Vendredi 12 avril 2024

Politique

Revue de la presse régionale

13/12/2023 3
Revue de la presse régionale
L’ONU préoccupée par les tensions entre Kigali et Gitega

Au sommaire de cette revue de la presse consacrée à la région : Selon la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC, l’insécurité à l’Est de la RDC crée des tensions entre le Rwanda et le Burundi ; le contingent burundais de l’EAC déployé au nord Kivu est rentré ; L’opposition congolaise accuse le gouvernement de réquisitionner les stocks de carburant ; le Kenya et le Rwanda ont fait une belle moisson à la COP 28 tenue à Dubaï.

Est de la RDC : l’ONU appelle à l’apaisement entre le Rwanda et le Burundi tandis que des tensions s’accentuent

La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo (RDC), Bintou Keita a exprimé ce lundi sa préoccupation quant à l’escalade récente des tensions entre le Rwanda et le Burundi lors de son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations unies, écrit le site d’information, actualite.cd.

« Je reste préoccupée par la récente montée des tensions entre le Rwanda et le Burundi, et j’appelle à l’apaisement pour éviter toute escalade », a-t-elle déclaré, soulignant la nécessité de prévenir une éventuelle escalade militaire entre les deux nations malgré les efforts régionaux et internationaux de désamorcer les tensions.

Le M23 et leurs soutiens ont affirmé que des militaires burundais se battent aux côtés des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans l’est du pays. Des incidents récents ont illustré cette situation, notamment des blocages de convois du contingent burundais de la Force Régionale de la Communauté Est Africaine (EAC) par le M23, perturbant le ravitaillement en vivres à Kitshanga et Mweso.

Fin septembre, le président burundais, Evariste Ndayishimiye, avait condamné les acteurs contribuant à la déstabilisation de la région, soulignant l’ingérence extérieure dans les affaires des États et dénonçant ceux alimentant les conflits et la déstabilisation d’autres nations africaines.

Parallèlement, des renforcements des liens entre Kinshasa et Gitega ont été observés. Le ministre burundais de la Défense nationale et des Anciens Combattants, Alain Tribert Mutabazi, et Jean-Pierre Bemba de la RDC ont signé un protocole d’accord en matière de défense, en présence des présidents Evariste Ndayishimiye et Félix Tshisekedi, renforçant ainsi les relations bilatérales entre les deux pays.

RDC : Retrait du contingent burundais de l’EAC-RF

FDN retour au bercail

Environ neuf cents éléments du contingent burundais ont quitté Goma (Nord-Kivu) dimanche 10 décembre en direction de leur pays, lit-on sur le site de la radio Okapi, radiookapi.net.

Le Commandant de la Force régionale de l’EAC, le général de division Aphaxard Kiugu, et ses adjoints, ont rendu le dernier hommage à ces éléments du contingent burundais avant qu’ils ne prennent leur avion pour le Burundi, dimanche à l’Aéroport international de Goma.

Cette force régionale précise sur son compte X (Twitter) que c’est plus de neuf cents soldats du contingent burundais qui ont quitté le Nord-Kivu ; les uns via l’aéroport international de Goma, et les autres accompagnant leur composante logistique par la route.

Pendant un an de présence, les militaires burundais avaient installé leur base à Sake mais une partie d’entre eux ont été déployés à Mushaki et sur l’axe Kilolirwe, Kitshanga et Mweso dans le territoire de Masisi.

Le commandant de la Force régionale argumente que cette présence avait permis aux FARDC et au M23 d’observer le cessez-le-feu qu’ils ont maintenu jusqu’à sa rupture en octobre 2023.

Le contingent burundais est le troisième à quitter le Nord-Kivu après celui du Kenya et du Soudan du Sud, soit respectivement plus de 250 et 300 soldats, selon l’EAC-RF.

Les éléments qui restent encore sur le terrain, y compris le contingent ougandais, y seront maintenus jusqu’au 7 janvier 2024 avant de regagner leurs pays respectifs. Ce départ des troupes burundaises s’aligne sur le plan de sortie décidé par les chefs d’état-major des forces de défense de l’EAC lors d’une réunion extraordinaire du 6 décembre 2023 à Arusha en Tanzanie, rappelle le commandement de l’EAC-RF.

Présidentielle 2023 : Après Mukwege, Fayulu accuse le régime de réquisitionner les stocks de carburant au détriment de l’opposition

A quelques jours des scrutins combinés en RDC, certains candidats à la présidentielle dénoncent la pénurie de carburant qui perturbe les déplacements de leurs équipes de campagne, fait savoir le site d’information, politico.cd.

Depuis Lusala, chef-lieu de la province de Mongala où son équipe de campagne dit être bloquée, le candidat Président numéro 21, Martin Fayulu accuse le régime en place d’avoir réquisitionné le carburant.

Devos Kitoko, secrétaire général de l’ECiDé et directeur de sa campagne a fait remarquer ce dimanche 10 décembre que son candidat était en difficulté de se rendre à Mbandaka, comme prévu dans son agenda.

« À partir de Lisala, tous les services ont indiqué au Président Martin Fayulu que le gouvernement congolais a réquisitionné le carburant dans tous les aéroports du pays. Les tentatives pour rejoindre Mbandaka ont échoué, aucun carburant n’est disponible », a déclaré Devos Kitoko. Selon lui, « de Kinshasa à Lubumbashi, la réponse est la même : le gouvernement a réquisitionné tout le stock de carburant. Chaque avion doit obtenir l’autorisation préalable de la présidence de la République avant de se ravitailler ».

La pénurie de carburant connaît une récupération politique dans la mesure où certains candidats à l’instar de Denis Mukwege a, dans un communiqué de presse, estimé qu’il s’agit d’une « stratégie malveillante du pouvoir en place consistant à mettre les bâtons dans les roues » de l’opposition pendant cette période de campagne électorale en RDC.

Dans ce même registre, Adolphe Muzito, lui aussi fait mention de cette pénurie qui perturbe les déplacements de plusieurs candidats à la présidentielle.

COP28 : Belle moisson pour le Rwanda, qui rentre avec au moins 100 millions d’euros

Une bonne nouvelle pour les agriculteurs et entreprises agricoles au Rwanda qui vont pouvoir mieux résister aux impacts du changement climatique, et ce, grâce à une nouvelle initiative de financement climatique d’un montant de 100 millions d’euros. C’est du moins l’engagement pris par la Banque européenne d’investissement (BEI) et la banque rwandaise Bank of Kigali en marge de la COP28, écrit le site d’information, afrique.le360.

Avec la 28ème conférence mondiale sur le climat (COP28), qui se déroulait à Dubaï jusqu’au 12 décembre, le monde entier s’y est donné rendez-vous pour débattre des grandes questions de l’heure, notamment le financement du climat dans les pays en développement et la sortie ou non des énergies fossiles. Un rendez-vous déterminant pour l’avenir de la planète.

Au cours des cinq premiers jours de la COP28, les dons destinés au fonds dédié aux pertes et dommages causés par le changement climatique ont afflué, atteignant environ 500 milliards de dollars, bien que ce montant reste encore en deçà des attentes, souligne un spécialiste. À côté des dons, il y a aussi les financements à destination notamment des pays africains.

COP 28 : le Kenya et la France précisent leur projet de taxe climatique internationale

Lors de la COP 28 à Dubaï, le Kenya et la France ont annoncé qu’ils vont former une coalition internationale pour la mise en place d’une taxe climatique internationale. Le projet sera présenté lors de la COP 30 au Brésil.

Le Kenya s’est trouvé un allié pour plaider la mise en place d’une taxe climatique internationale. Durant la COP 28 à Dubaï, la France a annoncé qu’elle s’associait au projet, évoqué en septembre à Nairobi lors du premier sommet africain sur le climat.

Satisfecit pour William Ruto à la COP 28

L’objectif est de taxer les émissions de carbone : le transport aérien et maritime ainsi que le commerce d’énergies fossiles. Pour cela, les deux pays annoncent la mise en place d’une « task force » internationale, une coalition d’États pour étudier la question. Elle rendra ses conclusions en 2025, lors de la COP 30 au Brésil.

Cette mesure devrait permettre de lever des milliards de dollars pour soutenir les pays frappés par les conséquences du changement climatique, comme le Kenya. L’Afrique de l’Est est actuellement victime d’inondations meurtrières.

Des sinistres provoqués par plusieurs semaines de fortes pluies, qui font suite à la pire sécheresse en quatre décennies. Autre enjeu dans l’Océan Indien : financer l’adaptation des îles et archipels à la montée des eaux.

Rwanda : Décès de l’ancien Premier ministre et opposant Faustin Twagiramungu en Belgique

Faustin Twagiramungu a tiré sa révérence

C’est samedi 2 décembre que Faustin Twagiramungu, ancien Premier ministre et opposant politique rwandais, est décédé à l’âge de 78 ans en Belgique. Cette figure emblématique de la scène politique rwandaise avait été nommée Premier ministre dans le gouvernement d’unité nationale, formé peu de temps après la conclusion du génocide rwandais, écrit le site d’information, africapresse.com.

C’est en 1991 que Faustin Twagiramungu entre en politique à la tête du Mouvement démocratique républicain (MDR), il a rapidement hissé son parti au sein de la coalition au pouvoir dès 1992.

Les Accords d’Arusha de 1993 l’ont désigné Premier ministre, mais ce gouvernement a été empêché par le président Juvénal Habyarimana. Présenté comme un “hutu modéré,” Twagiramungu a dirigé le premier gouvernement post-génocide en 1994, exprimant cependant des doutes sur certaines actions du Front patriotique rwandais et les choix de Paul Kagame. Après un an au pouvoir, il démissionne en 1995 et part en exil en Belgique.

Malgré les défis et les risques, Twagiramungu reste actif en politique, créant des partis et se portant même candidat à la présidentielle en 2003, une élection remportée par Paul Kagame. Jusqu’à sa mort à 78 ans, il continuait à dénoncer ce qu’il appelait la “dictature cruelle.” Même si les opposants au régime du FPR se retrouvent dans le collimateur, cela n’a pas empêché Twagiramungu de rester un fervent défenseur de la démocratie.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. CESAR

    « COP28 : Belle moisson pour le Rwanda, qui rentre avec au moins 100 millions d’euros »
    Des millions d’euros alloués au Rwanda pour les agriculteurs. Il s’agit ici d’une plaisanterie de mauvais goût ou une supercherie honteuse.
    « Une bonne nouvelle pour les agriculteurs et entreprises agricoles au Rwanda qui vont pouvoir mieux résister aux impacts du changement climatique, et ce, grâce à une nouvelle initiative de financement climatique d’un montant de 100 millions d’euros ».
    Il aurait été judicieux de dire non pas des agricultures c’es-à-dire les Rwandais qui cultivent les cultures vivrières mais des agriculteurs de fleurs car des millions de Rwandais ont vu leurs plantes agricoles vivrières arrachées ou ont été sommés d’arracher les cultures qui leur font vivre et ce, depuis des siècles et cultiver les fleurs, seuls produits exportés par le Rwanda par les entreprises appartenant à Madame Jeannette Kagame, épouse du Président Kagame. Ces millions d’euros ne sont pas alloués aux paysans agriculteurs rwandais mais à Jeannette Kagame et son mari, Paul Kagame Jeannette Kagame a le quasi-monopole d’exporter les fleurs vers l’Europe et les USA. CE Ce cas n’est pas unique. Le cas de notre pays est sui generis. Le comble est que les donateurs ne vérifient même l’affectation effective des millions d’euros donnés au Rwanda. Ils se contentent de seulement de retenir pour les saintes écritures les chiffres fabriqués de toute pièce par le service des techniciens ou service du Ministère des Finances spécialisé dans la fabrications portant sur les grand indicateurs macro-économiques du Rwanda accompagnés de vidéos pour étayer la crédibilité de ces chiffres. Ils ‘abreuvent donc à ces chiffres et les reproduisent moutonnement dans les rapports de mission effectuée au Rwanda. Ils ne mettent jamais leurs pieds au Rwanda réel pour vérifier visuellement la véritable vie de plus de 80% de la population rwandaise. Plusieurs bienfaiteurs ont alloués au Rwanda plusieurs millions de dollars US pour construire les écoles et former les enseignants qualifiés ou de bonne qualité. Les Rwandais ne savent pas où sont partis ces millions. Le Gouvernement Rwandais a construit quelques écoles modèles. Ils ont pris des photos. Comme ils savent que ces bailleurs de fonds ne vont jamais voir le Rwanda réel et restent conséquemment vautrés dans les hôtels de Kigali en bonne compagnie d’amazones mises à leur disposition par le service compétent dans ce domaine à savoir le service de renseignement intérieur, les maîtres du Rwanda leur présente des photos des écoles en réalité inexistantes au titre de preuve des écoles construits avec ces millions reçus au titre de don ou de crédit à faible taux d’intérêts. Dans leurs rapports, ils encensent le Rwanda au titre de modèle en Afrique en matière de la gouvernance. Ces mêmes rapports bidons sont colportés à grande échelle par les voix du régime Kagame à savoir les médias comme France 24, RFI, Jeune Afrique, opérant surtout en Europe et en Amérique y compris par les professeurs des universités et experts de tout genre.
    De juillet 1994 à ce jour, des millions de Rwandais sont frappés de paupérisation et de famine. Des millions de Rwandais ont été spoliés de leurs biens mobiliers et immobiliers. Alors que le toit est un des éléments qui conditionnent l’existence et le développement humain, les maîtres du Rwanda ont détruit des milliers d’habitation des Rwandais modestes , les réduisant aux conditions infrahumaines aux seules fins de construire des habitations cossues des millionnaires rwandais et étrangers. Les preuves irréfutables existent. Ils spolié des milliers de paysans rwandais de leurs terres fertiles pour le vendre aux prédateurs anglo-saxons qui y cultivé les produits exportables par les entreprises des maîtres du Rwanda et leurs associés étrangers. Le chômage frappent plus de 80% de jeunes rwandais pourtant détenteurs des diplômes universitaires. Des milliers d’enfants rwandais quittent les écoles et universités par manque de moyens financiers car leurs parents frappés de paupérisation ne sont pas état de financer les études de leurs progénitures. Plus de 30% de Rwandais souffrent de dépressions et/ou de maladie mentale( rapport du ministère de la santé du Rwanda). La corruption et les détournements massifs de deniers publics en toute impunité par les maîtres du Rwanda sont des outils de gestion de notre pays. Les journalistes qui osent donner la parole au Peuple Rwandais pour qu’ils puissent s’exprimer sur leur situation et/ou dénoncent ces méfaits que sont la corruption et les détournements massifs et flagrants de deniers public, devenus un fléau qui gangrènent notre pays sont impitoyablement broyés. Pour parler un journaliste ou chercheur étranger qui vient ici pour faire des recherches ou chercher les informations, un Rwandais doit préalablement recevoir l’autorisation d’une autorité. Le Rwanda est pour des millions de Rwandais un enfer à ciel ouvert. Chaque Rwandais est sommé d’espionner son voisin , son camarade et ses frères et amis. L’espionnage est verticale et horizontale dans la société rwandais.
    Le taux d’endettement du Rwanda est de plus de 80 % par rapport au PIB.
    Au regard des faits établis, d’août 1994 à ce jour le Rwanda n’a jamais connu une excroissance réelle ou effective. Celle évoquée et criée sur tous les toits par les médias est celle donnée par les aîtres du Rwanda. La croissance économique vérifiable et parant effective n’a jamais existé sous réserve de le prouver devant les Rwandais et contradictoirement. Documentez-vous avant d’écrire ou réfléchissez préalablement à la publication de vos articles.

    • Témoin

      Tu commentes à partir d’où? Pour que les gens te croient.

  2. Nkeshimana

    Merci de votre information

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 2 257 users online