portail ouvert de la résidence de cet officier et entrer dans l’enclos plein de monde venu constater les dégâts et consoler cet officier.

« Tout mon matériel, mes téléphones et mon enregistreur ainsi que ma carte de presse, tout a été confisqué comme si je venais de commettre un crime », s’indigne Aimé-Richard Niyonkuru.

« Tout cela contraste avec la volonté du Chef de l’Etat d’assainir les relations avec les médias, j’ai brandi ma carte de presse délivrée par le CNC mais ces policiers et militaires ne voulaient rien n’entendre encore moins comprendre », déplore ce journaliste de la Radio Bonesha FM après avoir été forcé d’effacer tous les sons enregistrés.

Et c’était le même sort pour les journalistes d’Iwacu parti au Commissariat municipal de la police pour s’enquérir de la situation de leur confrère de Bonesha. Ils ont été forcés d’effacer l’interview et les photos de ce reporter de Bonesha FM prises dans la cour de ce commissariat.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Nshimirimana

    Tous les journalistes se mobilisent pour un journaliste molesté mais oublient qu’à Rwasazi, dans Bisoro et ailleurs à Muramvya, la CVR est entrain d’exhumer les restes, non pas des gens molestés, mais cruellement assassinés !! Parlez-en aussi!
    Je suis conscient que vous allez censuré mon propos mais au moins vous l’aurez lu!

  2. Gaspard

    Bientôt on va nous chanter comme quoi, ce sont les opposants qui donnent une mauvaise image du Pays. Si on voit des comportements comme ceux-là et qui ne sont même pas sanctionnés, on se demande où va notre pays. Le fameux CNC reste muet. Le journaliste ou Bonesha FM doit porter plainte même ne fut -ce que pourour question de forme.

  3. Ngomirakiza

    A y regarder de près, les journalistes sont les yeux et les oreilles du pouvoir aussi. A condition de bien les écouter. L’exemple ci-dessous est parlant :

    https://www.lepoint.fr/afrique/contrat-minier-avec-la-chine-l-heure-des-comptes-a-sonne-en-rdc-24-09-2021-2444598_3826.php
    “Début septembre, un documentaire du journaliste camerounais Alain Foka, titré « En finir avec la traite négrière en Afrique »….”

  4. Hakizimana

    Le chemin est encore loin. On piétine les documents officiels ? Au fait, il faut qu’on parle sérieusement de l’application des lois qui régissent la vie de notre nation. Mais si la constitution elle même ne pas respectée (déclaration des biens,…) que dire ? Les responsables des différentes institutions devraient se réunir et faire une autocritique puis remettre de l’ordre.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 057 users online