Gouvernance

400 ressortissants de Kayanza devant le bureau de l’Ombudsman pour réclamer plus de 4 milliards de Fbu

28-01-2014

Ils sont de retour, dans la matinée de ce lundi 27 janvier. Ils réclament plus de 4 milliards de Fbu au gouvernement pour avoir fourni des plants d’avocatiers en 2011. Ils se disent prêts à affronter la faim, la maladie et les intempéries jusqu’au jour où leur revendication sera entendue.

Des hommes assis devant les bureaux de l'Ombudsman accablés de fatigue et de faim ©Iwacu

Des hommes assis devant les bureaux de l’Ombudsman accablés de fatigue et de faim ©Iwacu

Nestor Nyabibara se fait leur porte-parole : « Nous subissons une forte pression de la part de plus de 5400 membres de 54 associations et individus. Ils ne croient plus. Aussi ont-ils décidé de descendre à Bujumbura munis de tous leurs effets. » Il affirme qu’au mois de décembre, ils avaient été reçus par l’Ombudsman qui leur avait promis d’avoir vidé leur question avant la fin de janvier 2014. Il déplore que même au mois de mars, le même Ombudsman leur avait fait miroiter d’autres promesses non tenues.
A la question que certains parmi eux n’auraient pas livré de plants ou qu’ils auraient gonflé la facture, en chœur, ils répondent : « Nous réclamons que   seuls les tricheurs soient pénalisés ». Ils se plaignent que le paiement se fait attendre, alors qu’ils avaient reçu la commande du chef de l’Etat en personne.

Signalons qu’aux environs de 13 heures, des femmes étaient occupées à préparer de la nourriture sous l’ombre des palmiers et à cajoler leurs bébés. Les hommes, eux, étaient assis de l’autre côté de la route, visiblement fatigués et accablés de faim.
Nous n’avons pas pu joindre le porte-parole de l’Ombudsman.

  1   Vos commentaires
  1. Anonyme

    Mai où sont ces avocatiers qu’ils disent avoir fournis?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité