Dimanche 21 avril 2024

Sécurité

Région Sud/Rumonge : Neuf cambistes sous les verrous

19/06/2023 Commentaires fermés sur Région Sud/Rumonge : Neuf cambistes sous les verrous
Région Sud/Rumonge : Neuf cambistes sous les verrous
Les locaux qui habritent le tribunal de grande instance de Rumonge

Ils viennent d’être transférés à la prison de Rumonge accusés d’atteinte au bon fonctionnement de l’économie nationale après avoir passé deux semaines au cachot du commissariat de la police.

Il y a deux semaines 9 cambistes ont été arrêtés par la police dans la ville de Rumonge et le lendemain un procès de flagrance a été organisé contre eux. Le ministère public les a accusés de travailler dans l’illégalité car ne disposant pas de bureau de change comme c’est recommandé par la banque de la République du Burundi.

Il a indiqué que même le chef de l’Etat a instruit ces cambistes à travailler dans la légalité. Ces 9 cambistes ont reconnu la faute et ont plaidé coupables tout en indiquant qu’ils ne savaient pas la loi qu’ils ont violée. Ils ont annoncé au tribunal qu’ils sont en train de s’organiser pour ouvrir un bureau de change au port de Rumonge. Ils ont indiqué que la BRB exige que pour ouvrir un bureau de change il faut déposer une garantie de 500 millions de francs.

L’officier du ministère public a indiqué que ces cambistes sont poursuivis d’une infraction d’atteinte au bon fonctionnement de l’économie nationale et qu’ils ont fait fi aux recommandations de la Banque centrale en matière d’échange de monnaie étrangère au Burundi. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré et après il a rendu le jugement en exigeant à chaque cambiste un montant de cent mille francs burundais comme amende avant d’être libéré.

Nécessité d’un bureau de change au port de Rumonge

Des personnes venues suivre le procés en flagrance des 9 cambistes

Au moment où ces cambistes s’apprêtaient à verser cette amende le ministère public a interjeté appel contre le jugement rendu par le tribunal de grande instance. Ils sont restés dans le cachot du commissariat de police jusque ce lundi 12 juin où ils ont été transférés à la prison de Rumonge.

Leurs familles demandent au tribunal de grande instance de Bururi de les libérer car ils n’ont violé aucune disposition du code pénal burundais. Ils indiquent que sauf certaines recommandations et décisions prises par certaines institutions du Burundi, il n’y a pas de loi qui régit le travail de cambiste au Burundi.

Certaines familles disent que les leurs n’ont pas les capacités techniques et financières à mobiliser 500 millions de francs et 50 mille dollars US chaque semaine comme garantie tel qu’il a été recommandé. Elles demandent leur libération.

Sachez que ces cambistes opéraient surtout au port de Rumonge où ils exerçaient l’échange en clandestinité. Des commerçants et des voyageurs se rabattaient sur eux pour échanger leur monnaie en monnaie locale ou étrangère.

Les voyageurs et les commerçants demandent à la Banque de la République du Burundi d’installer un bureau de change au port de Rumonge afin de promouvoir le commerce transfrontalier sinon les activités commerciales risquent d’être paralysées.

La responsable du port de Rumonge indique que les échanges commerciaux ont diminué d’intensité au niveau de ce port suite au manque de bureau de change car aujourd’hui même les cambistes qui opéraient dans la clandestinité ne sont plus visibles à ce port.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 9 709 users online