Samedi 31 juillet 2021

Politique

Visite d’état de Samia Suluhu Hassan au Burundi « pour booster les échanges économiques »

17/07/2021 0
Visite d’état de Samia Suluhu Hassan au Burundi « pour booster les échanges économiques »
Les deux chefs d’Etat en train de présenter leurs discours à Ntare Rushatsi House

Ce vendredi 16 juillet, la présidente de la République Unie de Tanzanie, Samia Suluhu Hassan a effectué une visite d’Etat de deux jours au Burundi. L’une des raisons, booster les échanges économiques des deux pays et promouvoir les investissements.

A 9 heures 30 minutes, son avion à atterri sur le tarmac de l’aéroport international Melchior Ndadaye. Avec des danses et des chants en swahili, des femmes tanzaniennes habitant au Burundi « Saluhu bienvenue chez nous au Burundi, nous vous accueillons à 100 % ».

La présidente de la République Unie de Tanzanie a reçu des hommages chaleureux. A son accueil, le vice-président de la République du Burundi, Prosper Bazombanza accompagnés par et différents cadres du gouvernement ainsi que l’ambassadrice de la Tanzanie au Burundi.

Une foule de gens venus des différents quartiers de la capitale de Bujumbura étaient mobilisés pour l’accueil de cette hôte de marque, de l’aéroport international Melchior Ndadaye jusqu’au centre-ville de Bujumbura avec des petits drapeaux de la Tanzanie et des photos de la présidente tanzanienne et celui du président du Burundi, Evariste Ndayishimiye.

A 12 heures, la délégation tanzanienne a été conduite à Ntare Rushatsi House, la présidence de la République du Burundi, où Mme Samia a été reçue par son homologue burundais.

Pour marquer cet accueil, l’armée a tiré des coups de canons. Les deux présidents ont par la suite planté deux arbres symbolisant l’amitié de leurs pays avant de passer à un « tête-à-tête », dans lequel ils se sont convenus de promouvoir le bon voisinage et les bonnes relations, et surtout d’améliorer le climat des affaires et l’investissement pour les deux pays en levant les barrières tarifaires et non tarifaires et en accélérant la construction d’un poste à entrée unique à la frontière commune de Manyovu  et Mugina, dans la province de Makamba, au sud du Burundi.

« Boostons nos échanges économiques »

Dans son discours, la présidente de la République Unie de Tanzanie a indiqué que les raisons de sa visite étaient de renforcer les relations existantes entre son pays et le Burundi.

Mais elle a mis l’accent sur l’économie des deux pays. Elle a affirmé que des opportunités d’affaires existent entre la Tanzanie et le Burundi mais qu’il y a beaucoup à faire.

Samia Suluhu a aussi appelé les investisseurs burundais et ceux de la Tanzanie à travailler ensemble pour développer l’économie de leurs pays : « Nous avons également convenu de sensibiliser nos hommes d’affaires à tirer profit des opportunités offertes par nos deux pays. Et sur ce, j’aimerais profiter de cette occasion pour inviter les hommes d’affaires burundais à investir en Tanzanie  dans différents secteurs comme les industries, l’agriculture, les mines,  le tourisme, etc. La Tanzanie a beaucoup à offrir », a-t-elle fait savoir.

Différents accords de coopération ont été signés entre le Burundi et la Tanzanie, dont le renforcement de la sécurité sur les frontières de ces deux pays afin de lutter contre le trafic humain : «Nous nous sommes convenus de continuer à renforcer la paix et la sécurité sur nos frontières communes et de conjuguer nos efforts pour lutter contre le terrorisme, le commerce des armes légères ainsi que le trafic humain. Brièvement, nous nous sommes engagés à combattre toutes formes de crimes transfrontaliers », a dit le président Evariste Ndayishimiye.

Mme Samia Suluhu est venue avec quatre de ses ministres, celui en charge du commerce, de l’industrie, des minerais et celui des affaires étrangères. Cette visite d’Etat de la présidente de la République Unie de Tanzanie au Burundi se termine ce samedi.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 400 users online