http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Sécurité

L’insécurité généralisée, le lot quotidien des citadins

17-08-2015

Depuis un mois, la ville de Bujumbura vit au rythme des crépitements d’armes la nuit et fouille perquisition le jour. Le porte-parole de la police estime que l’insécurité est circonscrite. Pendant ce temps, les congés sont suspendus pour tous les membres des corps de défense et de sécurité jusqu’à nouvel ordre.

Egide et son épouse tués dans la nuit du 12 août à Kamenge

Egide et son épouse tués dans la nuit du 12 août à Kamenge

Le dernier cas en date est survenu ce mercredi 12 août 2015 à 20 h sur la RN1 près du bar appelé communément le « Manguier ». Egide Nduwayezu qui fut chargé de la logistique à la Regideso et Yvette Irakoze, sa femmes, ont été criblés de balles, dans leur véhicule, par un homme non encore identifié alors qu’ils s’apprêtaient à regagner leur domicile. « Ils sont arrivés vers 19 heures accompagnés. Ils ont commandé à boire. La victime et son épouse buvaient des limonades car ils étaient de la religion protestante », confie une source présente au moment des faits.

Peu avant ce forfait, un homme se serait présenté à côté d’Egide et a commencé à l’agresser verbalement : « Je n’ai pas bien compris la teneur de la conversation mais juste après Egide s’est levé et a pris congé de ses amis. » La victime  est montée avec sa femme et sa sœur dans sa voiture de marque Toyota, modèle TI de couleur bleue.

Au moment où Egide manœuvrait pour partir car il habitait à une centaine de mètres du bar le manguier dans la localité communément appelé Kuwintereka, un homme armé a surgi et a tiré à bout portant sur le jeune couple : « Des tirs à l’automatique. Egide Nduwayezu a été touché à la tête, sa femme au niveau du ventre et l’enfant d’un ami du couple légèrement à l’épaule. » Le véhicule a continué à rouler dans un zigzag et a été stoppé dans un tas de sable près d’un chantier situé non loin du bar. Juste après, indique notre source, l’assaillant est remonté dans une voiture blanche qui a roulé si vite que personne n’a eu le temps de l’identifier. Egide Nduwayezu et sa femme sont morts sur le champ et sa sœur grièvement blessée, a été transportée à l’hôpital.

Ces propos sont corroborés par D.T, un serveur du bar le Manguier qui indique avoir entendu plusieurs coups de fusils à l’automatique alors qu’il servait des bières pour les clients : « Les boissons que je portais sur un plateau se sont fracassées par terre au moment des tirs et j’ai couru vers l’intérieur de la parcelle. » Les clients, se rappelle le jeune homme, l’ont suivi et certains se sont blessés en tombant par terre : « Nous sommes sortis de notre cachette et nous avons trouvé Egide Nduwayezu et sa femme morts dans leur voiture. »

Un homme est mort après une explosion de son véhicule

Un mort et un blessé dans un « accident » de voiture près de l’Ecole internationale de Bujumbura

Un mort et un blessé dans un « accident » de voiture près de l’Ecole internationale de Bujumbura

Peu avant cet assassinat, un accident étrange s’est produit suivi d’une explosion d’une voiture devant l’hôtel Remhotel, près de l’Ecole Internationale de Bujumbura sur la route Rumonge. « Vers 19h, nous avons entendu une explosion comme celle d’une bombe. »

Tout de suite, un véhicule tombé dans un caniveau a pris feu. Deux personnes dont un homme du nom de Selemani Wilondjo, un ancien agent du PNUD et une femme se trouvant à l’intérieur ont été grièvement blessés. Selemani Wilonjo est mort par la suite. Certains disent que l’origine de cette incendie serait une attaque à la grenade, d’autres doutent encore.

Qui était Egide

Egide Twagirayezu, 35 ans, est né dans  la commune Mbuye province de Muramvya, deuxième d’une fratrie de 8 enfants. Licencié en Droit (université Lumière), il était marié à Yvette Irakoze depuis 2010. Le couple avait une fille de 3 ans et un garçon d’un an. Depuis 2015, Egide était conseiller juridique à la direction commerciale de la Regideso. Avant, il était chargé de la logistique à cette même entreprise. Le couple était «born again» (abakizwa) de l’église Pentecôte. D’après ses proches, Egide était quelqu’un de calme, qui était toujours présent pour sa famille.

Membre du parti présidentiel, il était parmi les premiers Bagumyabanga signataires de la lettre qui demandaient au président de ne pas briguer un troisième mandat. Toutefois, dans une lettre, il s’était rétracté mais cela n’avait pas empêché qu’il soit dégradé. De chargé de logistique il était devenu simple conseiller juridique.

  2   Vos commentaires
  1. Rugwe

    Turahojeje umuryango wa Pentecote ! Mwiyumanganye, musenge cane Uwo mwicanyi bamufate. Nayo Egide na Yvette ubu barikumwe n’Uwuhoraho, mu bwiza ntangere.

  2. Djuma

    Rip

Publicité