Samedi 22 juin 2024

Société

Kayanza : De la maroquinerie pour échapper au chômage

Kayanza : De la maroquinerie pour échapper au chômage
Vincent Toyi : « Il faut que l’Etat soutienne notre métier en créant au moins une école publique qui enseigne le travail du cuir. »

A Kayanza, la coopérative « Turashoboye » produit différents objets à base des peaux d’animaux. C’est dans le quartier Kirema, ville de Kayanza, qu’un atelier est installé. Plusieurs jeunes y ont été formés dans le traitement du cuir, d’autres sont en cours d’apprentissage. Ils ne cachent pas leur espoir d’un avenir meilleur après la formation.

Des chaussures, des ceintures, des portemonnaies, des mallettes, etc., y sont confectionnés. Ils sont exposés dans la grande salle de cet atelier de maroquinerie. Le travail se fait en groupes.

Dans cet atelier, alors que les uns s’occupent du traitement de la peau, ou du design, d’autres sont concentrés sur les machines à coudre. Et pour traiter ces différents types de peaux, on a recours à une solution écologique : « On utilise du liquide extrait dans l’écorce de l’acacia (umuka ou Ingonga). Parce que l’acide caustique peut -être nuisible pour la santé et l’environnement », souligne Vincent Toyi, responsable de la coopérative « Turashoboye ».

Il indique qu’on enlève d’abord l’écorce de cet arbre. Après, un liquide se dégage et c’est dans ce dernier qu’on immerge les peaux durant quelques jours. Il confie que c’est une technique importée : « J’ai vécu au Kenya et j’ai vu comment ils utilisent des produits naturels pour traiter le cuir. Et voilà, je suis rentré avec cette technique au pays. »

Après cette étape, M. Toyi fait savoir qu’on met aussi de la chaux pour rendre le cuir très malléable. Les membres de cette coopérative se soucient aussi de la protection de l’environnement. Le responsable précise qu’il a déjà planté quelques hectares d’acacia.

Pour se lancer, il affirme que les membres de la coopérative ont bénéficié d’une formation de la part du PNUD. Différents objets leur ont été aussi donnés.

Pour avoir de la matière première, la coopérative Turashoboye s’approvisionne auprès des abattoirs et des bouchers particuliers. C’est avec du sel qu’ils protègent le cuir du pourrissement avant le traitement proprement dit. Et le coût de la peau varie selon l’animal. « Pour les peaux des chèvres, les prix se situent entre 3000BIF et 4000BIF, tandis que pour les vaches, 1kg est acheté à 3000BIF. Ce qui fait qu’une peau de vache se vend entre 15000 BIF et 20000BIF », détaille M. Toyi.

Pour fixer le prix d’une paire de chaussure, sandale, etc, en plus de la main d’œuvre, il assure que différents éléments entrent jeu : « Pour avoir une paire de chaussure ou sandale, il y a d’autres pièces qu’on ajoute. Entre autres choses, la colle, du fil, la crèque et le talon. C’est pourquoi le prix peut tourner autour de 20000BIF. »

Et aujourd’hui, les clients ne cessent d’augmenter. Au début, il vendait à peine une sandale par semaine. Aujourd’hui, c’est entre 30 et 50 sandales vendues par semaine. « Nous recevons même des commandes. Et nous constatons que nos produits sont aujourd’hui appréciés au niveau local ».

Un secteur en besoin de soutien de l’Etat

« Notre métier est un secteur qui a été très longtemps négligé par l’Etat. On ne l’a pas valorisé. Aujourd’hui, il faut que l’Etat soutienne notre métier en créant au moins une école publique qui enseigne le travail du cuir », plaide le responsable de la coopérative « Turashoboye ». Il ne doute pas que cette école aura beaucoup de candidats. Pour lui, elle pourrait même inspirer des investisseurs privés. « Ainsi, les produits locaux seraient concurrentiels par rapport à ceux venus du Kenya, de l’Ouganda qui sont d’ailleurs chers ».

Pour réussir ce pari, il indique que cette école publique devra être bien équipée en outillage pour bien travailler le cuir. « Je ne doute pas que l’Etat a les moyens pour les acheter », souligne-t-il. Il propose aussi l’organisation de voyages d’études dans les pays avancés dans ce secteur, comme l’Ouganda, le Maroc et le Kenya.

Pour booster ce secteur, il signale que l’Etat kenyan a décidé d’acheter des machines et des outils : « On les a installés dans un centre. Et celui qui en a besoin, il n’a qu’à payer une petite somme d’argent. Il peut alors faire bien son travail et rentrer avec du cuir bien traité. Le centre est accessible à tous ceux qui travaillent le cuir, les peaux. »

Avec une école publique de maroquinerie créée au Burundi, M. Toyi ne doute pas que le gouvernement n’aura plus besoin d’importer des bottines, des ceinturons, des pochettes de pistolets pour l’armée et la police. « Je suis sûr que nous pourrions rapidement être capables de confectionner tous ces matériels. L’Etat y gagnerait et les artistes aussi. Mon grand rêve est de voir un jour une grande entreprise de maroquinerie au Burundi. »

Un centre de formation aussi

Au total, cette coopérative a embauché 25 jeunes. Et ce, après une période de formation de cette structure. D’autres jeunes sont partis créer leurs propres ateliers. Alice Nduwimana, 28 ans, travaille là depuis 2016 : « J’ai appris ce métier pendant une année. Et après, j’ai été engagée. »

Sept ans après, elle affirme ne plus avoir besoin de ses parents pour s’habiller, avoir des produits de beauté, etc. Elle fait aussi de l’élevage de chèvres. « C’est grâce aussi à mon salaire que j’ai constitué un capital pour être agent de transfert d’argent via Lumicash ou Ecocash », se réjouit-elle. Elle fait remarquer que certains de ses promotionnaires qui ont sous-estimé ce métier sont toujours sans emploi.

A la coopérative « Turashoboye », d’autres jeunes sont en train d’apprendre ce métier. Ils ont été recrutés par Caritas Belgique. C’est le cas de Noëlla Ntahomvukiye, native de Gatumba, commune Mutimbuzi, province Bujumbura.

Nadège Nkunzimana : « Il n’y a pas de métier propre aux garçons seulement. Chez les jeunes, le grand problème est le manque de vision et comment y arriver »

« J’ai préféré venir ici parce que c’est un métier que j’apprécie beaucoup. Et j’espère gagner aisément ma vie par le travail du cuir », confie-t-elle. Après avoir terminé la sixième année, elle indique qu’elle n’a pas pu continuer le cycle secondaire.

Elle vivait de la vente de fruits et légumes, etc. « J’ai constaté que ce n’est pas rentable. Et j’ai pensé qu’en apprenant un métier, je pourrai avoir mon propre atelier et gagner de l’argent », espère-t-elle. Elle appelle d’autres filles à ne pas délaisser tel ou tel autre métier soi-disant que c’est pour les garçons : « Les filles en sont capables !»

Nadège Nkunzimana, 20 ans, est, quant à elle, venue de la commune Gisagara, Cankuzo pour apprendre ce métier : « C’est Caritas Burundi qui m’a recrutée pour cette formation. Et j’ai constaté que ce métier n’existe presque pas dans ma région et je me suis lancée. Après les trois mois de formation, je vais fonder mon atelier. Et sans doute, je vais gagner de l’argent. »

Noëlla Ntahomvukiye : « J’espère gagner aisément ma vie par le travail du cuir »

Elle signale que pour avoir ce type de chaussures, sandales… les gens de sa commune doivent se déplacer vers Ruyigi ou Gitega. Il importe, pour elle, de ne pas avoir de préjugé sur un métier : « Il n’y a pas de métier propre aux garçons seulement. Chez les jeunes, le grand problème est le manque de vision et comment y arriver. »

M. Toyi constate que des filles apprécient de plus en plus ce métier : « C’est un métier qui n’était pas par le passé apprécié par les filles. Mais grâce aux sensibilisations menées par Suiss Contact, un partenaire de notre coopérative, tout au début de nos activités, les filles sont très nombreuses à se faire inscrire. »

Une activité impactée par la fièvre de la vallée du Rift

Ayant la peau comme principale matière première, la coopérative « Turashoboye » a été durement affectée par l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift. « Avec l’interdiction de l’abattage des vaches, des chèvres, nous avons passé plusieurs jours sans travailler.
On ne pouvait pas avoir de la matière première locale »
, confie M. Toyi.

Pour ne pas fermer totalement et en attendant la levée de l’interdiction d’abattage, ils ont été obligés d’importer des peaux du Kenya, de l’Ouganda à un prix exorbitant.

En plus de leurs rentrées d’argent, la coopérative a bénéficié d’un crédit de 15 millions BIF de la part de PAEJ.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Voltaire Kaziri

    Rfi donne les vraies raisons des chicaneries.
    C est la main du pouvoir. On veut avoir une autre marionnete qui sait conjuguer le verbe Marionnette.
    Je ne parle pas de Bigirimana bis.
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20230525-burundi-l-opposant-agathon-rwasa-et-son-parti-dans-la-tourmente.
    Il y a quelqu un qui avait violé la constitution et s’était octroyé un 3eme mandat illégal. Est ce que le Ministre de l Interieur a t il levé son doigt? Laissez moi rire

  2. Muda

    « On utilise du liquide extrait dans l’écorce de l’acacia (umuka ou Ingonga). Parce que l’acide caustique peut -être nuisible pour la santé et l’environnement ».

    Il faut plutôt parler de soude caustique. Formule chimique: NaOH.

  3. Jereve

    J’ai investi beaucoup d’argent pour envoyer les jeunes de ma grande famille à l’école et dans des universités privées et publiques. Aujourd’hui c’est la désillusion, car la grande majorité d’eux a des gros diplômes, mais est au chômage avec très peu d’espoirs à l’horizon. Et ce n’est pas fini, car Ils me demandent maintenant à leur chercher des ouvertures à l’étranger où l’herbe serait plus verte. Un vrai cercle vicieux, je vous le dis. Je me rends tout simplement compte qu’en fait, en croyant trop bien faire, j’ai investi à perte, alors que je pouvais exiger à ces jeunes de se former dans des métiers d’avenir comme par exemple la maroquinerie dont il est question ici. Et investir le reste de mes économies en équipement pour lancer ces jeunes sur le marché du travail indépendant. Je garde bien sûr espoirs, car c’est maintenant mon tour de compter sur eux dans mes vieux jours, et non l’inverse.

    • Yan

      « …que je pouvais exiger à ces jeunes de se former dans des métiers d’avenir comme par exemple la maroquinerie dont il est question ici.  »

      Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les métiers c’est bien, mais c’est encore mieux s’ils sont avec des débouchés.
      Notre ancien prof nous disait souvent que « le besoin d’agents économiques constitue un marché, à condition que ces premiers soient solvables »

    • Muda

      Avez-vous tenté de les envoyer au Canada, pays qui a actuellement besoin de beaucoup d’immigrants surtout francophones?

    • Vous avez enfin compris la vraie situation. Tout le monde veut être universitaire, alors que tous les métiers cherchent des professionnels qualifiés (qui souvent sont mieux rémunérés). Je crie cela depuis 35 ans en Afrique. Il faut créer des écoles techniques (toutes professions) !
      Bon courage à vous.

      • Yan

        Je connais plusieurs lauréats des écoles techniques qui sont au chômage depuis 10 ans. Comme quoi on peut se former et ne pas trouver de débouché. Je pense que les solutions se trouvent au niveau politique (macroéconomie). Si les responsables politiques ne s’y mettent pas, le reste ne sera que du rafistolage.

    • PCE

      Monsieur Jereve
      Je suis certain que dans quelques années vous allez encore changer d’avis . Ne regrettez pas d’avoir aidé à la formation et l’éducation des membres de votre famille , surtout pas. Vous avez fait ce qu’il fallait . Je ne connais pas votre age mais je sais que de mon temps , il suffisait de terminer les études et on avait le boulot automatiquement . Personnellement j’ai été dans un lycée d’enseignement secondaire à mon insu alors que je venais à peiner de terminer mes études . Ca c’était évidemment avant . Ce qui s’est passé après , tout le monde le sait . Une mauvaise gouvernance suivie par plusieurs années de conflit et j’en passe. Nous savons aujourd’hui que nous n’avons pas d’autre choix que de concevoir des entreprises privées de transformation des produits mais aussi des services , l’Etat a perdu sa capacité d’être le seul employeur . Ce n’est pas normal que des objets simples continuent de venir de l’étranger : des allumettes , des marmittes , des meubles, du ciment, certains outils simples etc . Mettons nous donc au boulot mais surtout formons nous , apprenons de nouvelles connaissances . Tous ceux qui sont parvenus à tirer leur épingle du jeu dans le monde économique actuel sont des gens curieux : la majorité a fait des études , une petite minorité n’en a pas fait mais tous ont un point commun , la curiosité intellectuelle , c’est cela le moteur du progrès . Mais il y a un préalable fondamental : la démocratie et la bonne gouvernance des institutions et des hommes , la lutte contre la corruption etc. Pourquoi un grand pays comme la RDC ne progresse pas à votre avis malgré la richesse de son sous-sol ? Réponse: mauvaise gouvernance et cupidité de ceux qui l’ont dirigé. Et pourtant la RDC a tout pour réussir . Cherchez donc l’erreur.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 2 816 users online