http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2018/02/US-13FEV.pdf

Cibitoke, Buganda : attaque d’hommes armés en tenue militaire en provenance du Congo

05-05-2013

{{Deux personnes tuées, une autre blessée, une somme d’argent volée dans un bistrot et des biens pillés dans plusieurs ménages. C’est le bilan de cette attaque menée à la 3ème transversale de Gasenyi en commune Buganda ce dimanche 22 janvier vers 22 heures par un "groupe d’hommes armés et en tenue militaire en provenance de l’est de la République Démocratique du Congo (RDC)". }}

Des sources policières confirment que l’attaque était même connue d’avance. Pourtant, l’intervention de la police a été tardive. Mais des sources administratives indiquent plutôt qu’elle a permis de limiter les dégâts.

Des témoins affirment que ces « hommes ont traversé la Rusizi avant de mener leur attaque, en chantant. Après cette opération, ils ont emprunté le même chemin du retour en RDC : « Deux d’entre eux sont morts, tués par leurs camarades. Une erreur de tactique ou de communication », soulignent des sources contactées à Cibitoke.

Plusieurs ménages étaient visés mais un bistrot appartenant à un policier semblait les intéresser particulièrement. Il est à 200 m du bureau communal. Les deux hommes tués étaient d’ailleurs à cet endroit. Il y a eu incompréhension entre eux, fait savoir un habitant de la troisième transversale à Buganda.

Selon les témoignages d’une dame qui gérait le bistrot saccagé, l’attaque a commencé vers 21 heures quand cinq hommes armés ont fait irruption chez elle. Ils ont pris son téléphone mobile, de l’argent mais ils demandaient toujours plus d’argent pour ne pas la tuer.
Les 2 individus tués ont été enveloppés dans un rideau arraché à une fenêtre de la maison où habite cette dame. Les corps ont été par la suite emportés par ces hommes armés.

La fusillade a duré plus de 30 minutes. Ces hommes armés se sont repliés vers la RDC aux premiers tirs de la police mais ils ont eu le temps de saccager une maison ayant servi de permanence du CNDD-FDD. « C’est un message », affirment les habitants de la troisième transversale.

Publicité
error: Ce contenu est protégé par le droit d\'auteur