Samedi 04 février 2023

Politique

« Une déviation par rapport aux techniques de l’interrogatoire »

27/09/2016 7

Plus d’une semaine après le «suicide », dans les locaux du Service national de renseignement (SNR), d’Eddy Claude Nyongera, le corps de cet adjudant de l’armée burundaise se trouve à l’Hôpital Roi Khaled. Nadine Nibigira, criminologue, décortique ce «suicide».

Nadine Nibigira
Nadine Nibigira

Le SNR a-t-il commis une faute en interrogeant quelqu’un dans une salle contenant des armes?

Oui, sans aucun doute. Soit il le fait sciemment, soit c’est par inadvertance. Dans les deux cas, c’est une erreur grave qui appelle à des sanctions administratives et/ou pénales.

Croyez-vous à cette thèse de suicide?

A entendre le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, Eddy-Claude Nyongera est sorti du deuxième bureau d’interrogatoire en disant qu’il veut parler au premier OPJ. Ça peut sous-entendre qu’il a demandé la permission à l’OPJ pour sortir. Dans cette circonstance, il était surveillé.

Généralement, et dans les circonstances actuelles, il serait surprenant que ledit prévenu, militaire de surcroît, aurait été laissé les mains libres au regard du chef d’accusation d’atteinte à la sécurité de l’Etat.

Personne ne peut imaginer qu’avec les traumatismes que tout humain peut éprouver quand il est arrêté par un corps d’une réputation douteuse, ces derniers temps, il ait pu se concentrer pour scruter l’environnement de son espace d’interrogatoire jusqu’à repérer ces grenades.

Et cette grenade qui le tue lui seul?

A mon avis, il aurait fait exploser cette grenade sur les agents enquêteurs, pour mourir avec eux en kamikaze. Or, les agents ont même tenté de l’empêcher de se suicider sans penser que la grenade pouvait exploser sur eux. C’est étonnant.

Quelles sont les techniques d’un interrogatoire?

Normalement, l’interrogatoire est une façon de chercher l’information sur un fait qui s’est produit et non de chercher un aveu. C’est pour cela que l’interrogatoire doit se dérouler dans un climat de calme et dans le respect de tous les droits du prévenu, supposé innocent avant que sa culpabilité ne soit établie par les instances judiciaires habilitées.

Sur la mort de l’adjudant Eddy Claude Nyongera, le colonel Gaspard Baratuza, porte-parole de la FDN, indique qu’il ne pouvait pas s’exprimer car Eddy Claude Nyongera n’est pas mort à l’Etat-major de l’armée. «La police a fait son travail car il était interrogé par un officier de la police judiciaire. Ce n’est pas parce que son décès a été rapporté par Pierre Nkurikiye, que ses propos sont faux.»

Quid du cas d’Eddy Claude Nyongera?

Les faits laissent apparaître une déviation par rapport aux techniques de l’interrogatoire. Le fait de se suicider, si cela est avéré, montrerait que l’OPJ instructeur du dossier aurait brillé plus par la recherche de l’aveu que par la recherche de l’information. Quand il y a recherche de l’aveu, l’OPJ peut utiliser tous les moyens violents possibles, comme la torture, les traitements cruels, inhumains et dégradants, les menaces sur sa famille, l’invention des charges, etc. Ce sont ces moyens qui poussent le prévenu à se suicider parce qu’il se rend à l’évidence qu’il vaut mieux mourir plutôt que de continuer à subir ce calvaire.

Ce genre de sévices est dû au fait qu’il n’y a pas d’agents formés pour le renseignement capables de mobiliser tous les outils de l’interrogatoire, notamment le travail sur le profilage du délinquant, la psychanalyse, l’observation, l’analyse scientifique des éléments matérielles, et surtout l’éthique du métier de renseignement.

FDN

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Kimaranyi

    Monsieur Ayubu tu aurait mieux fait de te taire au lieu de nous raconter des ragots . Tenez on ne peut pas être criminologue sans avoir fréquenté les Universités de criminologie mais comme tu le voit on peut être facilement criminel pour avoir été recruté par le gouvernement actuel . Par exemple toi qui renie une vérité d’assassinat de l’adjudant Nyongera cela ne te prendrait pas beaucoup de séances pour devenir criminel renier un crime c’est en quelques sorte être criminel. Je ne pense pas que notre pays va guérir aussi tôt s’il y a encore des gens qui appréhendent les choses de ta façon . Rappelle toi qu’on ne dit jamais du mal des morts

    • Ayuhu Jean Pierre

      Cher Monsieur,
      Je n’ai pas bien compris si vous réagissez à mon message auquel cas ou si vous exprimez une idée, une opinion sur ce que vous pensez de moi. Si c’est la première hypothèse, vous êtes hors sujet. Si c’est la deuxième, c’est votre droit. L’important est que l’on se respecte.
      Portez-vous bien Cher Monsieur.

  2. Ayuhu Jean Pierre

    Malgré la censure, je persiste et je signe. Ce n’est pas parce que l’on a fréquenté une faculté de criminologie que l’on devient criminologue..Il faut au moins évoluer dans un service, acquérir de l’expérience pour prétendre faire valoir son opinion comme étant d’un expert….Dans le système académique burundais ni dans les milieux concernés, je n’ai pas d’écho sur cette criminologue!

    • SEMIGABO

      @Ayuhu Jean Pierre:  »Ce n’est pas parce que l’on a fréquenté une faculté de criminologie que l’on devient criminologue.. »

      On ne doit pas être un grand criminologue pour comprendre ce qui est arrivé à l’Adjudant NYONGERA : un assassinat atroce suivi de mensonges inouïs.

    • Ntazizana

      Mr Ayuhu, donne ton avis sur le cas si tu as évolué dans le métier,toi qui est connu par tout le monde!

  3. Kabingo Dora

    Le document délivré à la famille est d’une importance capitale . Mais je dirais plus tard pourquoi

  4. Jean Bigirimana.

    Mensonge quand tu nous tiens…justifier cette mort comme un suicide est tout simplement de l’art

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 2 714 users online