Samedi 31 juillet 2021

Politique

15.000 Fbu pour être relaxé

19/08/2017 2

La plupart des personnes arrêtées ce samedi 19 août à l’université du Burundi, au campus Mutanga, se sont retrouvées obligées de payer une sorte d’amende, un montant de 15.000 Fbu chacune pour sortir du cachot du commissariat municipal de police (ex Bureau spécial de la recherche).

Le commissariat municipal de police, ex BSR

Exception faite pour 4 étudiants qui n’auraient pas été coopératifs lors de leur arrestation. Ils auraient «contraint les forces de l’ordre à user exceptionnellement de la force». Leur cas sera traité à part, leur a-t-il été signifié laconiquement.

Des sources sous anonymat font savoir que cet argent a été versé sur le compte de la mairie no 2299 domicilié à Interbank. Ces personnes s’étonnent qu’elles soient obligées de payer de l’argent sans aucune pièce ni procès en contrepartie. Elles se demandent sur quelle base légale la police s’est-elle appuyée pour fixer cette somme.

Elles déplorent que cet «achat de relaxation» leur ait été informé tard. «C’est vers 16 heures.» Elles disent qu’ils auraient pu bénéficier de la solidarité des amis s’ils avaient été avertis tôt de cette exigence ou procédure.

Contacté, un étudiant qui venait d’aider quatre camarades, a fait savoir qu’ils ont été relâchés dès la présentation du bordereau de versement.
«En échange de celui-ci, des agents m’ont remis les documents de mes amis.» Il confie qu’ils avaient donné à leur arrivée soit une carte d’étudiant ou une carte d’identité nationale.

Faute d’argent, plusieurs étudiants ont passé leur nuit au cachot du commissariat municipal de police.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. KABADUGARITSE

    Et c’était quoi le mobile de leur arrestation? L’information vient d’être donnée en deçà de sa moitié!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 414 users online