Samedi 16 octobre 2021

Société

Journée mondiale des malvoyants : le centre Kanura confronté à plusieurs défis

05/10/2021 0
Journée mondiale des malvoyants : le centre Kanura confronté à plusieurs défis
Que de problèmes à surmonter

Le monde entier a célébré ce lundi 4 octobre la journée dédiée aux aveugles et aux malvoyants. Le centre pour les personnes non-voyantes et malvoyantes Kanura de Gihanga confie que cette journée arrive au moment où il fait face à mille et un défis, dont le manque de matériel didactique et du personnel qualifié capable d’interpréter l’écriture braille.
Le directeur de l’Ecole Kanura, Ernest Nindagiye appelle les bienfaiteurs à appuyer ce centre afin qu’il puisse contribuer à l’éducation de ces enfants.

Malgré ces défis, les enfants pris en charge par le centre Kanura affirment être en sécurité dans le centre plutôt que d’être dans leurs familles où ils sont généralement discriminés.
Selon Jean Paul Bimenyimana, élève à cet établissement, c’est difficile pour nous, les aveugles de nous déplacer. « Parfois on a envie d’aller quelque part, et on ne trouve personne pour nous y amener et on commence à se demander pourquoi nous sommes nés aveugles ».

Mais avec ce centre, confie-t-il, on a appris à comprendre les gens et on peut défendre notre dignité ce qui n’était pas facile avant parce que les gens nous sous-estimaient.

Pour Claudine Nganirindavyi, élève à ce centre Kanura de Gihanga, à côté de leur handicap, il y a la stigmatisation qui fait encore plus mal : « Nous les personnes aveugles, nous sommes souvent discriminés dans notre entourage surtout par nos proches, faute de sensibilisation. Ils croient que nous les aveugles, nous n’avons pas de futur ».

Ici dans ce centre, indique-t-elle, on s’entraide et on se réconforte mutuellement parce qu’on a le même handicap et cela nous aide à comprendre que nous sommes des personnes comme les autres. « Nos encadreurs ne nous discriminent pas parce qu’eux, ils ont déjà été sensibilisés ».

Elle lance un appel : « Nous demandons que les personnes en situation de handicap, notamment la malvoyance, soient respectées et traitées comme les autres ».

Signalons que ce centre Kanura de Gihanga est un établissement à régime d’internat, il compte 60 élèves non-voyants et malvoyants internes et 135 autres élèves valides externes.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 017 users online