Jeudi 15 avril 2021

Société

Léon Masengo : « Cinq ans de patience et de silence radio, c’était beaucoup »

23/02/2021 Commentaires fermés sur Léon Masengo : « Cinq ans de patience et de silence radio, c’était beaucoup »
Léon Masengo : « Cinq ans de patience et de silence radio, c’était beaucoup »
Léon Masengo

Le président du CNC rapporte que le 19 février, à la suite d’une rencontre avec le directeur de la Radio Bonesha FM, Léon Masengo, l’organe de régulation de la presse burundaise a pris la décision de lever le retrait de l’autorisation d’exploitation à la Radio Bonesha FM.

Nestor Bankumukunzi, dirigeant du CNC, précise que la mesure fait suite à la volonté exprimée par le chef de l’Etat de voir les médias fermés réouvrir leurs portes lors de la réunion tenue avec les responsables des médias et les porte-paroles des institutions publiques, le 28 janvier 2021.

D’après lui, l’Association Radio sans Frontières, propriétaire de la radio Bonesha FM, a eu son assemblée générale le 26 août 2017 et a renouvelé les organes dirigeants de la radio. « A cette époque, Léon Masengo a été désigné directeur de la Radio Bonesha Fm, en remplacement de Patrick Nduwimana, poursuivi par la Justice burundaise », a tenu à souligner M. Bankumukunzi.

Selon lui, la radio Bonesha FM« a signé un cahier de charges et s’est engagée à prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éviter toute faute professionnelle qui entrerait en contradiction avec les lois et règlements en vigueur au Burundi ».

Et d’évoquer le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. « L’article 20 de ce pacte interdit toute propagande en faveur de la guerre, les appels à la haine et à la violence ».

Le président du Conseil national de la Communication informe que des échanges auront lieu avec les responsables d’autres médias encore sous sanctions.

Du côté de la radio Bonesha FM, c’était la joie et la gratitude. « Nous remercions le président de la République qui a compris que nous devions être rétablis dans nos droits. Cinq ans de patience, c’était beaucoup », a déclaré Léon Masengo, le directeur de cette station.

M. Masengo exprime son bonheur de retrouver bientôt les auditeurs de la radio et se dit également reconnaissant envers la CNIDH « qui a été à nos côtés ».  

Avant de diriger ses remerciements à l’ensemble du monde médiatique burundais. « Nous remercions nos confrères journalistes burundais qui nous ont soutenus de près ou de loin ».

Avec un matériel qui a été détruit à la suite du putsch manqué du 13 mai 2015, le dirigeant de Bonesha FM dit espérer que le chef de l’Etat va aider ce média audio à travers le Fonds d’Appui aux médias, stipulé dans la Constitution.

La directeur de la radio Bonesha Fm en appelle à l’aide : « Demain nous ferons face à de sérieux problèmes financiers et ce n’est pas tout, le matériel a été détruit et la rouille a fait le reste ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 103 users online