Vendredi 24 mai 2024

Environnement

Région Ouest Cibitoke/Rugombo : Difficile d’accéder à la frontière avec la RD Congo

18/12/2023 2
Région Ouest Cibitoke/Rugombo : Difficile d’accéder à la frontière avec la RD Congo
La circulation des biens et des personnes est au point mort car la route est coupée suite aux pluies diluviennes

La route qui mène vers la Rusizi à la frontière est en mauvais état. Le trafic est au ralenti. L’administration est au courant et dit vouloir engager des travaux de réhabilitation incessamment.

Les fortes pluies qui tombent actuellement enveniment une situation déjà délétère. La route qui mène à la frontière avec notre voisin de l’ouest à partir de la transversale 2, colline Mparambo II de la commune Rugombo est impraticable. Les marchandises constituées des pommes de terre, des pagnes, des souliers en provenance de ce pays transitent par là.

En contrepartie, les Burundais faisaient leurs affaires de l’autre côté de la Rusizi pour les marchandises telles que le riz, le haricot, le manioc et les légumes.

A l’instant, la circulation des biens et des personnes est au point mort. Les mouvements sont limités. « Pas de véhicules, encore moins de motos ou vélos pour faciliter le transport des marchandises sur la frontière. Les contacts sont réduits au strict minimum et personne n’ose prendre cette route très dangereuse », estime un des commerçants burundais qui a l’habitude de traverser la frontière entre les 2 pays sur la Rusizi.

Des pertes énormes

Pour les voisins congolais, comme l’indique un commerçant de pagnes, le circuit devient long pour accéder au marché burundais car toutes les marchandises doivent transiter par la frontière de Ruhwa après avoir traversé le Rwanda.

Les agriculteurs éprouvent des difficultés pour se rendre dans leurs champs surtout au moment de la récolte. Alors que les produits agricoles sont directement acheminés au marché congolais, cette route en très mauvais état bloque les initiatives allant dans ce sens. « L’accès aux terrains de culture et le transport des produits agricoles exigent des moyens financiers très colossaux qui ne sont pas à la hauteur de simples paysans. Ces derniers abandonnent les récoltes faute d’assurer leur transport », regrette un agriculteur de manioc rencontré sur place.

Burundais et Congolais demandent tous la réhabilitation de cette route. Comme on a pu le constater sur place, il faudra avant tout réhabiliter le pont coupé depuis un certain temps. En outre, cette route doit être régulièrement entretenue surtout en cette période pluvieuse.

Contactée à ce propos, l’administration provinciale affirme être au courant de cette situation. Carême Bizoza, gouverneur de Cibitoke indique avoir entamé des démarches aux bienfaiteurs pour qu’ils puissent apporter leur contribution. Cette autorité administrative admet que la province ne dispose pas de moyens financiers pour engager tous les travaux de réhabilitation sur cette route bien que cette voie de communication joue un rôle primordial pour les échanges entre les 2 pays frontaliers.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Jamahaar

    La construction et la rehabilitations des infrastructures routieres, des ponts et chaussees sont du ressort de l’Etat national et des administrations locales decentralisees, en l’occurrence les communes. Vue son importance economique et strategique comme point d’echange entre les familles congolaises et burundaises d’une part et les commercants des deux cotes de la riviere d’autre part, les responsables techniques et administratives de Cibitoke devraient donner une grande priorite a cette artere vitale pour les deux regions frontalieres. Dans le temps, les provinces Bubanza, Cibitoke,Kirundo, Rumonge et la Mairie de Bujumbura etaient considerees comme les « greniers » du Burundi et les budgets des communes de ces provinces constituaient des parts importantes de l’assiette budgetaire de l’Etat.C’etaietnt les communes qui financaient en grande majorites la constrctions des ecoles, des centres de sante, le tracage et l’entretien de routes de circulation inter-communales et regionales.Il s’est passe comme une sorte de relachement dans le travail et les initiatives au niveau local malgre l’accent mis sur les « Travaux Communautaires » qui rassemblent des milliers de personnes chaque fin de semaine a travers le pays. Ou vont les millions de taxes commuales collectees chaque annee?Les FDN devraient etre appellees au secours pour y apporter leur expertise.C’est aussi une question de la defense nationale…

  2. Stan Siyomana

    Je ne vois pas comment cette route va etre reparee si l’article dit « Cette autorité administrative admet que la province ne dispose pas de moyens financiers pour engager tous les travaux de réhabilitation sur cette route… »
    Et le comble des malheurs est que le communique du dernier conseil des ministres parle de « L’annulation des activités des troisième et quatrième trimestres prévues pour le
    fonctionnement de l’OBUHA et de l’ARB sauf les salaires, pour consommer d’abord
    les montants se trouvant sur leurs comptes bancaires … »
    https://www.presidence.gov.bi/2023/12/14/le-compte-rendu-du-conseil-des-ministres-du-13-decembre-2023/
    ARB est l’Agence routiere du Burundi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 5 373 users online