Mercredi 28 février 2024

Culture

Antonio Guterres : «Que cessent toutes les formes de répression à l’encontre des journalistes»

03/05/2017 5

Tel est l’appel lancé par le Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la célébration ce mercredi 3 mai de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

ONU : «Un 4ème mandat risquerait d’intensifier la crise au Burundi»
Antonio Guterres : «Il faut se battre pour défendre le droit à la vérité»

Selon lui, les journalistes se rendent dans les endroits les plus dangereux pour prêter leur voix à ceux qui n’en ont pas. «Les professionnels des médias sont confrontés à la diffamation, aux agressions sexuelles, aux emprisonnements, aux coups et blessures et même à la mort», reconnaît Antonio Guterres.

Et de formuler en cette journée un vœu : «Nous avons besoin de personnalités fortes pour défendre la liberté des médias. C’est là une exigence primordiale pour faire barrage à la désinformation ambiante» Et il faut pour cela que «chacun d’entre nous doit se battre pour défendre le droit à la vérité».

En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, indique-t-il, je lance un appel pour que cessent toutes les formes de répression à l’encontre des journalistes – parce qu’une presse libre fait progresser la paix et la justice pour tous.

«Protégeons les journalistes, car leurs mots et leurs images peuvent changer le monde», demande le Secrétaire général de l’ONU.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Salmia Irikungoma

    Le pouvoir de Bujumbura ne veut entendre personne ! Leur seul reve ; c’est regner , regner, regner et regner en massacrant tous ceux qui ne pensent pas comme eux, jusqu’a la fin des temps.-

  2. Fofo

    |[Ndlr:Et il faut pour cela que «chacun d’entre nous doit se battre pour défendre le droit à la vérité».]. Le droit de la vérité et uniquement la vérité! Malheureusement, nombreux médias, ils ne rapportent plus la vérité car dans leur information, il ne parlent qu’au conditionne: « Il serait », « Il aurait ». Quelle vérité parle-t-on au conditionnel? Quand ils améliorent l’information, c’est le subjonctif qui est remplace le conditionnel: « Il faut que ».

    Quelle vérité, s’agit-il quand on parle avec des doutes? Et, quelle information s’agit-il quand on donne des ordres! Le journaliste est là pour informer l’opinion ce qui est ou qui a été et non pour créer le doute ou donner des ordres à qui qu’il soit! Fin de citation!

  3. Jereve

    Admirons plutôt cette réplique de Thomas Jefferson, ancien président des USA, et c’était tout au début du 19ème siècle ! « Were it left to me to decide whether we should have a government without newspapers, or newspapers without a government, I should not hesitate a moment to prefer the latter. » (Tiré du Journal sud-africain Daily Maverick du 3 mai 2017).

  4. mayugi

    Espérons que les répubiques bananières vous ont entendu!

  5. Bien

    Une voix qui crie dans le désert.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 964 users online