Samedi 16 octobre 2021

Société

Suspension des administratifs en situation de concubinage ou en union illégale : les citadins saluent la mesure

04/10/2021 4
Suspension des administratifs en situation de concubinage ou en union illégale : les citadins saluent la mesure
Gervais Ndirakobuca : « Tout administratif qui vit dans le concubinage ou en union illégale doit être suspendu »

Les habitants de la ville de Bujumbura interrogés applaudissent des deux mains la décision prise par le ministre chargé de l’Intérieur de suspendre tout administratif vivant dans le concubinage ou en union illégale. Pour certains, ladite mesure vient à point nommé.

« Il a été signalé des responsables administratifs qui entretiennent des relations de concubinage ou d’union illégale, alors que le gouvernement avait pris des mesures pour décourager ce comportement dans tout le pays », a indiqué Gervais Ndirakobuca, ministre de l’Intérieur, du Développement communal et de la Sécurité publique, dans une correspondance sortie vendredi 1 octobre.

Tout administratif entretenant une de ces relations doit être suspendu de ses fonctions, a-t-il ordonné par la suite, car d’après lui, un tel comportement risque de désorienter la population.

Cette décision a été unanimement saluée par les citadins rencontrés. « La décision vient à point nommé car il y a certains administratifs qui commençaient à en faire trop », confie F.N, 60 ans de la zone urbaine de Cibitoke.
Même son de cloche pour une jeune dame approchée tout près de l’ancien marché central de Bujumbura : « Il y a des administratifs qui ne se cachent même pas, on dirait que leur deuxième bureau est la régulière ».

Toutefois, R.B, de la zone Musaga s’interroge sur la mise en application de cette décision, car selon elle, il y a certains administratifs qui se croient intouchables. « La décision est à encourager, mais, je demande au ministre de veiller à sa mise en application parce qu’il y a des responsables difficiles à suspendre car ils se croient au-dessus de la loi ».

Le ministre de l’Intérieur, du Développement communal et de la Sécurité publique a exigé tous les gouverneurs à relever dans leurs circonscriptions tous les cas des responsables en situation de concubinage ou en union illégale afin de les suspendre de leurs fonctions.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Ndambi

    Tout est de travers au pays de Mwezi Gisabo.
    Nommez d’abord l’infraction.
    Qui s’occupe des infractions dans un Etat de droit?
    Ko hari itegeko muri Constitution rivuga, je cite, : ” Tout mandataire doit déclarer ses biens à l’entrée et à la sortie de fonction” .Qu’en avez vous fait?
    Vous direz que je suis hors sujet😡.
    Que Nenni.
    Nous voulons un Etat de Droit.

  2. H

    Ici, de nouveau le gouvernement prend dès mesures qui ne lui incombent pas
    Il s agit de droit privé, de relations personnelles
    Si une personne voit son conjoint la tromper il va devant un juge
    C est ça la règle H
    L État ne peut rien interdire.
    Une nouvelle fois on se trouve devant un déni de justice

  3. gervais NDUWIMANA

    L’instruction a été donnée aux Gouverneurs pour la mise en application. Et c’est l’un ou l’autre Gouverneur qui est concerné par la dite mesure.

  4. Mvuyekure

    Nivyo. Umwera uva ibukuru ugakwira igihugu cose.
    Leta nkozi ikaba nimvyeyi nishishikare : guhamya abarya ruswa, abacikiza, abaharika,…Umurimo ni muremure ntimuvunike inkokora hasigaye imyaka itari mike mu kiringo twabatoreye.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 910 users online