Droits Humains

Le procureur général de la République rejette le rapport de la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi

09-09-2017

La commission d’enquête des Nations unies affirme, dans son rapport sorti ce 4 septembre, que le Burundi n’a ni la volonté ni la capacité de mener des enquêtes et poursuites sur les crimes graves commis depuis avril 2015. Elle appelle ainsi la Cour pénale internationale(CPI) à ouvrir, dans les plus brefs délais, les enquêtes.

Pour le procureur général de la République, le dernier rapport de la commission d’enquête des Nations unies n’a aucune crédibilité.

« Ce rapport n’a aucune crédibilité », affirme Sylvestre Nyandwi, procureur général de la République, dans un point de presse animé ce samedi 9 septembre. Il indique également que le fait d’appeler la CPI à ouvrir les enquêtes sur le Burundi n’a pas de « fondement légal ».

D’après le procureur général, la CPI n’a pas le droit d’ouvrir des enquêtes sur le Burundi au risque de violer le principe de complémentarité, la base du statut de Rome de la CPI. Un principe selon lequel la CPI ne se saisit d’une affaire que si l’Etat concerné n’a ni la volonté ni la capacité de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves.

Selon le procureur, le Burundi a la volonté et est capable d’enquêter sur tous les crimes.

A titre illustratif, il indique que le procureur Fatou Bensouda a demandé au gouvernement burundais des informations dans le cadre de l’examen préliminaire ouverte par la CPI. Le gouvernement burundais lui a transmis, le 1er juin 2017, toutes les informations demandées. « Il est donc surprenant de voir la commission affirmer que le Burundi n’a pas la volonté d’enquêter sur ces crimes ! »

  31   Vos commentaires
  1. Nahayo

    Tiens, mm la victime la plus récente de cette violation des des droits de l’homme défend ce régime. Ce Nzeyimana Frédéric est celui-là mm qui a été séquestré cette année dans les sinistres locaux du snr et il affirme que la situation des droits de l’homme est bonne. iyo bakugira uko bagira abandi.

  2. Collectif International des Survivants et Victimes du Génocide Hutu de 1972 au Burundi (avant et après)

    PLAIDOYER DES ORPHÉLINS, SURVIVANTS ET VICTIMES DU GÉNOCIDE CONTRE LES HUTU EN 1972 (AVANT & APRES) POUR ÉXIGER L’ARRÊT DES SANCTIONS INJUSTES ET DISCRIMINATOIRES CONTRE LE GOUVERNEMENT DU BURUNDI DE S.E PIERRE NKURUNZIZA
    (Ottawa/CANADA, 11 septembre 2017)

    Suite à la publication du rapport des enquêteurs de l’ONU présidés par Fatsah Ouguergouz qui exhorte la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter de toute urgence sur des crimes contre l’humanité et autres atrocités commis par les autorités au Burundi seulement depuis 2015 nous , membres du Collectif International des orphelins, survivants et victimes du génocide contre les Hutu de 1972, et autres atrocités commises au Burundi avant et après 1972, voudrions communiquer à l’ONU, l’Union Européenne et la Communauté Internationale en général ce qui suit :

    1. Le rapport de l’ONU porte des accusations injustes et discriminatoires à l’ endroit du Gouvernement du Burundi composé particulièrement d’orphelins du génocide commis contre les Hutu en 1972 et dont fait partie le Président de la République, le Président du Parlement, le Président du Sénat et plusieurs autres hauts responsables du Gouvernement de S.E. Pierre Nkurunziza ciblé par le rapport.

    2. Le rapport de l’ONU, de toute évidence, prend parti pour les acteurs principaux responsables de la crise de 2015 que sont les jeunes générations (Pacifique Nininahazwe, Alexis Sinduhije, Vital Nshimirimana, Bob Rugurika etc.) du groupe mafieux de Tutsi-Hima, qui a monopolisé le pouvoir pendant 40 ans (dont Pierre Buyoya, Jean Baptiste Bagaza, Bernard Busokoza, Cyrile Ndayirukiye…) sur fond de violation de droits humains et crimes de génocide contre la majorité Hutu.

    3. Le rapport est inéquitable surtout à l’endroit des orphelins du génocide Hutu de 1972 et autres atrocités commises au Burundi avant et après 1972, car il évite sciemment d’enquêter sur les violations de droits humains et crimes de génocide commis avant 2015.

    RECOMMENDATIONS DU COLLECTIF INTERNATIONAL À l’ONU
    En conséquence, nous , membres du Collectif International des orphelins, survivants et victimes du génocide contre les Hutu de 1972, et autres atrocités commises au Burundi avant et après 1972,

    1) Nous dénonçons les conclusions mensongères et discriminatoires de ce rapport,
    2) Nous lançons ce plaidoyer urgent et angoissé à l’ONU, l’Union Européenne et la Communauté internationale en pour réclamer un arrêt immédiat de sanctions injustes et discriminatoires contre le Gouvernement du Burundi de S.E. Pierre Nkurunziza.
    3) Nous demandons plutôt a l’ONU et la Communauté Internationale de soutenir le Gouvernement actuel du Burundi pour l’aider à mettre fin à l’impunité en dirigeant leur enquête sur les violations de droits humains et crimes de génocides commis avant 2015 par le groupe mafieux de Tutsi-Hima réunis autour de l’ancien président Pierre Buyoya et les leaders sa jeune génération imputable des actions criminelles et terroristes vécues en 2015.

    Pour la coordination internationale du Collectif des survivants et victimes du génocide contre les Hutu de 1972, et autres atrocités commises au Burundi avant et après 1972

    Ottawa, le 11 septembre 2017

    Fréderic Nzeyimana Nicolas Niragira
    C.I&Représentant Légal CR Collectif France
    CANADA France/EUROPE

    • Karabona

      La CPI ne peut se dire compétente pour les crimes commis en 1972, elle ne peut être compétente pour des crimes commis à une époque où elle n’existait pas – ces massacres ont été dénoncés en leur temps leurs auteurs auraient du rencontrer la justice si les Accords d’Arusha avaient été respectés et si le parti au pouvoir depuis…2005 avait institué le tribunal spécial prévu par lesdits accords que je cite « 9. La promulgation d’une législation contre le génocide, les crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité et toute violation des droits de l’homme.10. La demande, par le Gouvernement de transition, de la mise en place par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies, d’une Commission d’enquête judiciaire internationale sur le génocide, les crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité qui aura pour mission : a) D’enquêter et d’établir les faits couvrant la période allant de l’indépendance à la date de signature de l’Accord;b) De les qualifier;c) D’établir les responsabilités;d) De soumettre son rapport au Conseil de sécurité de l’ONU;e) La Commission se servira de tous les rapports existant déjà à ce sujet, notamment le rapport Whitaker de 1985, le rapport des ONG de 1994, le rapport de 1994-95 des Ambassadeurs Siméon Aké et Martin Houslid, ainsi que le rapport de la Commission internationale d‘enquête des Nations Unies de 1996.11. La demande, par le Gouvernement du Burundi, de l’établissement, par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies, d’un Tribunal pénal international chargé de juger et punir les coupables, au cas où le rapport établirait l’existence d’actes de génocide, de crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité ». Je comprends donc votre soif légitimé de justice, vous n’avez que trop attendu, mais c’est vers le gouvernement actuel, qui traîne les pieds depuis 2005, que vous devez vous tournez et non fustiger l’UE, les Nations Unies ou autre entité internationale.

    • Meurlsaut

      @Nzeyimana Nicolas
      Faire étalage de son adresse(qui est du reste une non-exigence et une nécessité à IWACU) n’est pas ce qui va faire de votre discours et propositions une vérité de foi.
      A vous lire on a l’impression que le mal burundais ne vient que d’un côté! Il est vrai qu’il y a eu beaucoup de hutus tués en 1972 mais on ne peut nier qu’il ya eu également des tutsi massacrés même si leur nombre n’égale pas celui des hutus. Pourquoi eux devaient-ils mourir et pourquoi eux ne mériteraient-ils pas la justice? Vous ne voyez que les crimes de tutsis-hima mais en 1993 pour ne citer que ce cas(lors de la mort du président Ndadaye) je me trouvais au Burundi et j’ai vu de mes propres yeux d’étranger des enfants de moins de trois ans se faire tuer avec leurs parents uniquement parce qu’ils étaient tutsi alors qu’ils ne connaissaient pas Ndadaye.Pourquoi leurs bourreaux hutus ne seraient-ils pas jugés? Et les crimes du régime actuel ne sont pas des crimes parce qu’ils sont été commis par les orphelins hutus de 1972? Avec vos vues ethniques le Burundi est loin de sortir de l’ornière!

  3. Albert

    Le procureur , les burundais et l’UA ont rejeté le rapport de l’ONU😂😂😂😂

    • Karabona

      Le procureur, ça ne pèsera pas vraiment lourd, soyons sérieux – quant à l’UA, elle n’a aucunement rejetté le rapport, simplement Smail Chergui s’oppose à l’idée que les crimes dont il question soient jugés par la CPI, arguant que l’UA dispose des intruments judiciaires ad hoc – quant au « Burundais », je serais étonné que tout un peuple vous ait donné mandat pour parler en son nom, un peu d’humilité cher Albert.

      • Fofo

        @Karabona,
        je serais étonné que tout un peuple vous ait donné mandat pour parler en son nom, un peu d’humilité cher Albert], mais quand quelques individus se disaient contre le fameux 3ème mandat, vous disiez que toute la population était contre ce mandat. Plus tard, tout le monde a compris que la population était justement les quelques personnes qui voulaient manipuler l’opinion sous l’assistance de certains médias! Peut être ce cela qui vous inspire!

        • Karabona

          Fofo, « tout le monde a compris que la population était justement les quelques personnes qui voulaient manipuler l’opinion sous l’assistance de certains médias » – cela n’engage que vous, ma lecture est différente, on a vu des milliers de personnes manifester et pas seulement à Bujumbura, à ceux-là, il faur objectivement ajouter les 400.000 personnes qui ont fuit le territoire, les frondeurs du parti, les disparus et assassinés, les déserteurs de l’armée et enfin tous ceux qui ne diront rien parce qu’ils savent que la parole ne peut pas grand chose face à la violence extrême.

          • Fofo

            @Karabona
            Les 400.000 qui ont fui étaient des contestataires ? Y compris les enfants et vieillards? Y compris ceux-là qui avaient commencé à fuir avant même l’annonce de candidature de Nkurunziza ? Y compris les membres de ma famille qui ne s’intéressent jamais à la politique ? Vous oubliez que parmi les réfugiés, il y a des membres du parti au pouvoir qui ont fui les contestataires qui avaient commencé à les brûler vif, d’autres tués ici et là.
            La politique de manipulation n’arrange personne. La seule solution c’est la réconciliation nationale. Sinon, chacun cherchera tjrs à se donner raison oubliant que Bujumbura n’est pas une grande ville on l’on peut faire quelque chose inaperçue.

  4. roger crettol

    Mauvais élèves.

    A force d’entendre le Bujumbura officiel, et ceux que son discours hypnotise, utiliser jusqu’à la nausée les fables d’un Occident mal-intentionné qui ne songe qu’à nuire à l’irréprochable et souverain Burundi en répandant rumeurs et mensonges ou calomnies …
    … on se dit que ce Burundi-là, qui a quand-même réussi à convaincre 400’000 de ses ressortissants d’aller s’abriter ailleurs …
    … ce Burundi, donc, affiche un comportement qui ne serait pas toléré de la part d’élèves à l’école primaire du Burundi « réel » – celui qui a remis à sa place les gribouilleurs de livres d’école.

    L’affaire des livres d’école – c’est le seul exemple de crise ayant connu une solution qui me vient momentanément à l’esprit, que JerryCan et moi-même avons d’ailleurs passablement mal tourné.

    Par ces temps de démocratie bancale et de droits humains pris à la légère, qui ne lèche pas la botte du Potentat s’expose à se faire écrabouiller. Les thuriféraires, comme on les comprend ! Mais leurs tentatives de nous convertir à leurs croyances n’ont pas de force, empêtrées qu’elles sont dans une fierté nationale maladive et aveugle.

    On aimerait pouvoir mettre la recherche des faits et de la vérité au-dessus de l’attachement indéfectible à un parti ou à un régime. C’est ce que nous essayons de faire chez nous, au-delà de votre frontière.

    C’est ce que vous tentez de faire en ce moment, en recensant les fosses communes qui empoisonnent votre sol et vos âmes. Vous ne manquez pas de courage, alors pourquoi (vous) mentir encore ?

    • Umurundi

      @roger crettol,

      « C’est ce que vous tentez de faire en ce moment, en recensant les fosses communes qui empoisonnent votre sol et vos âmes. Vous ne manquez pas de courage, alors pourquoi (vous) mentir encore? »
      C’est quand même bizarre que les fameuses satellites de la fameuse communauté international ne les avaient pas découvertes.

      • roger crettol

        Les fosses communes dont je parle ont été reconnues et recensées très récemment par la Commission de Vérité et Réconciliation.

        Leur découverte témoigne de la volonté du Burundi de se confronter à son passé violent, ce qui certainement demande du courage.

        • Umurundi

          Et contre vent et marée, la vérité sortira; c’est ce que je souhaite pour la génération future, en sachant qu’un peuple sans histoire, c’est un peuple voué à disparaître.

  5. NDAVUGA

    Chaque régime se défend ! Si le procureur ne l’avait pas fait, il aurait été classé parmi les dissidents. Ne soyons pas naïf.

    • KAKUNZE Boas

      Justement pour nous amener à croire ce qu’il avance comme procureur général qu’il nous démontre son indépendance vis à vis de NKURUNZIZA et de sa Clique.

    • Congo

      @ Ndavuga, le manque de courage pour dire la vérité , la peur pour les conséquences, ceci est tjrs le prétexte pour certains de noos dirigeants. Mais si le procureur Nduwayo n’ avait pas dit non à Micombero les banyamuramvya auraient été pendu par dizaines. Nous devons savoir aller vers les nôtres et oser aller contre eux quand la vérité l exige. Le mensonge reste la première maladie de la société burundaise.

  6. nahayo

    Le ridicule risque de tuer pour une fois.Si la CPI ouvre un dossier sur le Burundi,elle court le risque de « viole je ne sais quoi » quoi encore? etc.Cause toujours! Combien de lois appliquez-vous? Le non respect des principes et lois et de la parole donnée en général est le sport favori de votre parti ‘apolitique’ qu’est la magistrature dans un pays que toi et moi nous connaissons. Une magistrature ou dans les tribunaux siègent confortablement des Gouverneurs de province qu,i des fois font leur numéro de James Bond d’OPJ en arrêtant des médecins dans des hôpitaux sous le regard médusé des patients? Suivez mon regard au sud du pays a Makamba et on va discuter après. Bon bref!

  7. Source du Nil

    Le chien aboie,la caravane passe .Quoi que vous fassiez,les génénaux DD n’echapperont pas aux poursuites judiciaires de la CPI.

    • Peter James

      Bakubesha source du Nil ,bazotangurira just ba generaux ba Buyoya (Ntega Marangara + Ndadaye)

      • Nahayo

        None ko umengo abo kwa Buyoya ntibabitinya ari mwebwe biteye ubwoba?

        • C'est la jungle

          @Nahayo
          « None ko umengo abo kwa Buyoya ntibabitinya ari mwebwe biteye ubwoba? »

          None ntuba wumva: umwana n’ikinono.
          Bobo bafise ububasha bw’ukunigagura abagowe hanyuma CPI ikirabira hirya. Erega no mu Rwanda niko vyagenze. Hari abatemye baratongora mugabo ayo ma tribunaux yipfutse mu maso.

  8. Fofo

    [Ndlr: Elle appelle ainsi la Cour pénale internationale(CPI) à ouvrir, dans les plus brefs délais, les enquêtes]. Si la CPI cède à la pression de ces « Experts » tout le monde conclura finalement que cette Cour n’est pas du tout indépendante. Une institution crédible et indépendante ne travaille sous pressions.

  9. Jean Luc mugirabantu

    Et alors qu’est le Burundi attend pour entamer des enquêtes sur les nombreux assassinats des défenseurs des droits de l’homme, des militants du FNL de Rwasa agathon , des Tutsi , des militaires ex-fab! Quoi . Evidemment le procureur burundais est « à table » , et dans les coutumes burundaises On ne parle pas la bouche pleine, ou plutot le ventre . La declaration du procureur est un non evenement.

    • Meurlsaut

      Nos dd sont aux abois depuis la sortie du rapport de la commission du droit de l’homme de l’ONU.Ils crient tous aux mensonges,aux manipulations de ces agents de l’ONU et ne veulent rien entendre de l’ouverture d’enquête de la CPI.S’ils se disent innocents et accusés faussement pourquoi craignent-ils d’affronter la justice qui leur permettraient de confondre les agents de l’ONU qui propagent ces faux rapports à propos du Burundi et leur administration? Les discours idéologiques pour masquer la barbarie du régime et les manifestations des femmes désoeuvrées dans les rues de Bujumbura ne changeront rien à la réalité.Tout est désormais connu! Désolé!!

      • Umurundi

        @Meurlsaut,
        Quand il s’agit d’aller s’approprier les richesses du monde gratuitement, ils lancent toujours des faux rapports. Ce ne sont pas Saddam Hussein, Kadafi et Al saad qui diront le contraire.

        • Meurlsaut

          @Umurundi
          Avec ce genre d’arguments si farfelus,je pense qu’on peut même faire rire un chat! La commission parle des crimes qui se commettent au Burundi et non de sa conquête! Veux-tu me dire ces richesses dont regorge le Burundi qui excite et suscite autant d’envie et de jalousie de la part du monde? Et si le Burundi est si riche pourquoi ton administration Cherie n’en profite pas pour améliorer le sort du pays qui est actuellement classé dernier sur l’échelle mondiale!?
          Les assassinats et crimes sont légion aujourd’hui au Burundi et on peut donner même les noms de victimes: Ntasano,Le journaliste Nkezabahizi et sa famille,Marie-claudette Kwizera,Bigirimana…Où sont-ils tous ces gens? Pourquoi leurs bourreaux n’ont-ils pas été arrêtés ni inquiétés?? Tout simplement parce qu’ils appartiennent à la bande ou gang au pouvoir.
          Tu te trompes cher Umurundi si tu penses que c’est en cherchant des échappatoires qui ne collent pas que tu parviendras à sauver l’image et changer la triste réalité de la brutalité de ton régime.Vos dérobades(chez les dd) dans les arguments sont le signe de panique. Vous ne savez plus à quel saint vous vouer! La vérité est désormais connue.

          • Umurundi

            @Meurlsaut,

            D’après toi « Les assassinats et crimes sont légion aujourd’hui au Burundi ». les assassinats et les crimes datent depuis l’indépendance à moins que tu ne sois pas Burundais pour savoir notre histoire. Quand aux richesses qui regorge le Burundi tu n’as qu’à faire de recherche et tu trouveras. Ce que je sais et tu ne pourras jamais me dire le contraire c’est que partout où regorge les richesses, il y a le chaos aujourd’hui semé par les occidentaux.

            • Meurlsaut

              @Umurundi
              Pourquoi faire de recherche? Je pensais plutôt que tu allais m’étaler ces énormes richesses burundaises dont tu vantes et qui vont permettre ton cher Burundi de bientôt décoller quand les occidentaux auront compris qu’on ne touche pas à la souveraineté burundaise et au pouvoir divin impunément!
              Quant aux crimes commis dans le passé, c’est devenu une chanson chez les dd(quand ils sont acculés et dos au mur) comme si le fait d’avoir connu les crimes dans le passé justifier et autoriser d’en commettre d’autres aujourd’hui.Toi ainsi que tous les acolytes du pouvoir celeste à Bujumbura vous devriez avoir honte qu’un mouvement qui a pris les armes soi-disant pour mettre fin à une dictature violente,à l’injustice(et en sacrifiant des milliers de personnes)installe aujourd’hui…. (censuré) et une corruption parmi les plus honteuses qui soient dans le monde!! Sans jouer au prophète de malheur,je crains que l’histoire demain vous efface.Wait and see!

    • Mutama

      le pauvre procureur

    • nahayo

      Est a table? Facile a dire en réalité il est sous la table a ramasser quelques miettes des généraux.

  10. Rurihose

    Laissez moi rire, tout Procureur de la République que vous êtes, il y a des gens que vous ne pouvez même pas regarder dans les yeux😏😏😏Dites moi, Òù sont les dossers Bigirimana,Ntasano,Hafsa Mossi, les 3 soeurs religieuses italiennes,etc…
    Au fond des tiroirs, mon cher Watson😁😁

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité