EN

Politique

« Sauvegarder la paix sociale » à n’importe quel prix ?

25/10/2019 Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur « Sauvegarder la paix sociale » à n’importe quel prix ?
« Sauvegarder la paix sociale » à n’importe quel prix ?
Présentation du Code de conduite des médias et des journalistes en période électorale 2020 par le président du CNC.

L’article 10 stipulant de «Ne pas publier ou diffuser par quelque canal que ce soit, l’internet compris, les résultats provisoires ou définitifs d’une élection autres que ceux annoncés officiellement par la CENI ou ses démembrements» interroge sur l’esprit du Code de conduite des médias et des journalistes en période électorale 2020. Un document préparé par le Conseil national de la Communication(CNC).

Le devoir des journalistes et le rôle des médias se recoupent dans son préambule : « Sauvegarder la paix sociale et la cohésion nationale pendant la période électorale » ; « la préservation de la paix sociale, de la cohésion et de l’unité nationale, surtout en période électorale ». « By any means necessary »?

Le vice-président du Frodebu opine du chef : « En contraignant les médias à ne pas suivre le déroulement des opérations de vote, ils viennent de mettre fin à la transparence dans tout le processus électoral. Les résultats sont déjà biaisés. »

Aussi sur cette ligne, la première force politique de l’opposition. «Si cet article est maintenu comme tel, c’est une tricherie qui serait en cours de préparation et cela discréditera la CENI», soutient Térence Manirambona, porte-parole du Congrès national pour la liberté (CNL). L’enjeu pour le CNL n’est pas de gagner sa place à la table du maître, mais plutôt de s’asseoir sur le trône de fer.

Des planètes gravitant dans la galaxie « DD » ne le voient pas non plus d’un bon œil. « Publier les résultats confirmés dans un bureau de vote ne devrait pas être un problème. De toutes les façons, nos mandataires vont nous les rapporter en temps réel», observe Olivier Nkurunziza, secrétaire général du parti Uprona.

Abdoul Kassim, président de l’UPD Zigamibanga, enfonce le clou : « Cet article doit être modifié pour ne pas entacher la crédibilité des élections.» Leur opposition est une position de principe. Pas d’élections crédibles sans transparence. Non seulement dans la conduite du processus électoral, mais aussi dans sa couverture.

Ce code a été présenté aux médias pour approbation, mercredi 16 octobre. Nestor Bankumukunzi, président du CNC, a annoncé sa portée : «Ce document concerne tous les médias œuvrant sur le territoire burundais qu’ils soient signataires ou pas. » Et ce faisant « pour approbation » résonne comme « par acclamation ».

Toutefois, une fenêtre a été ouverte jusqu’au dimanche 21 octobre pour d’éventuelles contributions pour amendement. Mais supprimer cette disposition polémique était hors compétition. Et pour cause !
Le CNC semble ne pas vouloir d’un scénario à la congolaise : les résultats proclamés par la CENI inverses aux données collectées par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Créer un Martin Fayulu burundais ferait le lit de violences post-électorales. Exit ainsi l’esprit du Code de conduite des médias et des journalistes en période électorale 2020.
Guibert Mbonimpa

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un recensement polémique

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un recensement polémique

Il est sous les feux de critiques, accusé de tout et de son contraire. Le recensement des fonctionnaires en cours est attaqué sur le fond et la forme. Ces derniers estiment que les questions sont trop nombreuses et manquent d’objectivité. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 269 users online