Sécurité

Le climat sécuritaire menace les missions burundaises de maintien de la paix

Les instructeurs américains et français des militaires de l’AMISOM ne sont plus au Burundi. Pour des vacances selon l’armée, mais pour des raisons de sécurité d’après d’autres informations.

Cet instructeur forme les militaires burundais des contingents des missions de maintien de la paix ©Iwacu

Cet instructeur forme les militaires burundais des contingents des missions de maintien de la paix ©Iwacu

Depuis vendredi le 17 avril 2015, les instructeurs américains et français des contingents des missions de maintien de la paix auraient interrompu leur mission au Burundi. Une information confirmée par le colonel Gaspard Baratuza, porte-parole de l’armée. Selon lui, ces instructeurs sont partis en vacances et ne reviendront continuer leur mission qu’après les élections.

Pourtant, d’après la RPA, ces instructeurs sont partis à cause du climat politico-sécuritaire du Burundi qui se dégrade de plus en plus. D’abord la proximité de la forêt de la Rusizi avec le site de Mudubugu où opèrent ces instructeurs. Cette forêt abriterait des groupes armés qui sévissent dans les environs.

Ces militaires français et américains coopérants militaires craindraient également les manifestations contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza, et qui risquent de dégénérer. Sans oublier l’existence probable d’une milice composée d’Imbonerakure.

Enfin, la RPA mentionne l’opération d’identification des militaires qui doivent être enrôlés dans les missions de maintien de la paix, une opération exigée par les bailleurs. Ce qui a retardé la constitution du 3ème bataillon AMISOM.

Des missions de maintien de la paix qui dépendent de la sécurité au Burundi

Une opération soulignée par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, qui craint la réduction, voire le retrait du Burundi des missions de maintien de la paix si le pays plonge dans violence. « Mon bureau est de plus en plus sollicité pour mener des vérifications préalables afin de s’assurer qu’aucun officier suspecté de crimes internationaux graves ne soit autorisé à assurer le commandement dans de telles opérations. Je suis préoccupé par le fait que, si la violence éclate au Burundi, une des conséquences puisse être la réduction, voire l’annulation de sa contribution vitale au maintien de la paix dans d’autres pays », a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein lors de sa récente visite au Burundi. Il a reconnu que les Burundais apportaient un appui considérable dans ces opérations onusiennes.

Cette opération d’identification a été décidée après que des démobilisés et d’autres civils démilitarisés aient été tolérés pour faire partie des précédents bataillons du contingent burundais.

  13   Vos commentaires
  1. Hermes

    Abazungu n’abzungu:Abarundi n’abarundi.Nimureke kwitiranya Democratie na Cooperation Militaire.

  2. Ndayahundwa Jean Clovis

    Barayamaze: » Impembo y’umwana ikatwa amagodoka ». Vu la situation securitaire qui prévaut au Bdi, le Président de la République devrait ramener au pays tous les militaires burundais qui participent au maintien de la paix afin de ramener et maintenir la paix dans son propre pays. Faut-il éteindre la maison de ton voisin qui brûle pendant que la tienne est en flammes ? Les Burundais sont en train de fuir leur pays pendant que leur pays est en train de maintainir la paix ailleurs!!!. Que tous ceux qui soutiennent le 3è mandat de l’actuel Président de la République sachent que tôt ou tard ils devront répondre de leur résponsabilité à l’instar de Laurent Bagbo et ses proches. L’Accord d’Arusha a coûté très cher aux Burundais et aux amis du Burundi. Je ne pense pas que ces derniers laisseront impunis un petit groupe( moins de 5 personnes) qui veut replonger le pays. J’ai lu dans un journal que juste avant l’assassinat du Président Ndadaye un ex- Président auraient demandé à l’Armée de prendre ses résponsabilité. Et s’il revenait aux commandes, n’aurait-il pas raisons? Il a toutes les chances de réussir étant donné que l’Armée national est composée de plus de 50% de ses gens de toutes les éthnies confondues, plus certains frondeurs. Dans pays de droit l’Assemblée national et le Sénat peut mettre à génous un Président qui se fait  » NGANGARI », ou si c’est nécessaire le mettre hors d’etat de nuir.

  3. dciza

    bientot nous risquons de dire que le bazungu(en cooperants) dont vous parler ont forme nos oppresseurs alors que ca se passe sous nos yeux. Juvent Nduwimana nous revient de Somalie. #justsaying

  4. Carthage

    Les Burundais arrêtez de fatiguer les gens. Même dans les heures les plus sombre de notre pays les coopérations militaires ont continué.
    Les occidentaux ont pour habitude de travailler avec celui qui est opérationnel sur terrain. Ce qui veut dire que si l’armée burundaise peut toujours fournir des candidats à affronter al shabab, elle sera toujours soutenue. Ne pensez pas que les 800 dollars du mois que les soldats AMISOM gagnent sont comparables aux positions délicates qu’encourent les régimes occidentaux une fois leur citoyen kidnappés et trucidés par des terroristes sans scrupules. Et puis,les corps de défense burundais ont à perdre gros, et c’est pourquoi ils prennent une conforme à l’équilibre des forces. Ne pensez pas que Nkurunziza serait bete n’aurait pas mésurer tout le soutient qu’il a de ces corps avant de s’inviter dans le processus électoral pour un troisième tour de la piste. Les soldats burundais continueront à aller en mission de la paix à mon avis car ils le souhaitent et en sont capables, les autres paramètres c’est pure spéculation. Prenez l’exemple des soldats Ukrainiens qui sont pas milliers au Congo et en Afganistan alors que leur pays n’est pas du tout la plage du lac Tanganyika

  5. Mutama

    @Gondwana Lambda

    Iyo tumenya hakiri kare abazungu bakoranye na Birori na Ntidendereza, ataho batandukaniye n’uwo komiseri uriko urahaya, twari kubatesha kwica uncungu y’ukwikukira kwacu. Iyaba twari abantu bashize hamwe, twese twari kumwiyamiriza tutaravye impengamiro zacu za politike. Ibibazo biriho mu Burundi. N’ejo bizoba bihari. Mugabo ndanegura abo bose bibaza ko abazungu aribo bagiye gutorera umuti ibibazo vyacu. Twarabonye ingene batorera umuti ibibazo vya Iraq: Solutions bahaye abanyairaki ni anarchie et terrorism. Nico kimwe no muri Lybie n’ahandi. Aho hose bavuga ko bashize ku butegetsi abantu bazanye demokarasi, bahenzwe n’abavukagihugu bibera iwabo, kenshi biyita ko baharanira agateka ka zina muntu canke batavuga rumwe n’ubutegetsi. Abanyalibia bahawe ibigwanisho n’abazungu, ubu nibo bagize imirwi y’iterabwoba, yirirwa iraca imitwe abantu. Iyo ni demokarasi.
    N’ivyo bivugwa mu gisirikare, nta handi biva atari ku barundi bashaka kwitonesha ku bazungu. Nta giteye isoni nko kubona umurundi ariwe atangura kuja kwosha abafasha igisirikare ngo ni bareke gufasha.

    • KAISER

      @Lamuda
      Ndagushigikiye ijana kw’ijana. Abataraba hanze baracibaza ko abazungu ari « abavyeyi bacu », natwe turi abana. Ego nivyo uwubiyegereje apfa ari umwana, arigata utwo batereye hasi, ntiyigera akura; kandi abazungu ntibashaka ko dukura, kuko boca bata ubushobozi bwabo. Ni ukwikabura, tukabafata nk’uko ari abantu basanzwe, nta gufa baturusha. Nayo abo basoda batanguye guhunga ngo nuko umutekano ubaye muke, muca mubona ko ata butwari bafise, canke abari barabatumye bariko barategura kudukorera inkono ishushe, babigire ababo barayanyaze.

      • Jean-Pierre

        @Kaiser
        Ntabazungu badukorera inteba ishushe nitwebwe tuyibangira ingata. Intwaro aho guteza imbere igihugu nkaho hakurya ico bakora ari ugusahura nkuko umengo igihugu sirwabo, bakica nkuko umengo bari mumahanga kandi bica abo bavukana, abazungu ico bakora baboneraho kunyungu zabo. Mumirongo icenda na kabiri abahutu twigana kuri université bavuga ngo nibatsinda amatora uburundi buzoba paradizo ngo abazungu barabakunda. None ubu harageze ko mubiyamiriza. Nitutava hasi twese ngo tugwanye ibiturire n’akarenganyo kubucamanza bwibagiye ko ari ubutungane butunganiriza bose, uburundi buzofudika. Gutukana naho ngo ababa mubazungu barya utwo babatereye, ngira nturababamwo. Aha muri Canada abarundi birigwa baragura amazu arenza ibihumbi amajana atatu. Hari nuwaguze iyamajana atandatu. Kiretse uwugwaye, bakora ijoro n’umutaga. Sinzi rero ko arivyo wita kurya utwo batereye hasi. Mbe urazi amafaranga turungika mugihugu kumwaka? Ntava mutwo batereye hasi ava mucuya cacu.

        • KAISER

          @Jean Pierre
          Nibaza ko utategereye ico navuze. Ababa hanze nibo bategera ko abazungu atari abavyeyi bacu, kandi bataturusha igufa, kuko mugiye aho mutonda umurongo, i Bulaya n’iyo muri Canada, abazungu ntibaja imbere ngo abirabure baje inyuma. Ariko kuri Poste i Bujumbura, umuzungu aje bose baca bakinjura akaja imbere! Nashaka kuvuga ko abari i Burundi baguma basasirira ngo abazungu barabakunda, ngo « Communauté internationale » irababona…., kenshi ntibazi ko ari ugukwegera amakara mu gashambara. Ntibadukunda na gato. Raba Libia, Siriya, Misiri, Irak ayo babiburiye. Nayo abo bagura amazu, ahubwo nibabandanye. Nico cerekana ko Umurundi umurekeye amahoro agakora, umurundi iyo yihagarayeko, ntawumuca imbere. YES WE CAN. Mbe warasomye ibitabu abazungu batwanditseko muri 1905-1915? (Zuure, Hans Meyer). Baaradutinya. None ubu dusigaye turi ibikinisho vyabo.

    • KABADUGARITSE

      Mutama! Wavuga nuko utavura. Kandi ivyo abazungu baribizi bakabirengako bivugisha ayamuhe! Ngarutse kuri benewacu nabo, kuva na kera har’abamye bategereza gukamisha imivyimba. N’ubu bariho kandi imigambi yabo bayitegura twibaza ko bategura démocratie nyakuri!

  6. La réaction des burundais qui risquent d’être privés de cette salaire qui leur permettent de souffler un peu, et de s’auto développer tout en supportant difficilement les montants qui se font voler mensuellement sur leurs salaires par les fameux pilleurs du pays risque de ne pas être bonne et il sera difficile de leur faire avaler qu’ils doivent accepter ce sacrifice pour qu’une personne défie toute une nation en briguant ce mandat illégal.

    Soyons logique et posons-nous les vraies questions et anticipons les conséquences de chaque acte ou décision sans oublier que nous sommes très dépendant de l’étranger et que nos chers dirigeants actuels ont empiré cette dépendance :

    – Un mandat décrié et contesté par le monde entier signifie sans doute coupure des aides et dons pour les années à venir
    – L’armée et police ne pourront plus envoyer des militaires à l’étranger, donc un mécontentant à venir inévitablement
    – Des institutions faibles qui fonctionneront sans moyens
    – Qu’en adviendra t-il dans ce cas des pénuries du carburant, électricité qui deviennent déjà insupportable jusqu’ici ?
    – Chômage et pauvreté insupportables
    – Qui dit effondrement de l’économie dit de la monnaie, croissance du banditisme, crimes et autres troubles sociales.
    – Ce pays au bout de deux ans serait pratiquant ingouvernable

    Mérite – il autant de sacrifices de la part de toute une nation ??Loin de là et un autre candidat DD a d’ailleurs de grande chance de gagner puisque béni d’avance par Ndayicariye mais au moins ou aura respecté les lois fondamentales et l’on épargnera le pays de cette suicide socio-économique fatale

  7. NAMAMVUGA

    Ntabikinyegezwa bibaho ! Ngo………nyina mukuzimu yaramenyekanye ! Harakantu CVR niyatangura kuja ahabona !!!

  8. Chers frères et sœurs,

    C est ce qui arrive quand le pays est dirigé par les Nyamitwe, Nyabenda et Kaburungu.
    Les Bagabo/Bashingantahe comme Dr Rufyikiri, Pie Ntakohanyuma et autres n ont plus droit a la parole au royaume de l aigle.
    Quelle image voulez-vous donner au monde entier, lorsque vous laisser défiler les Imbonerakure tous les samedis pour la propagande du pasteur Nkuru, alors que les autres citoyens sont jetés en prison lorsqu ils exercent leur droit constitutionnel?

  9. Gondwanais Lamda

    Notre pays joue gros, comment pouvons nous nous payer le luxe d’insulter, un Haut Commissaire des Nations Unies et espérer bénéficier des retombées en terme de visibilité du pays et en terme financier via la mission de maintien de la paix??? Et tout cela parce qu’il y a une personne qui cherche à tout prix à briguer un mandat qui ne respecte ni la constitution, ni les accords d’Arusha??? Les neuf jour à venir sont déterminant pour l’avenir de la nation. Que Dieu nous protège

Publicité