Jeudi 06 octobre 2022

Politique

Assemblée générale des Nations Unies : Evariste Ndayishimiye interpelle l’appui de la communauté internationale à l’initiative de Nairobi

23/09/2022 9
Assemblée générale des Nations Unies : Evariste Ndayishimiye interpelle l’appui de la communauté internationale à l’initiative de Nairobi
Selon le président Evariste Ndayishimiye, les droits de l’homme sont respectés sur toute l’étendue du territoire burundais.

Lors de la 77e session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU, ce 22 septembre, le président burundais Evariste Ndayishimiye a sollicité l’implication de l’ONU pour traquer les groupes terroristes dans la sous-région. Il accuse certains fonctionnaires des Nations Unies de « politiser » la démocratie dans certains pays.

Selon le président Evariste Ndayishimiye, le Burundi ne cesse de se battre pour contribuer au retour de la paix dans les pays où elle est troublée, dans le cadre de la Haute Institution des Nations Unies ou dans celle de l’Union africaine ou de la région.

Dans le même souci, explique-t-il, le Burundi s’est engagé à contribuer au retour de la paix en République démocratique du Congo (RDC) dans le cadre de l’initiative de la Communauté Est Africaine (EAC) : « Je profite de cette occasion pour demander à la communauté internationale d’appuyer cette initiative de Nairobi ».

En outre, il sollicite l’implication des Nations Unies pour traquer les groupes terroristes qui commencent à s’infiltrer dans la sous-région sans oublier ceux qui sévissent dans d’autres coins du monde.

En ce qui est de la politique, le président Evariste Ndayishimiye appelle les Nations-unies à reconnaître les avancées réalisées par le Burundi depuis 17 ans : « Le moment est venu pour que les Nations Unies comprennent que le statut de pays fragile ne s’applique plus sur le Burundi ».

« Il est grand temps que le Haut-Commissariat des droits de l’homme s’asseye ensemble avec nos pays pour avoir une lecture commune de la direction des politiques de nos pays, au lieu de vouloir téléguider ses actions à travers des Commissions et Bureaux des rapporteurs spéciaux unilatéralement », insiste le président burundais devant l’Assemblée générale des Nations Unies. Et de remercier la communauté internationale pour les efforts qu’elle a fourni pour rétablir la paix et la stabilité au Burundi.

Concernant la justice, Evariste Ndayishimiye fait savoir qu’une justice équitable pour tous est aujourd’hui une réalité au Burundi : « Les droits de l’homme dont le droit d’expression et de presse sont respectés sur toute l’étendue du territoire burundais ».

Cependant, il accuse certains fonctionnaires des Nations Unies de décourager le développement positif des pays par la politisation de la démocratie et de la lutte contre l’impunité.

« Dans certains pays y compris le mien, quand la démocratie telle qu’elle définit s’enracine, certains fonctionnaires des Nations Unies la dénaturent en la qualifiant d’incrédible et de non-inclusive pour nous maintenir dans des tensions inutiles. Quand nous nous battons au quotidien contre l’impunité, ils cherchent encore à disqualifier nos actions ».

Il appelle les Etats membres de la communauté des Nations Unies de se lever comme un seul homme pour protéger et promouvoir tous les droits humains dont doit jouir l’humanité sans distinction aucune.

Concernant la bonne gouvernance au Burundi, le président Evariste Ndayishimiye indique que les mécanismes nationaux de lutte contre la corruption et les activités connexes sont très renforcés : « Les actes de corruption sont efficacement combattus et les citoyens en sont satisfaits ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Ririkumutima

    De tels discours d’un président ne sont en aucune manière une publicité pour son pays.
    Cette auguste auditoire connait la misère crasse où vit la population burundaise. Elle est aussi au Courant de la corruption et de la gouvernance innomables.
    Au mieux ils hausseront les épaules en disant que c’est un autre Bokassa. Idi Amin ou Mobutu. Null n’est dupe.
    Cela n’impressionne persinne. Ce n’est pas à Mwumba ou Rutegama

  2. Ntakirutimana Pascal

    Un présent qui oubli à qui il s’adresse

    • Mafero

      Pourquoi ne pas rendre hommage au chef qui nous a rehabilite aux Nations Unies en declarant, je cite « …reconnaitre les avancees realisees par le Burundi depuis 17 ans. »
      Cela me rappelle de Mao Zedong avec son « Grand Bond en Avant » (The Great Leap Forward).
      Mais pour le cas de notre chere patrie, le Burundi, je pense que le pays a fait « Un Grand Bond en Arriere. » (The Great Leap Backwards).
      C’est bon quand-meme ces manifestations dans les rues du pays parce qu’ on commencait a interroger pour quelles bonnes intentions on doit manifester!

  3. Ririkumutima

    Est ce que notre président pense qu’il doit s’adresser à l auditoire de New York de la meme facon que lorsqu’ils s adresse aux quidams de Mwumba ou Rumonge?
    Quand il dit que la corruption est maitrisée, mais que le Burundi reste le pays le plus corrompu du monde, croit il que les gens l’écoutent à l’assemblée des natons unies?

  4. Samandari

    Excellence le president de la République,
    Tous les burundais et le président en tete devraient se concentrer sur la lutte contre la corruption et la promotion d’un Etat de droits. Ibindi birafise ababiraba dont leurs pays n est pas le plus pauvre et le plus corrompu au monde.
    1) Premiere mesure: demander aux dignitaires de declarer leurs biens avant d’entrer en fonction.
    2) Promouvoir un etat de droit. (Article 195 de la constitution)
    a) A une certaine période, le chef supreme a déclaré qu’il y aurait une clique de gens qui aurait dilapidé des fonds destinés au barrage de Mpanda. Destiné a l extension de la riziculture en plaine. Cela fait une année et les coupables se la coulent douce. Le prix d’un kg de riz a explosé a 4000 bif.
    b) On a dit a la radio qu’il y avait un groupe de gens qui préparait un coup d’Etat. N’est elle pas une infraction punie par la loi?

    PS: Questions/Considérations de Samandari .
    Quand on seme le vent, on recolte la tempete

    https://www.rfi.fr/fr/am%C3%A9riques/20220922-crise-en-ha%C3%AFti-il-faut-que-nous-retournions-%C3%A0-une-d%C3%A9mocratie-formelle

  5. Mbariza

    « Les actes de corruption sont efficacement combattus et les citoyens en sont satisfaits ».
    Bavukanyi mushobora gusoma Iwacu, nivyo canke sivyo ?

    • Rikara

      Je pense que ce president vit dans un autre monde ou alors pense qu’il peut mentir a l’assemblée générale des nations unies sans se faire contredire. Il rend un très mauvais service au Burundais en allant égrener des contré vérités devant les grands du monde qui savent avec raison que le Burundi est;
      a) Le pays le plus pauvre au monde
      b) le pays le plus corrompu au monde.

      La corruption combattue efficacement? Ou vit il?
      Tout absolument tout est désorganisé sauf la corruption a grande échelle qui est bien organisé.
      Ce que le président oublie c’est que les pays qui comptent ont tous des yeux et des oreilles sur place pour les renseigner sur la situation politique, sociale, economique, etc… au Burundi.-
      1 Manque de carburant aux stations d’essence alors qu’il disponible en noir
      2. Existence de marche de change au noir florissant aux yeux et au vu de tout le monde, d’ou vient ces devises que le gouvernement n’a pas
      3. Manque de debat contradictoire a tous les niveaux au Burundi, les citoyens ont compris que parler contre le gouvernement cndd fdd équivaut a une disparition forcée suivit d’une enquête sans résultat
      alors ils se taisent
      4. Justice au service du parti au pouvoir et des généraux et téléguidé par le cndd fdd a tous les niveaux
      5. Inaction de la court anti corruption qui n’est la que pour satisfaire les exigences des bailleurs de fond mais qui ne résout aucun cas.
      6. L’opacité notoire dans les soumissions d’offre pour les marchés juteux
      7. Monopole organisé pour l importation et de la distribution des produits de premier nécessité et ou voit les grands du régime se faire octroyer ces monopoles soit directement soit par des intermédiaires
      8. Et j’en passe
      Finalement on se demande si il y a un état au Burundi ou juste un système mafieux qui veut s’enrichir le plus vite possible en laissant la majorité des gens croupir dans une misère sans nom.
      Les avancées ne se décrètent pas, on les voient.

      • Kaziri

        Uburundi bwa CNDD-FDD busigaye bukundana n’uburusiya cane cane kuva 2015. Iyo uburusiya buvuze ikintu, abahinga bamaze kubimenyera baca basoma igihushanye! Ukuri niho kuba kuri. Ubu rero uburundi busigaye buteye nk’uburusiya. Ivyo Neva yavugiye New-York sur la corruption, yashaka kuvuga ibihushanye nkuko ubishize ahabona.

    • Stan Siyomana

      @Mbariza
      1.Y aurait-il eu des nouvelles sur des malfaiteurs/saboteurs économiques qui ont été punis, sur des milliards BIF volés et qui ont été retrouvés?
      2. Je crois avoir entendu très récemment sur l’une des radios burundaise qu’il y a un nouveau rapport qui dit qu’environ 40% des recettes de certaines communes sont détournés.
      3. Nous devrions quand même nous baser sur des faits que n’importe qui peut vérifier.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 994 users online