Samedi 31 juillet 2021

Culture

1ère édition de la Foire artisanale sénégalo-burundaise : Un fiasco ?

19/06/2021 3
1ère édition de la Foire artisanale sénégalo-burundaise : Un fiasco ?
Quelques stands de la foire sénégalo-burundaise au palais des arts

Les artisans burundais et sénégalais disent que la première édition de la foire artisanale sénégalo-burundais qui a pris fin ce 18 juin au Palais des arts, était loin d’être un succès.

Il est 13 heures, le dernier jour de la foire. Le sourire et l’accueil qu’ils avaient au début de la foire a fait place à des mines renfrognées. Des attroupements ici et là dans leurs stands. Ils ne s’occupent plus de leurs clients.
« Ces derniers viennent juste admirer les produits et partir », se lamentent ces artisans. Air abattu, certains commerçants sénégalais regrettent d’avoir participé à cette foire : « On ne serait pas venu si on savait que c’était organisée ainsi. Nous avons juste envie de retourner chez nous ».

Selon eux toujours, ils n’ont fait que dépenser leur argent. Ils se demandent comment ils vont payer alors les droits de douane. Déjà à leur arrivée, ils ont payé les excédents de bagages : « J’ai amené 3 bagages supplémentaires et pour chaque bagage j’ai payé 230 milles francs CFA. On est venu dépenser seulement, les frais d’hôtel, la ration et le pire, je vais retourner au Sénégal avant le 26 juin sans avoir vendu que quelques articles, presque rien ».

Même son de cloche chez les artisans burundais. Eux aussi grognent. Ils préfèrent la foire qui a eu lieu au Stade Intwari, car selon eux ils ont gagné beaucoup d’argent : « Ici on n’a rien gagné, il est 13 heures et je n’ai même pas 50 milles francs burundais, alors que dans l’autre foire je gagnais beaucoup plus. Je pouvais avoir 300 milles francs burundais, voire plus par jour », explique un commerçant burundais interrogé.

Un petit stand pour les commerçants burundais était à 300.000 francs burundais. C’est le contraire de ce que les organisateurs de cette foire ont dit : « Les stands pour les commerçants burundais sont gratuits », a fait savoir Ahmed Nzeyimana l’un des représentants des artisans burundais.

« Ils ont eu raison de ne pas venir »

D’après les commerçants interrogés, ils ont été expulsé de la salle pour étaler leurs produits à l’extérieur et d’accueillir les autorités burundaises, afin de rendre officiel cette foire : « Aucune autorité n’est venue et on est resté à l’extérieur. Je pense qu’ils ont voulu qu’on occupe les stands des sénégalais qui ne sont pas venus ».

Et d’ajouter : « Ils ont eu raison de ne pas venir. Ils ont été mal accueillis. Ils se lamentent qu’ils n’ont pas fait les affaires comme ils l’espéraient. Sans oublier leurs stands qui sont couteux. 2 millions pour un stand, c’est une perte si tu n’as presque rien vendu », a lâché un commerçant.

Les artisans burundais demandent à ses collègues sénégalais de partir sans rancœur et aux organisateurs de ce genre d’événement de revoir leurs méthodes et surtout ne pas mettre en devanture l’appât du gain : « Nous demandons à nos collègues sénégalais de ne pas partir avec une mauvaise pensée sur l’accueil burundais. Et on demanderait aux organisateurs des événements pareils de ne pas avoir d’yeux que pour l’argent mais de considérer avant tout les relations diplomatiques et culturelles ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kagayo

    Qui sont les organisateurs de la foire: l’Etat du Burundi ou une organisation privée?
    Pour ce qui est du coût des stands et sous réserve de connaître leur superficie , les prix sont raisonables: entre 100 et 900 Euros c’est presque gratuit comparé aux prix qui se pratiquent ailleurs. Un stand de 9 mètres carrés coûte entre 8 et 10.000 Euros dans les foires organisées dans certains pays européens. Et là c’est un espace vide qu’il faut constuire selon les standards fixés par les organisateurs.
    Enfin il ne faut pas tout mélanger: relations diplomatiques et culturelles et commerce, etc. S’il est vrai que certains manquements au niveau organisationnel peuvent avoir un impact négatif sur l’image du Burundi, ils n’affectent en rien les relations diplomatiques entre le Burundi et le Sénégal. Ailleurs de telles activités sont organisées par les entreprises privées et l’Etat n’intervient que pour accorder certaines facilités: octroi de visa, sécurité, etc. Si c’est l’Etat burundais qui a organisé oui, il serait responsable de la non-réussite mais au cas contraire les responsabilités sont à chercher ailleurs.
    Amitiés

    • Yan

      “Un stand de 9 mètres carrés coûte entre 8 et 10.000 Euros dans les foires organisées dans certains pays européens.”
      Comparons ce qui est comparable: les prix d’un marché se trouvant dans une région où le PIB/habitant est de 400 dollars ne peuvent être comparés à ceux d’une région de PIB/habitant de 40.000 dollars.

    • How do you compare the cost of a stand of a European market to Burundi one? Is the cost of life the same? To be honest, this expo was not organized. I stopped by twice to purchase some stuff but the next round everyone was kicked out of the building to sell their stuff outside. How welcoming is that to the Senegalese community? From my observation, the organizers didn’t take it seriously; Therefore, did not put much effort to make it a success!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 286 users online