Mardi 18 juin 2024

Editorial

Au CNC, quels sont les péchés d’Iwacu ?

22/09/2023 8

Accuser Iwacu est devenu une « tradition » du Conseil national de la communication, CNC. Si bien que cela n’étonne plus d’ailleurs grand monde. « C’est l’absence d’Iwacu dans les médias mis en garde par le CNC qui serait étonnant, pas l’inverse », ironisent les collègues.

Par Léandre Sikuyavuga
Directeur du groupe de presse Iwacu

Plusieurs médias, dont le professionnalisme n’est pas la première qualité, échappent pourtant à la vigilance du régulateur. Sur les réseaux sociaux, le fondateur d’Iwacu a même « félicité les médias qui n’ont pas été épinglés par le CNC, à l’instar de nos confrères de Rema par exemple. » Il a également « félicité le CNC pour cette analyse très objective du travail des médias burundais. » Bon, mon collègue est connu pour son humour noir…

Mais revenons sur les faits. Iwacu est donc de nouveau mis à l’index, avec quelques autres médias, dont Bonesha FM, Kazoza FM, RFI. Question : pourquoi ? Qu’est-ce qui nous est reproché ? Voilà justement le problème.

En effet, hier, aujourd’hui et sûrement demain, notre média n’est jamais informé de ses « péchés. » Nous ne sommes pas parfaits, certainement, mais pour une fois, nous voulons lire noir sur blanc les accusations du CNC.

Nous connaissons la loi sur la presse, sommes prêts à reconnaître des manquements éventuels, mais nous avons d’abord besoin de savoir les griefs du régulateur !

Nous sommes des professionnels et, depuis plus 15 ans, dans un contexte difficile, parfois même hostile, faisons notre métier en toute indépendance.

Oui, nous sommes un média indépendant. Ceux qui nous connaissent, ceux qui sont passés par Iwacu, savent qu’il n’y a aucune manipulation de l’information. Nous ne sommes à la solde d’aucun parti, d’aucune personnalité. Tout se fait dans la transparence, professionnellement.

A Iwacu, un journaliste a la liberté de proposer un sujet à la rédaction, s’il est pertinent, il peut l’explorer sans aucune contrainte. Moi-même, je ne peux rien « dicter ». Je peux conseiller, guider, mais la recherche de l‘information se fait en toute indépendance chez Iwacu.

On nous accuse de « kuvyonga » le gouvernement, terme en kirundi un peu à la mode que l’on traduirait par « gêner », « embarrasser ». Si mettre le doigt sur ce qui ne marche pas est « kuvyonga », mes collègues et moi nous endossons le qualificatif qui n’a rien d’infamant pour nous. Car nous sommes dans notre rôle. (Par ailleurs, nous diffusons ce qui marche bien, si c’est nécessaire, bien sûr).

Mais le CNC devrait se rassurer. Les « bons » médias, ceux qui caressent dans le sens du poil, les médias qui chantent les beautés du Burundi, ou qui « accompagnent l’action gouvernementale », il y en a beaucoup. C’est leur choix. Sans risque. Au contraire d’Iwacu qui tire le diable par la queue, certains vivent bien d’ailleurs. Tant mieux pour eux.

Nous avons pris la voie de faire de l’information au Burundi. Nous l’assumons. Nous avons déjà payé le prix fort cet engagement.

La déclaration du CNC est inquiétante. Comme par le passé, il s’avère que nous sommes dans le collimateur de cette institution qui devrait plutôt nous protéger.

A défaut de protection, nous voulons au moins la transparence et (re)demandons de prendre connaissance de nos « délits ».

Nous prenons l’engagement de rendre publiques les accusations qui nous seront communiquées et prenons les Burundais et le monde à témoin.

Au CNC, quels sont donc les péchés d’Iwacu ?

CNC

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Kabizi Pawulo

    ce n’est que le début. Plus on s’achemine vers les très transparentes et inclusives élections,
    plus vous serez toujours condamnés par ce très indépendant conseil mandaté.

  2. arsène

    « Oui, nous sommes un média indépendant. Ceux qui nous connaissent, ceux qui sont passés par Iwacu, savent qu’il n’y a aucune manipulation de l’information. »

    C’est exactement ce qui ne plaît pas à ceux qui trouvent que vous ne faites que « Kuvyonga ». Il y a toujours eu des systèmes de gouvernement qui n’aiment l’indépendance des médias que dans le discours. Je pense que nous n’en sommes pas éloignés.

  3. Jean Pierre Hakizimana

     » Freedom of the press is not just important to democracy, it is democracy. » Walter Cronkite

    A tous les journalists de, et tout le monde chez, Iwacu, felicitations! Vous avez l’air de fair votre travail. Mais pour moi, le Burundi est a 1 million de Km de la démocratie. Donc il y a encore du travail à faire!

    Sur ce, me pensés les plus profondes à tous les journalists qui sont dans les prisons Burundaises pour simplement faire leur travail.

    Bon courage, vos humbles coeurs sont au bon endroits!

  4. bite

    Courage Monsieur Leandre. Je me souviens de toi au tronc commuc au L.de Kibimba. Tu reste une personne de confiance et correcte.

  5. Tharcisse

    Never give up mes chers journalistes d’Iwacu

  6. Sebarazingiza

    Et moi qui vous accuse de « passivité », « autocensure », « absence/kudakora ico mujejwe atagutinya », …
    Mbe basha nze ndabitwarire hehe? Turanyotewe amakuru mugabo na Iwacu ntayo ikiduha, kenshi muhitamwo kwinumira (guceceka/kinyarwanda).
    En fait, vous devriez changer et prendre plus de risques!

    Hanyuma ivyo navyo niyumvira ko Abarundi babimenyereye; amatora aregereje! On comence à intimider!

    • Yan

      Reka kubasuka

  7. Arobase

    Le péché d’Iwacu est justement d’être Iwacu et pas une presse aux ordres ou un organe de propagande, personne n’est dupe, courage ! Cela démontre que rien ne change au Burundi, malgré les discours rassurants du président.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.