Lundi 12 avril 2021

Culture

« Road Trip », pour le bonheur des touristes locaux et des vendeurs impactés par la Covid-19

08/03/2021 Keyna Iteriteka 2
« Road Trip », pour le bonheur des touristes locaux et des vendeurs  impactés par la Covid-19
Isimba en commune Makebuko de la province Gitega, les locaux appellent le coin «tapis vert » pour sa verdure

La pandémie de la covid-19 a durement frappé le secteur de l’événementiel avec la suspension des évènements rassemblant beaucoup de personnes et la fermeture des frontières. Deux organisations, “kiki night-club”, et “Le Charme”, organisent des « road trip ». Ce week-end, c’était à Isimba, dans la province de Gitega.

Le « Road Trip » est un évènement organisé par les deux organisations, qui consiste à faire voyager ses fans dans un coin touristique de l’intérieur du pays.

Greta Kwizera, souriante, explique : « C’est un événement au cours duquel nous organisons un voyage, nous proposons des boissons, des plats selon les préférences des gens du coin. Cela permet aux producteurs locaux d’avoir des visiteurs qui vont consommer et compenser ce qu’ils ont perdu avec la pandémie à travers tout le pays. »

Bref, l’idée était de trouver une solution « pour des gens qui avaient l’habitude de faire des vacances à l’extérieur du pays et faire valoir le potentiel touristique du Burundi”, selon toujours Greta Kwizera, une des initiateurs de l’événement et directrice de “Le Charme”, une entreprise spécialisée dans l’événementiel.

En pleine pandémie de la covid-19, en juillet 2020, avec la fermeture des frontières et le confinement dans certains pays voisins, « Kiki night-club », (une boîte de nuit de la capitale économique), en collaboration avec « Le charme », pensent déjà à une solution. C’est ainsi que le « Road trip » est né. La première édition s’est tenue vers Bugarama.

Voyager et consommer local.

Après Bugarama, « road trip » a déjà posé ses valises dans plusieurs coins touristiques du Burundi : le site touristique Nonoka, le bord du lac Tanganyika à Kabezi et ce week-end, pour sa 4ème édition, c’était à Isimba, commune Makebuko, dans la province de Gitega la capitale politique du Burundi.

Isimba, un coin touristique jusqu’ici méconnu du grand public a connu une forte affluence.
Le site est situé à quelques kilomètres du centre-ville de Gitega, vers la commune Makebuko. De premier abord, on dirait une simple plantation d’arbre, c’est la verdure et le tapis de mousse verte qui fait le charme de l’endroit, mais également le calme et les chants des oiseaux.

La présence des DJ connus dont les Runtown Deejays, un groupe de Deejays très apprécié à Bujumbura, et certains artistes burundais a drainé beaucoup de gens vers Isimba.

Un événement qui profite aux vendeurs locaux.

J.P.M, propriétaire d’un bistrot à Gitega confirme que de tels événements permettent de compenser le manque enregistré depuis la venue du coronavirus.

“Avant le Corona, il y avait des vacanciers, des Blancs, mais tout s’est arrêté d’un coup. Avec de tels événements, des gens viennent pour « l’after » (le show dans les bars environnant après l’événement en soi) et le lendemain. Ainsi on peut ainsi gagner de l’argent.»

C’est aussi l’avis de B.N, un autre tenancier d’un bar à Gitega.

“Avant, je pouvais gagner environ 500.000 francs burundais de bénéfice le weekend, avec la Covid-19, j’arrive à peine avoir 150.000 .Mais après la tenue de certains événements, je peux espérer un peu plus, 300.000 FBu.

“Les boissons, la viande de chèvre, de même que les poulets, sont achetés sur place. Cela permet de promouvoir la consommation locale », explique Greta Kwizera

Gretta Kwizera, confirme que tout ce qui est vendu lors de l’événement, sauf quelques spécialités, est acheté à des vendeurs locaux.

“Les boissons, la viande de chèvre, de même que les poulets, sont achetés sur place. Cela permet de promouvoir la consommation locale. » Ce qui fait le bonheur des commerçants du coin.

La quatrième édition de Road Trip n’aurait pas été au plaisir de tous ses fans, car les boîtes de nuit de Gitega qui attirent beaucoup de de « bujumburois », auraient été fermées la nuit du samedi, covid-19 oblige.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Lazare Nzeyimana

    Bonjour. Une très bonne initiative pour promouvoir le tourisme local. Cependant, tenez-bien chers opérateurs de tours et chers touristes, cette forêt est précieuse, il faudra alors l’entretenir et la protéger contre les pollutions éventuelles issues du tourisme. Pensez aux infrastructures sanitaires pour mieux exploiter en protégeant. La population environnante devrait être impliquée dans ce travail de protection environnementale et ainsi multiplier des emplois. Bravo

    • Je suis tout à fait d’accord. Par exemple, ramasser tous les détritus ( sachets, bouteilles vides,etc.) bref, laisser la nature comme elle était avant la fête.
      Merci pour le clin d’oeil !

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 391 users online