http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Opinion

Opinion – Les réseaux sociaux participent aussi à détruire le tissu social burundais*

28-09-2015
Philippe Ntwari Gateretse

Philippe Ntwari Gateretse

Les médias sociaux sont un intéressant vecteur d’information en période de crise politique comme celle que le Burundi vient de traverser. Mais ils constituent aussi des plate-formes privilégiées pour la propagation de rumeurs et la désinformation. Ainsi, WhatsApp, Facebook et Twitter ont participé à déchirer le tissu social burundais et nourrir la radicalisation des esprits avant, pendant et après les élections, et dans certains cas, alimenter l’insécurité. 
Des individus se cachent derrière leurs claviers pour répandre de fausses nouvelles, semer la haine, diffamer ou jeter en pâture leurs compatriotes. 
Conseiller politique et diplomatique à la 1ère Vice-Présidence de la République du Burundi, je viens de vivre (encore une fois) une expérience similaire. Il y a trois jours circulait principalement sur WhatsApp, un message anonyme m’accusant de délation auprès des services de renseignements burundais. Il contenait également certaines attaques personnelles particulièrement vicieuses.

Outre que le contenu de ces rumeurs sur ma personne est faux, et que l’intention évidente de les diffuser est de blesser ma famille et moi-même, je me suis dit que cela serait une occasion intéressante de rappeler la délicatesse de l’usage des réseaux sociaux. 
Les médias sociaux sont certes un outil formidable pour les gens et la société en général, mais nous devons l’utiliser de manière responsable. Je chéris la liberté d’expression, mais rejette la diffamation. Notez que dans certains pays tels que les Etats-Unis, il y a des lois contre la diffamation en ligne. Au Burundi, nous avons besoin d’outils légaux similaires.

Je ne suis ni la première ni la dernière personne à vivre des moments pénibles pareils. Des centaines de Burundais sont maltraités au quotidien sur les médias sociaux, y compris ce medium. Même si ma famille et moi-même allons prendre des mesures suite à cette attaque sur WhatsApp, cela doit vraiment cesser.

Les auteurs anonymes de ces écrits sont des lâches. Ils n’oseraient jamais se confronter à leurs victimes lors d’un face-à-face. En ce qui me concerne, ce sont les aléas de mon métier, et ma famille le comprend très bien : elle est habituée à ce genre de manœuvres. Après tout, c’est le prix à payer pour ceux qui sont dans l’arène politique. Mais on ne s’habitue jamais totalement à des propos aussi vicieux, et nous connaissons de nombreuses autres personnes, ainsi que leurs familles, qui ont enduré cela sur le net ou pire, sur les ondes.

Ce qui est certain, que ce soit moi ou de nombreux autres citoyens burundais, nous sommes déterminés à lutter contre la diffamation sur les médias sociaux, car elle est en train de détruire notre pays. La divergence d’opinions politiques ne doit pas conduire vers l’insulte et la diffamation, car c’est une autre forme de violence. Cette divergence doit plutôt nourrir le dialogue et le respect mutuel.

Plus largement, les problèmes de notre pays vont au-delà de la crise actuelle et ne pourront être résolus que par un dialogue inclusif, ce que le gouvernement encourage et qui a déjà commencé à notre niveau. Le 1er Vice-Président est fortement engagé sur ce chemin et continuera de tendre la main à tous les protagonistes.

Qu’on se le dise encore une fois : aucun burundais n’est plus important qu’un autre et la stabilité politique du Burundi est de la responsabilité de tous. Mais il faut faire des concessions, parfois douloureuses,  et cela ne peut se faire que par le dialogue. Le défi pour notre pays est finalement de construire des institutions fortes, inclusives et responsables, capables de fournir des services de base à notre peuple.  J’essaye de contribuer de mon mieux à mon humble niveau, et ce n’est certainement pas en salissant des concitoyens que l’on arrivera à consolider les acquis de l’unité entre les Burundais.

Par Philippe Ntwari Gateretse

*Les articles de la rubrique « Opinion » n’engagent pas la rédaction

  53   Vos commentaires
  1. avatar PK5

    Vraiment ce monsieur Philippe a osé venir se plaindre sur sa personne alors que tous les jours depuis 4 mois des gens meurent innocemment, quel audace et stupidité.
    Aucune pitié, d’ailleurs beaucoup de ces écrits sont vrais, la méthode on peut la reprocher certes. . Mais quand on est une ‘personnalité publique ‘ (Oups), il faut s’attendre à cela. Alors monsieur continuez à vous ridiculiser, vendre votre âme au plus offrant, ne plus l’ouvrir et continuez à travailler pour les quelques centaines de $$$ par mois ( en FBU lol) pour vos supérieurs…..tout autant que vous. Vous partirez avec eux !!!!

  2. avatar MANA

    Si tu es revenu au Burundi pour faire le job que tu fais, c’est que tu as été nul au Canada. Si non tu serais revenu pour monter une affaire intéressante pour l’économie du Burundi. Cette médiocrité au sommet de l’Etat, nous a coûté, nous coûte, nous coûtera cher ! Adieu le progrès.

  3. avatar Rugamba

    What side of history do you want to be on? It’s not too late, Ubuntu is more important than little Heineken ,because it’s all you will get from participating in killing our kids. Shame and Heineken.

    • avatar Nshuti.

      Philippe,
      Je lis dans ce que tu écris:  » Le défi pour notre pays est finalement de construire des institutions fortes, inclusives et responsables, capables de fournir des services de base à notre peuple »
      Si vraiment ton engagement et ton action sont motivés par cet objectif, alors tant que ta conscience ne te reproche rien, un conseil: ‘Never complain. Never explain.’. Article intéressant sur ce sujet : http://switchandshift.com/the-queen-never-complain-never-explain.

  4. avatar ndiku

    Kuva natangura gusoma amakuru kuri iyi site,c la toute premiere fois que je vois un article aussi bidon.esperons que c la derieniere…Sans honte,comment peux tu venir ns parler des affaire de ta famille ici?tout le monde sait que tu ne merite pas ce post,mais essaie au moin de faire semblant d’etre serieux en guise d’honneur pour les familles eprouvees par cette crise..merci.PLEASE GET SERIOUS!

  5. Monsieur Philippe Ntwari Gateretse,
    Ntutangazwe n’ivyo bitutsi vyayo ma commentaires. Mbona n’Abazungu bataciyumvira (manque de raisonnement):
    Comment gérer le compte de celui qui ne l’ a pas et refuser le visa à celui qui n’a pas l’intention de voyager ?

    Soma :
    « Après les Etats-Unis, l’Union européenne devrait adopter jeudi 1er octobre des sanctions contre quatre proches du président burundais Pierre Nkurunziza. Ces sanctions ont obtenu l’accord de principe des 28 Etats membres de l’UE la semaine dernière, mais elles devraient formellement être adoptées jeudi par le Conseil de l’Union européenne. Elles consistent en une interdiction de visa et le gel de leurs avoirs dans l’UE, des personnalités responsables de la répression de ces derniers mois. »

    « « Il ne s’agit ni de personnalités politiques, ni d’exécutants, mais bien de donneurs d’ordres », précise une source diplomatique européenne. « On est dans le registre du symbolique », commente toutefois un autre diplomate européen, reconnaissant qu’il était peu probable que les personnes visées aient des comptes en banque à l’étranger ou l’intention de voyager. »

    Source:
    http://www.rfi.fr/afrique/20150929-union-europeenne-burundi-sanctions-pierre-nkurunziza-diplomatie-neven-mimica

  6. avatar Ngandatatu

    Cessez de lapider ce monsieur. Vos commentaires rappellent les jets de pierre a la Mecque.
    Pardonnez-le meme s’il n’a pas demande pardon. Il a simplement rate sa sortie et j’espere qu’il est en train d’apprendre.

  7. avatar abdoul

    Les burundais avons perdu notre âme. Au lieu de voir l’objet pointé par le doit, on voit le doit!

  8. avatar Rugamba

    Un petit homme parlant de petits problèmes. Des gosses meurent assassinés par ton gouvernement fantoche. Sois un homme ou alors mange et tais-toi!

  9. avatar Diane

    Est-ce-qu’il était même nécessaire que le journal Iwacu lui accorde cette page afin qu’il puisse nous faire entendre du non sens? Vu qu’il a accepté de travailler avec la présidence connaissant tous les malheurs de ce 3e mandat, pourquoi est-il offusqué? Des innocents meurent, les parents enterrent leurs enfants, les veuves se multiplient de jour en jour et Philippe Gateretse veut qu’on écoute ses pleunichades? Pfffff, personne n’a pitié de lui. Mr. Gaterestse, mangez et ne dites pas un mot, if you cannot handle the heat, feel free to LEAVE. The door is wide open and many will be willing to take over that seat and eat as are doing it. Please spare us from your non sense.

    • avatar Martine

      Comment peux-tu oser t’assoier, rediger un aussi long texte sur ta propre personne alors que le pays brule et que l’image diplomatique (tiens) du Burundi est ce qu’elle est. J’espere juste que tu ne l’as pas ecris durant les heures de service.

      Comme d’autres l’ont dit, si tu ne prends pas ton courage a deux mains pour te desolidariser de ce gouvernement illegitime, et pour apporter ta contribution pour sortir le pays de l’impasse, manges et toi.

  10. avatar Jean N

    Ce guy a provoque les citoyens en colere. C’est a Sindano et sa clique d’en tirer une lecon. Kirazira gusomborosta abantu
    bashegeshwe ubabwira utuntu dutoyi ibigoye bihari. Abantu bariko baricwa n’iyo ngorane uyu munsi iraje ishinga abarundi
    et personne n’en parle parmis les leaders des institutions illegales.

  11. avatar kibwa

    Et le pauvre a le culot de dire qu’il est « conseiller politique et diplomatique »!!! C’est une injure à la fonction. Il faut dire qu’il vend sa traitrise aux côtés de Sindimwo Gaston dans des bureaux usurpés, jadis occupés par la 1ère vice-présidence!!! Kanatsinda ibisa birasangira.
    Du haut de mes 95 ans je connais pas mal de gens respectables qui ont occupé ces bureaux. Ils sont aujourd’hui anonymes et vivent modestement au milieu de nous. Ce Gateretse un jour profitera d’une mission à l’étranger pour disparaître, car il lui est impossible de supporter nos regards………..

    Kibwa

    • avatar Diane

      Il n’a pas besoin de profiter d’une mission à l’étranger, il peut prendre l’avion si il veut car il est citoyer canadien!

      • avatar Burundi

        Really, et il a choisi de quitter pour s’associer avec les diables qui sont en train de decimer les enfants innocents.
        I would advise him to step down and go back before they know what he is doing and shut the door. But he deserves
        where he is , apparently he didn’t learn much from the civilized country in choosing to be accomplice of criminals.

      • avatar Tijos

        @Diane, même si il a la nationalité canadienne ce monsieur a raté l’occasion de se taire. Il ne peut pas pleurnicher sur un cas pareil alors qu’il y a des morts chaque jour et des milliers des innocents dans des prisons de la république bananière. Je me demande s’il n’avait pas d’autres choses à faire au Canada au lieu d’aller perdre du temps en soutenant un gouvernement sangunaire.

  12. avatar Karundi

    Bwana Gateretse, utu twibutsa ni tukubere inkebuzo « Uwugiye ahabona ahabonera », « Uwanse kuvugwa ntiyavutse », « Uruvugo ntirwonza » (kandi urabona ko uvyibushe), « Havuga uwo bubezwe ».
    Kora akazi sha ukure umunwa kugira amahoro aboneke, coopération isubire à la normale kugira akanoti kaboneke, OBR itoze amakori uko yahora, Ecole Fondammental ironke programme, abigisha badugirizwe agashahara, urwaruka ruheza amashule ruronke ico rukora.
    Nta soni, « ngo baramvuga », kazima batakwishe

  13. avatar Inanzoza

    Abantu bariko baricwa ataco bazira,abavyeyi bariko barahekurwa,amarira yuzuye I Burundi ni menshi,nawe usimbiye ku sunzu y »inzu ngo bariko barakuvuga kuri za Whatsup etc…
    Gateretse we,uzobazwa vyinshi aho ubona.
    Just saying…

  14. avatar Aaron

    Je pense que tu n’as aucun moyen de lutter contre ces insultes, seulement le seul moyen a ta disposition est de te taire. Plus tu parles plus tu sera diffame et je crois que tu vois l’example sur cette page. Mbega sha utera ubwoba nde ? Who cares when people are dying every single day.

  15. avatar Bukombe

    Uyo mugabo yigize ikintazi! Rya ncuti unume.

  16. M. Gateretse, sans vous connaître, j’ose juste vous dire que vous venez de perdre une bonne occasion de vous taire.

    Ndi Lololo,
    Umugumyabanga atari umugumyabondo

  17. avatar Marirayabarundi

    Asha…niwaba wumva warubariwe! Si jamais tu testais ta popularité(ou votre popularité avec ton patron), je trouve que la note est objective!

  18. avatar burka

    J’allais écrire que quelque chose  » pourquoi toi, et pas les autres qui grouillent à la VP? ». Peux-tu répondre à cette question? Au moins Iwacu donne la place même à des gens comme toi décidés à enterrer la liberté d’expression. Pourquoi tu n’as pas publié ton opinion dans le Renouveau du Burundi ou Ubumwe,etc. Tu connais bien que ces médias ne sont lus. Tu as tout le droit de répondre encore à ces internautes qui ont réagi à ton alarme.
    Burka

  19. avatar mpemukendamuke

    Quand j’étais jeune, mon père me parlait du paradoxe du mille pattes (inyongori) qui part toujours sans savoir où il va. Il ignore où il est rendu, tout comme il ne sait pas d’ où il est venu. Pourtant, inyongori parvient toujours à survivre s’il ne se fait pas écraser par les passants, humains et animaux confondus. J’ai comme une impression que le pitoyable cas de Gâteretse ressemble étrangement à celui du mille pattes.

  20. avatar kindros

    reka sha Gateretse kudusamaza twikorere urugamba wewe uri umuntu mtoyi cane.

  21. avatar Ferereiiiii

    Gateretse, ntasoni ufise, ibiduhanze sivyo….iyo wemeye gukorera shetani uba umumarayika wayo

  22. avatar Jamahaar

    La sortie mediatique de ce conseiller à la 1ere V-P du Burundi est vraiment pathetique.Il faut qu’il sache que lorsqu’on accepte d’etre en premiere ligne, il faut aussi accepter de prendre les flacs.On ne peut pas avoir tout a la fois:le beurre et l’argent du beurre et manger tranquillement.Ce n’est pas une question de jalousie comme les burundais aiment simplier, mais une question de responsabiltes.Accepter de servir dans les institutions actuelles aux cotes de ceux qui ont viole la Constitution et continuent a tuer des innoncents, tu deviens un collabarateur et un associe aux crimes de ceux-la memes qui sont les planificateurs et les executants des sales besognes qui continuent d’endeuiller le pays et ternissent aussi son image a l’etranger.On ne peut pas alors empecher les gens de crier pour condemner les responsables et leurs collaborateurs zeles.Hier c’etait le Bureau des Nations Unies, Human Rights Watch, Amnisty International et les organisations locales de la societe civile qui etaient accuses de tous les maux qui empechaient aux princes qui gouvernent de couler une vie tranquille aux frais du contribuable burundais,maintenant c’est le tour des media virtuels.Dans un pays ou l’on a detruit les media traditionnels, il ne faut pas alors s’etonner que le debat se deplace vers d’autres foras afin de continuer a organiser la resistance face a l’oppression parce que la nature a l’horreur du vide.En tant qu’acteur politique de premier plan, il devrait plutot se feliciter de l’existance de ces reseaux sociaux parce qu’ils permettent aux citoyens de continuer a communiquer et a echanger sur tous les aspects de la vie du pays, pas a « détruire le tissu social burundais! »Il me semble que ce monsieur n’a rien compris du role des media et de leur evolution depuis la fin des annees 1980.Vive le progress et la liberte de l’information.

  23. avatar Mugunza

    Mr Gateretse, si je comprenais quelque chose de la politique je vous dirais qu' »on vous jugera à vos actes… »dixit votre lointain perent de Rwagasore. Si du haut de vos hautes fonctions, vous êtes ou pas, capable de faire rétablir les sources régulières et légales d’information que le système que vous servez et supportez avec zèle a détruites; ou que vous oserez démissioner si vous vous trouvez dans une position d’inutilité publique. Ngejeje aho.

  24. avatar mupira

    On vous a peut être insultés et tu es fâché. Figure toi les états d’âmes des orphélins et veuves que le gouvernement que tu sers chaque jour a crées et qui continue à créer.
    Je m’excuse, un collabo ne mérite jamais respect.

  25. avatar Verite Guess

    Les usagers du WatsApp n’ont pas besoin de recevoir des lessons de votre part Mr Gateretse. On decouvre des cadavres chaque jour dans les rues de Bujumbura et meme ton 1er VP n’a jamais rien dit pour condamner cette barbarie. Vous servez un gouvernement qui tue , qui torture et qui en plus est illegal et illegitimate . Tout cela ne vous inquiete pas, et voila que Vous cries haut et fort parceque on a OSE s’attaquer a ta PETITE personne!!!
    Vous cherissez la liberte d’expression dites-vous? C’est louable mais aussi surprenant de votre part Mr le conseiller. Mais dis nous pourquoi vous ne permettent aux medias prives de Travailler???

  26. avatar Citoyen B

    Sorry Mr Philippe. I have a little sympathy. However, It is amazing how you come out just for whining against social media not the victims of 3rd illegal term, tortured, and thrown tied into gutters and rivers, and others who go missing every single day without knowing their plight. You wake up and talk only when your own interests might be affected. You also know that rumors and defamation are not only on social media. Some authorities around you are good at defamation, divisive speech, and hate-mongering. They don’t set a good example for social media users. Furthermore, as long as independent media are absent, each person takes advantage and deliver any information he wants and as he wants for opinion poll, defamation or just a misleading information and so on for many reasons. Think about it before whining, if not,it is already out of your control. Or just do like Rwasa. He is eating quietly and doesn’t care about anything.

  27. avatar KAISER

    D’accord à 100%. Mais quand nous disions que certaines radios répandaient des rumeurs, propageaient des mensonges, faisaient des montages invraisemblables, insultaient effrontément certaines personnes, vous disiez que c’était la Liberté d’expression. C’est bien que quelqu’un se rende compte qu’il y a une limite à tout.

  28. Monsieur Philippe Ntwari Gateretse,

    Si vous regardez les commentaires vous allez constatez que si quelqu’un parle mal des autorités burundaises il y a beaucoup de « j’approuve » et si quelqu’un apprécie une action des autorités il y a beaucoup de « je n’approuve pas ».
    Vous voyez déjà que les unes des terribles maladies de certains burundais sont l’ignorance et le manque de raisonnement.
    Ils pensent qu’ils sont appréciés ( on ne sait par qui) quand ils dénigrent leur pays. Quelqu’un peut vous utiliser pour détruire votre pays , mais il ne vous fera jamais confiance quand vous acceptez de le faire. Personne ne peut faire confiance en celui qui détruit chez lui.

    • avatar Nduwayo

      Tous les commentaires ….remarquez quand même que IWACU choisit bien les commentaires qu’il publie, nous sommes nombreux à avoir mis nos commentaires qui ne sont pas sortis, dont le mien, je continue à croire que tu ne peux pas traiter quelqu’un de mauvais tout en faisant la même chose que lui. D’accord le pouvoir Nkurunziza fait du mal et c’est bon de le dire , mais ce n’est pas une raison d’insulter un citoyen et de le donner en pâture aux extrémistes, il peut se faire tuer pour ça…none mwoba muruta gute nkurunziza en devenant des commanditaires de meurtres indirectement. Rwana ingwano dans le respect, gutukana, kwambikana ibara…ça ne mène nulle part sauf faire tuer et diviser les fils et filles du Burundi. ….

    • avatar Stan Siyomana

      @Ntahitangiye
      Avec un peu d’objectivite, vous pourriez peut-etre vous rendre compte que les lecteurs d’Iwacu-burundi qui ne vous connaissent meme pas ne vont pas quand meme rejeter toute idee que vous avancez, MEME SI CETTE IDEE A UNE CERTAINE VALEUR.
      Et je dois etre parmi ceux qui, non seulement ont souvent choisi « Je n’approuve pas » au bas de tes commentaires, et parfois j’ai ecrit pour expliquer pourquoi je n’etais pas d’accord avec vous.
      Vous n’allez quand meme pas appeler ca « DENIGRENT LEUR PAYS » quand le citoyen burundais lambda/MUNYAGIHUGU NYARUCARI critique la Regideso pour ne produire qu’une cinquantaine de megawatts (MW) d’electricite pour tout le pays, la critique pour utiliser des installations d’avant 1960 quand la ville de Bujumbura etait plusieurs fois plus petite qu’elle ne l’est aujourd’hui, et la critique pour ne pas etre capable de fournir de l’eau en quantite suffisante, ALORS QUE LA VILLE DE BUJUMBURA EST AU BORD DU LAC TANGANYIKA, L’UNE DES PLUS GRANDE SOURCES DU MONDE D’EAU FRAICHE.
      Et si le Gouvernement burundais est convaincu que « Quelqu’un peut vous utiliser pour detruire votre pays », il a quand meme tous les pouvoirs pour traduire en justice (nationale ou internationale) quiconque agirait contre les interest superieurs du BEAU PAYS DE MWEZI GISABO. Donc tout ce que vous dites n’est que pour intimider les gens.

  29. avatar Patience

    Cher Gateretse;
    Birababaje ko abantu bakoresha imvugo zo kutukana kuri benewabo kuko no mi migenzo y’ikirundi baratwigishije gusonera abandi
    baba abaturuta cane nabatoyi bacu. Hanyuma unkundire kandi ndakwibutse ko utoraba gusa ibitutsi berekeje kuri wewe urabe n’ibihe uburundi burimwo kuva igihe umukuru w’igihugu pardon uwahoze atwara uburundi yarenga amategeko hamwe n’amasezerano ya Arusha akigumiza kubutegetsi. Inkurikizi urazibona canke urazumva,hatogwa ibiziga buri munsi mumabarabara ya Bujumbura ibindi munzuzi,abandi barahohotegwa bakononerwa ubuzima. Wewe baragutuka ariko twebwe batora abana bacu,barumuna bacu,ababanyi bacu mumazu bugaca bagatorwa ibiziga . Kandi ntitutaronka naho turirira. Ico bazira ngo bagize manifestation yo kwiyamiriza ikiringo ca gatatu ca nkurunziza,ivyo mwebwe mwita « insurrection ». Ivyo uvuga navyo ngo 1r vice president azokora ivyashoboye vyose kugirango habe ibiganiro urazi neza ko atavyo ashoboye kanatsinda sico bamushiriyeho. Nayo mwebwe mwese muri ubwo buzi mwahawe mwabaye imperekeza mutazi niyo muriko muraja kuko kanatsinda ntanuburenganzira mufise bwo kubaza iyo muja. Abatoye guca kubiri namategeko bagata igihugu mungorane babakoresha nkabacangero(mbabarire ndabivuze uko ndvyumva). Mukomere mwiyambarire amakaravati mutonde kukazi,kazoza kazotubwira umwe wese ico yamaze mugutenza imbere demokarasi hamwe nagateka kazina muntu mu Burundi. Abarundi ntaho bafise bakivugira ama radios iyo ntwaro muriko murakorera yarayaturiye, kandi umengo Gaston yari yemeye gufasha ngo bayugurure none bigeze he nyene? ho arabishoboye? inyinshu wewe nyene urayizi. Ni mwihangane muzokumva mvyinshi narindi abarundi baguma bicwa batazi ico bazira niyo ntwaro mukorera kandi bitwa ngo bari muri demokarasi. Inyumve neza sinshigikiye kutukana ariko mumenye ko mwafashe inzira itariyo mukwigira ba somambike naba ryogora duhure.
    Ugire amahoro

    • avatar Burundais

      Tres bien dit Patience.

    • avatar Inanzoza

      Well said Patience…

  30. avatar John

    Va regarder dans les rues, les gens meurent chaque jour, alors que toi tu te plains d’insultes sur le net…Votre myopie politique fait que les valeurs élémentaires sont en train d’être bafoués, réveillez-vous et revenez à la raison, c-à-d PAS DE 3è MANDAT, le peuple est fâché et ne vous laissera pas gouverner, nous nous battrons avec les moyens que nous disposons. Tes états d’âme ne nous intéressent pas, c’est la conjugaison du verbe SOUFFRIR maintenant, c’est ton tour.

  31. uru mugabo wabagabo iyaba twari dufise abagabo benshi bameze nkawe,igihugu nticogiye mukaga.vraiment uri vrai patriote.

    • avatar Stan Siyomana

      @Gaheto
      Ce monsieur utilise effectivement le language du VRAI PATRIOTE: « Le defi pour notre pays est finalement de construire des institutions fortes, inclusives et responsables, capables de fournir des services de base a notre peuple. J’essaie de contribuer de mon mieux a mon humble niveau… »
      Ce beau discours ne va pas du tout ameliorer les conditions de vie des habitants de Rugombo ou Buganda ou « Un manqué criant d’eau et d’electricite s’observe ces derniers jours », ou des habitants de la Mairie de Bujumbura ou « Certains quartiers peuvent passer deux semaines sans recevoir une goutte… »

    • avatar Kabaza

      @Gaheto tu es serieux ou tu te moques de lui et des Barundis? Mbe urazi imivyimba itorwa uko bukeye hama uwu mugabo akorana na systeme en place ntihagire icavuga akaza kutubwira ko bamuvuze kuri whatsapp ? Akabi gatwengwa nkakeza …

  32. avatar Congera Athanase

    Conseiller politique et diplomatique à la 1ère Vice-Présidence de la République du Burundi, je viens de vivre (encore une fois) une expérience similaire. Il y a trois jours circulait principalement sur WhatsApp, un message anonyme m’accusant de délation auprès des services de renseignements burundais. Il contenait également certaines attaques personnelles particulièrement vicieuses.

    Pardon Mr Gateretse, tu es pour le moment en fonction au Burundi ou bien je rêve. Quand le ventre nous tiens! Quel 1er V-P tu conseilles? Gaston Sindimwo ou qui? Tu as bien fait de nous informer ce que tu fais et avec qui….

    • avatar George Ndahendekire

      Justement il parle des gens comme vous. Itera bwoba gusa sur les claviers

  33. avatar George Ndehendekire

    Les réseaux sociaux sont un vrai problème dans la crise actuel. J’aime l’outil , mais au Burundi What’s Up est un vrai probleme. Meme les domestiques ont What’s Up ce qui n’est pas mauvais en soi mais ils ne travaillent plus. Iraza ikagukuramwo umutima! Alerte Alerte uyo ubisomye umutima urasimba. Ici je ne parle pas des messages vicieux anonyme. Il y a des menages qui se détruisent a Bujumbura. Sinon pour Monsieur Gateretse, les attaques c’est normal parce que les Burundais sont des jaloux de nature. Wavyifashemwo neza

    • avatar Nana Kofi Akoto Ghartey

      Si tes domestiques ont whatsapp et que ca les empeche de travailler, tu n’as qu’a prendre des mesures pour les pousser a moins regarder whatsapp et a mieux travailler.

  34. avatar Jambo

    « Après tout, c’est le prix à payer pour ceux qui sont dans l’arène politique ». Il faut avoir les nerfs solides pour faire de la politique,un univers impitoyable.Sur les réseaux sociaux,il est vrai qu’il est difficile de discerner le vrai du faux.Et tous les membres des réseaux sociaux le savent. Aies la conscience tranquille,autrement tu choisis une autre option sans devoir te justifier.
    Si la parole est d’argent,le silence est d’or.

  35. avatar MNF

    Usa neza sha: kandi ivyo wanditse bimeze neza!
    Komera ku muheto!

    MNF

    • avatar Bakari

      @MNF
      « Usa neza sha: kandi ivyo wanditse bimeze neza! »
      Murinda kuba musa! Kandi ibisa birasabiranira!

  36. avatar duciryaninukuri

    Chapeaux pour cette force qui manifeste votre gestion responsable et même humaine de ces dérapages injurieux.
    Merci pour ce client d’œil aux usagers des réseaux sociaux et à tout le monde, va de l’avant et sois courageux le pays a besoin d’hommes comme vous et non ces lâches qui profitent de tout pour détruire et salir croyant devenir pour autant meilleurs ce qui n’est pas évident du tout vu la maturité des burundais à gérer les humiliations et crises les plus horribles.

    • Clin d’oeil, pardon!

      • avatar duciryaninukuri

        Merci selon mon téléphone ou mon ordi je me trompe souvent d’orthographe. Quand on a peu de temps rien d’étonnant d’ailleurs…il paraît que même les français se trompent

    • avatar Keza Flora

      Au lieu de lutter contre ces assassinats ignobles qui endeuillent le Burundi et qui sont commandités par le pouvoir que tu sers, tu oses dire, toute honte bue, que tu es déterminé à lutter contre la diffamation! Oui tu l’as si bien dit, aucun burundais n’est plus important que les autres, y compris toi et tous ceux comme toi qui ne pensent qu’à leurs intérêts sectaires. tu sais ce qui m’est venu en tête quand je te lisais? J’ai pensé au poème de Ketty qui disait que les petits hommes aux petites idées, aux petites ambitions se sont hissés au pouvoir…, si vraiment ton ambition comme 1er consiller à la vice-présidence est de lutter contre la diffamation sur les réseaux sociaux et le dialogue avec une partie de la population, qui, du reste, n’est que l’evho du pouvoir, mets-toi à l’évidence, tu as raté le rendez-vous des grands hommes et l’hostoire te jugera et ce ne sera pas la diffamation.

Publicité