Lundi 15 juillet 2024

Société

Burundi/Médias : Deux journalistes séquestrés par des présumés Imbonerakure dans un commissariat

08/07/2024 0
Burundi/Médias : Deux journalistes séquestrés par des présumés Imbonerakure dans un commissariat
Les deux journalistes de la radio Izere FM

Dans l’après-midi de ce samedi 6 juillet, les journalistes Gaspard Ndikumazambo et Timothée Ntaconayigize, tous deux travaillant pour la radio locale Izere FM basée à Rumonge, au sud-ouest du Burundi, ont été pris à partie par des jeunes se réclamant du parti au pouvoir.

Selon des témoins, ces jeunes Imbonerakure du quartier Gihwanya à Rumonge avaient appréhendé un présumé voleur de téléphone, le ligotant et le battant jusqu’à ce qu’il soit sérieusement blessé. Ils se dirigeaient vers le commissariat provincial de la police lorsque les deux journalistes ont tenté de poser quelques questions et de prendre des photos. Cette action a suscité la colère des jeunes, qui ont commencé à brutaliser les journalistes en les poussant violemment.

« Nous n’avons pas baissé la garde. Nous leur avons montré nos badges délivrés par le CNC, le Conseil National de la Communication, et nous les avons suivis jusqu’au commissariat. Mais ces jeunes réclamaient déjà que les photos prises soient effacées, ce qui a empiré la situation », raconte Gaspard Ndikumazambo, l’un des journalistes malmenés.

Comme c’était le week-end, explique ce journaliste, il a été difficile de trouver le commissaire provincial, encore moins le commissaire communal. Le présumé voleur a été confié à un OPJ (officier de police judiciaire) pour interrogatoire. Les journalistes souhaitaient entendre son témoignage, mais ils se sont retrouvés entourés et séquestrés par ces jeunes affiliés au parti au pouvoir dans le bureau de l’OPJ pendant plus d’une heure.

Selon les journalistes, les jeunes Imbonerakure exigeaient que les photos prises soient effacées afin qu’elles ne soient pas remises à des associations de défense des droits de l’Homme. Lorsque certains des jeunes ont réalisé qu’ils risquaient des représailles, ils ont commencé à se disperser.

Quelques policiers ont rappelé à ces jeunes qu’ils ne pouvaient pas se substituer à la police, ni à l’administration ni à la justice, selon certains témoins. « Les meneurs de ce groupe ont été identifiés et nous avons porté plainte. Des convocations ont été confiées à un administratif pour que ces jeunes répondent de leurs actes. C’est vers 18 heures que nous avons été libérés », a révélé Gaspard Ndikumazambo, outré par le comportement de ces jeunes.

Il est à noter que ces derniers jours, les actes d’intimidation envers les journalistes se multiplient. Après son élection, la nouvelle présidente du CNC, l’ambassadeur Espérance Ndayizeye, a promis de veiller à ce que les journalistes soient protégés : « C’est bien stipulé dans la loi mettant en place le Conseil National de la Communication, c’est notre devoir. »

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 263 users online