Lundi 03 octobre 2022

Économie

48 milliards pour faire rayonner Mukaza

06/04/2022 7
48 milliards pour faire rayonner Mukaza
Vue partielle de la mairie de Bujumbura.

Faire de Mukaza la vitrine de la capitale économique. C’est un projet ambitieux mené par l’administrateur communal. Les secteurs à financer cadrent-ils avec les besoins de la population et les réalités de cette commune ? Iwacu est allé à la rencontre des habitants.

L’administrateur de la commune Mukaza annonce un projet de modernisation de la commune Mukaza. Le projet est doté d’une enveloppe de 48 milliards de Fbu. Les secteurs à financer s’inspirent du plan communal de développement communautaire (PCDC) de la commune Mukaza.

La vision est de faire de, Mukaza, une commune propre et prospère, une belle vitrine de la capitale économique du Burundi. Le plan est axé sur le développement des infrastructures d’appui à la production et du capital humain, la gestion de l’environnement et le renforcement de la gouvernance locale, la justice et la cohésion sociale selon l’administrateur Rénovat Sindayihebura.

Plusieurs habitants de la commune Mukaza interrogés affirment ne pas être au courant de ce plan de modernisation de leur commune. Ils se disent « enchantés » mais certains restent « sceptiques ».
A Iwacu, les habitants de la commune Mukaza disent les changements qu’ils aimeraient voir dans leur commune.

Des besoins différents selon les quartiers et les classes…

A Nyakabiga, un quartier où on retrouve beaucoup d’étudiants de l’Université du Burundi, là les jeunes aspirent à des projets visant à limiter le chômage.

« Nous ne savons pas où nous allons aller après nos études, comme il nous l’avait promis au début de son mandat, nous lui demandons d’insérer dans ce budget un fonds pour financer l’entrepreneuriat des jeunes de la commune afin de lutter contre le chômage», dit K.A., étudiant en Economie à l’Université du Burundi.

M.E., un autre étudiant résidant dans la zone Nyakabiga, souhaite que ces fonds soient utilisés dans la réhabilitation des routes ainsi qu’au renforcement de la sécurité et la lutte contre le banditisme dans les quartiers.
« On a toujours des gens qui volent dans nos maisons la nuit, on sait également qu’on court un risque en rentrant la nuit.

Que la sécurité soit améliorée dans nos quartiers».

Les habitants de la zone Rohero eux plaident pour la salubrité et l’éclairage public. La plupart d’entre eux regrettent que même certains axes principaux ne soient pas éclairés.

« Toutes les grandes villes se distinguent par l’éclairage public. S’ils veulent embellir la commune Mukaza, qu’ils éclairent les routes principales surtout. Nous saluons déjà l’installation des poubelles publiques, mais ils ont encore à faire sur la salubrité en cette commune avec les caniveaux bouchés, les déchets dans les ménages, etc. », déplore M.N., une résidente de la zone Rohero.

En plein centre-ville, le commerce ambulant est florissant. Des vendeuses affluent à l’affût du client. Qu’on leur donne un espace où elles pourront travailler. Un peu comme l’ancien « grenier du Burundi » pour qu’elle ne joue plus au chat et à la souris avec les policiers.

J.K, un vendeur de chaussures près de la banque BCB, lui demande la propreté autour de l’ancienne place occupée par le marché central de Bujumbura : « A défaut de réhabiliter le marché, que la commune Mukaza s’occupe de la propreté et de la protection de cet endroit. Des années après l’incendie, il y a toujours des saletés à l’intérieur comme à l’extérieur, qu’ils enlèvent ça en attendant un probable projet de réhabilitation. »


Eclairage/Plus loin avec l’administrateur de la commune Mukaza

En quoi consistera la modernisation de la commune Mukaza ?

Il s’agit du plan communal de développement communautaire élaboré par toutes les communes sur base des besoins communautaires. Il y a des axes dont la construction des infrastructures, la salubrité, l’environnement et d’autres…
Les responsables des quartiers nous ont présenté les besoins pour leurs quartiers que nous avons donnés aux experts pour en faire ce plan de développement. Le plan a été validé par le ministère de l’Intérieur ainsi que celui des Finances.

D’où viendront les 48 milliards ?

C’est la somme nécessaire pour la mise en application des projets de développement de la commune. Dans nos prévisions, il est prévu une contribution de la population à hauteur de 4%, les fonds propres de la commune à hauteur de 38,72% et la participation de l’Etat, des partenaires techniques et financiers à hauteur de 57,23%. Mais ce ne sont que des prévisions qui peuvent changer.

Cela voudrait-il dire que l’enveloppe n’est pas encore disponible ?

Vu le niveau de vie de la population, on ne peut pas compter sur une contribution de leur part. Pour ce qui est des fonds de la commune, vous savez que nous n’avons pas une autonomie de gestion. Nous présentons des demandes au niveau de la mairie de Bujumbura et on finance différents projets initiés par la commune selon la disponibilité des fonds. Tout comme pour l’Etat, nous demandons au niveau du ministère des Finances. Donc, ce ne sont pas des fonds propres à la commune mais il est important d’avoir ce genre de document.

A quand le début des activités ?

Les travaux ont déjà commencé. Pour l’exercice 2020-2021 par exemple, plusieurs projets ont été réalisés s’inspirant de ce plan de développement d’autres sont en cours.
Au cours de 2021, on a fait le pavage et l’installation des poubelles publiques sur les axes principaux, la réhabilitation de certains établissements scolaires comme l’ECOFO EPJP, le lycée municipal Mutanga 2 où nous avons pu construire deux salles de classe et une clôture, l’éclairage de la zone Nyakabiga ainsi que les parkings autour de l’ancien marché central de Bujumbura.

Et pour l’exercice en cours ?

Pour cet exercice, nous visons l’assainissement des chefs-lieux des zones, l’éclairage en zone Bwiza et Buyenzi, la plantation d’au moins ‘ arbres par parcelles dans les zones Nyakabiga, Bwiza et Buyenzi ainsi que le blocage des déchets solides dans les caniveaux se déversant dans le Tanganyika pour réduire la pollution.

Si les moyens nous le permettent nous voudrions également construire et rénover quelques écoles dont l’ECOFO bassin 1, l’ECOFO Rweza mais si les moyens ne sont pas disponibles, les projets non réalisés se feront dans l’exercice suivant.


Quelques données sur la commune Mukaza

La commune Mukaza abrite plus de 25% de la population totale de la mairie de Bujumbura. La plus grande partie des résidents de cette commune sont des jeunes selon la pyramide des âges de cette commune. La zone Buyenzi est la plus peuplée tandis que Rohero est la moins peuplée de la commune.

Les zones de la commune Mukaza restent les plus privilégiées en mairie de Bujumbura en matière de couverture en électricité.  Les zones Kinindo et Ngagara sont les seules qui viennent avant les 4 de la commune en pourcentage de couverture en électricité de 83% et 90% respectivement. Les autres zones de la mairie ont une couverture plus basse.

Alors que la mairie de Bujumbura est desservie en électricité à 46%, la commune de Mukaza est couverte à plus de 70%, ceci s’expliquant par le fait que les entités de cette commune sont parmi les plus vieilles de la mairie.

Rohero, qui est la moins peuplée de toute la commune est pourtant la plus desservie en matière d’électricité.

Si la commune Mukaza, de 2014 à 2018 n’a enregistré aucun conflit foncier ni de violence domestique, du moins selon les données fournies par la même commune, les cas de banditisme, de consommation de drogues de vol à main armée, de viols et de meurtres ont été fréquents durant la même période.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. arsène

    « […] il est prévu une contribution de la population à hauteur de 4% […] »

    C’est tout de même 4% de 48 milliards, soit un peu moins de deux milliards (1’920’000’000) de francs burundais. Si on prend qu’un ménage compte en moyenne 5 personnes, cela constituera une contribution obligatoire de 78’000 francs/ménage qui atterriront probablement dans les poches des dirigeants, l’administrateur compris comme ce fut le cas à Gitega, quartier Shatanya (cf. https://www.iwacu-burundi.org/gitega-polemique-autour-du-pavage/
    Décidément, ponctionner les citoyens est devenu un sport national et c’est déplorable.

  2. Canisius

    Bravo !!La ville est belle sans les velo et les toukoutou , Il faudra maintenant ineterdire les bouteilles en prastique et demander au gens de planter des freures et des arbres devant les maison . Des petites chose que chaqu’un peut faire sans payer beaucoups d’argent pour le devellopement .
    Les bouteilles en plastique c’est salle et ca abime notre Tanganyika que nous mangeons le poisson dedans.

    • Bizimana

      Les bouteilles en plastiques c’est sale , c est vraie si on interdit les sachets plastiques il faut interdire les bouteilles en plastique

  3. ndirabika

    Ngo komine niyo yagize éclairage nyakabiga ? Nta soni afise kubesha ukuraho ?

  4. Bundes

    même le pavage devant les maisons a échoué, la démolition des constructions anarchiques n’a pas donné grand chose , saletés, ordures etc . pauvreté galopante !!! Ne vous faites pas d’illusions

    • Yan

      @Bundes
      « Ne vous faites pas d’illusions »

      L’espoir fait vivre; c’est lui que nous gardons jalousement!

  5. Nganyirande

    Bravo M. L’Administrateur.
    Nous vous jugerons par les réalisations concrètes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 435 users online