Vendredi 12 juillet 2024

Sécurité

Vol à Diamond Trust Bank : la police présente des suspects devant la presse

27/03/2023 3
Vol à Diamond Trust Bank : la police présente des suspects devant la presse
Les huit suspects présentés devant la presse

Quinze jours après le vol perpétré à Diamond Trust Bank (DTB), la police s’est exprimée ce dimanche 26 mars 2023. Elle parle de 8 suspects déjà appréhendés dont 4 employés de la banque et d’autres citoyens burundais et tanzaniens. Une partie du butin a été saisie sur eux selon la police. Toutefois, des zones d’ombres subsistent.

« Il est dit qu’il y a eu un vol de 999.252.500 BIF, 412.448 USD et 31.093.000 €. Après les enquêtes, 8 suspects ont été déjà capturés », a fait savoir Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique.

D’après lui, il s’agit du cerveau de ce vol et en même temps Chef d’agence de la DTB, Floris Uwayo. « Après la préparation du vol, il a recruté son frère Dieudonné Nkunzimana. Ce dernier a cherché des complices ».

Parmi ses complices, selon Pierre Nkurikiye, il y a un ancien policier Burundais, un ancien Capitaine de l’armée Burundaise (Anatole Bigirimana), deux Tanzaniens, un certain Dieudonné Karorero, alias Sogo.

« Ce dernier, nous vous l’avions déjà montré à plusieurs reprises. D’ailleurs, nous pensions qu’il était toujours à la prison de Mpimba. C’est un voleur invétéré. C’est lui qui a cherché deux étrangers et un autre Burundais. La police a appréhendé un certain Amédée Niyonkuru, frère d’un autre Burundais qui n’est pas encore appréhendé ».

M. Nkurikiye fait savoir que deux autres employées de DTB ont été arrêtées à savoir Micheline Nshimirimana et Gloriose Muhitira respectivement trésorière et caissière. « Ceux qui sont entrés dans la banque sont au nombre de 3. Ce sont deux Tanzaniens, ce sont ces gens qui se disent Massaï qui vendent des chaussures et autres articles, et un Burundais. Ces derniers courent toujours ».

Le déroulement du vol selon la police

D’après Pierre Nkurikiye, ils sont arrivés tout près de la banque aux environs de 15 heures. « Ils se sont positionnés à une station-service tout près de la banque. Ils épiaient le mouvement des employés de la banque et le positionnement des vigiles.
Aux environs de 21h30, avec la collaboration du vigile Donatien Nduwimana, ils sont entrés. A la banque, il y a 3 barrières. Ils ont attendu que les autres vigiles aillent se restaurer pour entrer à l’intérieur de la banque jusqu’au coffre-fort. Ils n’ont pas eu de problèmes car les clés étaient là et ils connaissaient aussi le code. A 22 heures, ils sont sortis ».

Et d’ajouter : « Ils avaient débranché une partie des caméras. Toutefois, ils ont été vus par une caméra. Il y a des complices qui ont participé dans le débranchement des caméras. Ils sont toujours recherchés. » Le porte-parole a indiqué que même le véhicule de type Noah utilisé lors du vol a été saisi.

D’après M. Nkurikiye, une partie du butin a été saisie sur les suspects : 59.443.000 de BIF, 11.420 USD et 410 €. « La moisson est encore maigre car il y a encore ceux qui sont en cavale à savoir un Burundais et deux Tanzaniens.

Toutefois, on ne sait si l’argent évoqué est réellement la somme volée. Même les gérants de la banque divergent sur les chiffres. Nous attendons les preuves de l’argent volé de la part des propriétaires de la banque. Normalement, une somme pareille ne peut pas passer la nuit dans les coffres de la banque ».

Toutefois, plusieurs questions taraudent l’esprit des Burundais. Quid de deux Indiens qui seraient impliqués dans ce vol puisque la police ne pipe mot sur eux ?

Le chef de la sécurité a-t-il été appréhendé ? Comment les vigiles peuvent aller se restaurer en même temps et laisser un seul vigile alors qu’il y a 3 barrières ? Comment les gestionnaires d’une banque peuvent ne pas connaître le montant volé ?

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. TOM

    un livre doit etre ecrit sur cette scenario

  2. Uwakera

    Je me demande si ce n’est pas plus correct de dire « D’après la Police » au lieu d’écrire « D’après Pierre Nkurikiye »….

  3. Gacecr

    Il existe des tests de psychométrie qui peuvent être utilisés pour déterminer le profil ou la personnalité d’un candidat lors de l’embauche et en cours d’emploi. Même si ces tests ne sont pas infaillibles, ils peuvent servir à minimiser les risques d’embaucher ou de laisser sans surveillance des employés susceptibles de commettre des actes répréhensibles en cours d’emploi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 1 986 users online