Lundi 08 août 2022

Politique

«Suspension de la Parcem, refus du droit d’association et d’expression», réagit Gabriel Rufyiri

19/06/2019 Commentaires fermés sur «Suspension de la Parcem, refus du droit d’association et d’expression», réagit Gabriel Rufyiri
«Suspension de la Parcem, refus du droit d’association et d’expression», réagit Gabriel Rufyiri
Gabriel Rufyiri : «la suspension de la Parcem implique la volonté des autorités de faire taire toutes les voies qui tiennent encore un discours contraire à celui du pouvoir».

«La campagne ‘‘Ukuri ku biduhanze’’ serait à l’origine de la récente mesure du ministre de l’Intérieur», a réagi laconiquement Faustin Ndikumana, directeur exécutif de l’ONG Parcem, ce mercredi 19 juin.

Cette campagne avait pour objectif pour ‘‘réveiller la conscience citoyenne par rapport aux différents défis qui hantent actuellement le pays’’.

Néanmoins, dans l’ordonnance du 3 juin, Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur, reproche à cette organisation de s’être «toujours écartée de ses objectifs tels que consignés dans ses statuts et s’active plutôt à ternir l’image du pays et de ses dirigeants dans le but de troubler la paix et l’ordre public». Et d’ajouter lui avoir adressé de multiples avertissements.

Gabriel Rufyiri, président de l’Olucome, parle d’une mesure sans aucune base légale : «Elle dénote le refus du droit d’association et d’expression reconnus par la Constitution du Burundi et de la Convention africaine des droits de l’Homme».  

Selon lui, la suspension de la Parcem implique la volonté des autorités de faire taire toutes les voies qui tiennent encore un discours contraire à celui du pouvoir.

Entre autres conséquences, dit-il, cette mesure ‘‘va tenir davantage’’ l’image du Burundi. Ainsi, les partenaires diminueront l’aide destinée au Burundi : «Personne n’est désormais autorisé à superviser, à dire quoi que ce soit sur l’action gouvernementale».

Cet activiste des droits de l’Homme assure que le fonctionnement de la Parcem permettait aux Burundais d’accéder aux informations recherchées en rapport avec la bonne gouvernance, l’économie, etc.  D’après lui, la mesure du gouvernement dénie l’accès à l’information.

La suspension de la Parcem est indéterminée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 682 users online