Samedi 28 janvier 2023

Économie

Un dialogue de sourds s’installe entre clients et commerçants

24/11/2019 Commentaires fermés sur Un dialogue de sourds s’installe entre clients et commerçants
Un dialogue de sourds s’installe entre clients et commerçants

Suite à la hausse soudaine des prix de tous les produits, rencontre avec les vendeurs et les consommateurs, vendredi 22 novembre, à Bujumbura.

11h30 au marché dit «Chez Sion» en commune Buyenzi. A première vue, une journée normale dans ce marché ultra-fréquenté. N.M. est vendeur de denrées variées. La quarantaine entamée, c’est un homme qui cache mal son exaspération: «Le bidon d’huile de coton de 25 litres est passé de 58 mille à 64 mille BIF en l’espace de quelques jours!». Il dit ensuite ne pas connaître l’origine de cette explosion des prix observée ces derniers temps, avant de concéder à propos des clients: «Ils se plaignent, mais nous n’y pouvons rien!» 

Sur la même allée, J.K. tient aussi une échoppe alimentaire. Assis sur sa chaise devant son commerce, c’est un monsieur au physique rondelet qui interpelle tous les clients qui déambulent dans l’allée. «C’est terrible parce que cette montée des prix se fait à une vitesse effrayante. On s’adapterait mieux si cette flambée des prix survenait progressivement».

U.L. et O.P. sont mère et fille. Elles viennent de faire leurs emplettes dans les rayons légumes du marché. O.P, la fille, plutôt avenante, raconte le désarroi des consommateurs: «Quand nous commençons à discuter prix avec les commerçants, cela vire vite au dialogue de sourds. Certains nous disent même de nous attendre à une autre hausse des prix dans les prochains jours.» Lunettée et en longue robe de lin noire, la maman, une femme d’âge mur, ajoute que pour faire face à cette situation, elle s’est mise au stockage de la nourriture : «Notre pouvoir d’achat ne nous permettant pas de nous procurer des produits alimentaires au quotidien, le stockage s’est révélé la meilleure option.»

Une odeur agréable flotte dans l’air. C’est l’espace réservé aux fruits. Des étals de mangues, bananes, oranges… s’étendent à perte de vue. R.T. est mère de six enfants. Elle vient souvent ici pour s’approvisionner en fruits. En chemise blanche et jean pantalon moulant noir, elle témoigne:«J’ai dû renoncer à acheter des bananes mûres à mes enfants car leur prix a doublé. Une tranche que j’achetais habituellement à 1200 BIF se vend maintenant à 2500BIF!». Et d’ajouter, résignée: «Manger trois fois par jour devient une gageure pour la grande majorité d’entre nous!»  

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 2 463 users online